Statistiques sur l'aquaculture

Au Canada, les opérations aquacoles varient en fonction de l'espèce élevée, de l'environnement (p. ex., milieu marin ou eau douce) et des technologies de culture utilisées (p. ex., à terre ou en mer). Les industries de l'aquaculture du saumon de l'Atlantique et quinnat, de la truite, de l'omble chevalier, de la moule, de l'huître et de la palourde sont bien établies, tandis que l'élevage de plusieurs autres espèces est à diverses étapes de développement.

Contribution à l'économie du Canada

L'aquaculture représente environ le tiers de la valeur totale de la production marine du Canada et environ 20% de la production totale de poissons et fruits de mer. La valeur de la production de l'aquaculture a augmenté de 63% au cours des dix dernières années, passant de 591 millions de dollars en 2003 à 962 millions de dollars en 2013. En fait, la production canadienne a quadruplé depuis le début des années 1990.

Le Canada est le quatrième producteur mondial de saumon d'élevage et la moule est en tête de file des mollusques d’élevage exportés par le Canada.

La production aquacole nationale est répartie presque également entre les côtes du Pacifique et de l'Atlantique. En 2013, la Colombie-Britannique représentait près de 49 % du volume de production total, suivie par Terre-Neuve-et-Labrador et l'Île-du-Prince-Édouard avec chacune 15%, le Nouveau-Brunswick avec 11 %, et la Nouvelle-Écosse avec 5 %.

Contribution à l'emploi au Canada

Selon une étude réalisée en 2009, l'aquaculture offre à quelque 14 000 personnes un emploi à temps plein bien rémunéré dans de petites collectivités côtières et rurales. Au Canada, la salmoniculture fournit à elle seule plus de 10 000 emplois, dont la majorité se trouve dans les régions côtières de la Colombie-Britannique et du Nouveau-Brunswick.

L'industrie de l'aquaculture génère également un peu plus d'un demi-milliard de dollars en revenus du travail.

L'avenir de l'industrie aquacole est directement lié à sa viabilité économique et à sa capacité de connaître une croissance au chapitre de la création d'emplois stables et de l'accès aux marchés nationaux et internationaux. Ces objectifs peuvent s'appliquer aux nombreuses facettes du secteur, y compris les entreprises liées aux écloseries, au grossissement et aux activités de transformation, ainsi qu'à la prestation de biens et services en matière d'aquaculture.

Complément d’information :