Le gouvernement Harper s’engage à assurer une protection et une conservation responsables des pêches canadiennes

Ottawa (Ontario) - L'honorable Keith Ashfield, ministre de Pêches et Océans Canada, a annoncé que le gouvernement Harper présentera des modifications afin de protéger la productivité des pêches récréatives, commerciales et autochtones. Cela signifie que les règles de protection mettront l'accent sur les menaces réelles et importantes qui pèsent sur ces pêches et sur les habitats dans lesquels elles sont pratiquées et que des normes et des lignes directrices claires seront établies pour les projets courants. Ces modifications entraîneront également le renforcement des partenariats avec les provinces et les groupes de conservation et la création de meilleurs outils permettant d'assurer la conformité et de faire appliquer les règles au besoin.

« Notre gouvernement s'engage à adopter une approche plus sensible et pratique pour protéger les pêches du Canada et s'assurer qu'elles sont productives et durables pour les générations futures, » a déclaré le ministre Ashfield.

« Nous avons clairement fait valoir que les règles qui régissent actuellement la protection de l'habitat du poisson sont générales et non représentatives et qu'elles ne reflètent pas les priorités des Canadiens, a-t-il ajouté. Nous nous engageons donc à veiller à ce que nos règles protègent les pêches qui sont importantes pour les Canadiens, ainsi que les habitats où ces pêches sont pratiquées. En ce faisant, nous accorderons aux Canadiens la liberté de conserver leurs biens et nous minimiserons les restrictions relatives aux activités quotidiennes qui ont peu ou pas d'incidence sur les pêches canadiennes. »

La Loi sur les pêches n'établit aucune distinction entre les voies navigables, les lacs et les rivières essentiels dans lesquels les pêches canadiennes se pratiquent et les petites étendues d'eau qui ne contiennent peut-être aucun poisson. Par exemple, sous le système actuel, les tranchées de drainage, les réservoirs et les canaux d'irrigation artificiels sont assujettis aux mêmes règles et lignes directrices que les rivières, les lacs et les océans où se trouve le poisson et où se pratiquent les pêches locales.

« L’Ontario Federation of Anglers and Hunters (OFAH) est d’accord avec le fait que les politiques canadiennes de protection de l’habitat du poisson doivent être améliorées et nous sommes encouragés par l’engagement du gouvernement envers la conservation des pêches récréatives du pays », a indiqué le Dr Terry Quinney, gestionnaire provincial des pêches et de la faune de l’OFAH. « Nous sommes convaincus qu’avec la participation d’intervenants comme l’OFAH et d’autres de partout au pays, nous pouvons améliorer nos pêches et mieux assurer leur protection, de même que celle de l’habitat et des écosystèmes aquatiques. Nous sommes impatients de travailler avec le ministre et le gouvernement du Canada à ces enjeux importants. »

« Notre gouvernement reconnaît que les pêches canadiennes sont importantes pour les Canadiens. Nous voulons simplement que les règles mettent l'accent sur ces priorités et veiller à ce que nos pêches continuent d'être protégées », a affirmé le ministre.

Selon le sondage le plus récent sur la pêche récréative au Canada, les activités économiques menées dans le cadre de ce type de pêche génèrent approximativement 8,3 milliards de dollars pour les économies locales du Canada. Quelque 3,3 millions de Canadiens s’adonnent à la pêche récréative, et l'industrie attire plus de 2 millions de touristes au pays chaque année. Le poisson et les fruits de mer sont les produits alimentaires d'exportation les plus importants du Canada. Environ 80 000 Canadiens travaillent dans les secteurs de la pêche commerciale, de l'aquaculture et de la transformation. Le gouvernement reconnaît également l'importance de la pêche pour les peuples autochtones du Canada et continuera à respecter les droits ancestraux et issus de traités et à protéger les pêches à des fins alimentaires, sociales et rituelles.

Le ministre Keith Ashfield

L’honorable Keith Ashfield (à gauche), ministre des Pêches et des Océans, dans la zone de protection de la nature de Chapman Mills à Ottawa, lors de l’annonce des changements aux politiques du gouvernement fédéral en matière de conservation et de protection des pêches canadiennes. Aux côtés du ministre Ashfield, le député Pierre Poilievre, secrétaire parlementaire au ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités.

Aire de conservation Chapman Mills à Ottawa

L’honorable Keith Ashfield (à gauche), ministre des Pêches et des Océans, dans la zone de protection de la nature de Chapman Mills à Ottawa, le 24 avril 2012. Sur la photo : le Dr Terry Quinney (à gauche), Ontario Federation of Anglers and Hunters; James Brennan, Ducks Unlimited Canada; le député Pierre Poilievre, secrétaire parlementaire au ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités; le ministre Ashfield; et Andrea Barnett, Ducks Unlimited Canada.

Fiches d'information :

-30-

Pour plus d'information:

Frank Stanek
Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
Ottawa (Ontario)
613-990-7537

Barbara Mottram
Attachée de presse
Cabinet du ministre
Pêches et Océans Canada
613-992-3474

C-AC-12-12F