Répercussions des nouveaux enjeux climatiques

Liens sur les océans
Les scientifiques du MPO étudient les effets des changements climatiques sur les écosystèmes dans le détroit de Georgie en reliant les modèles écosystémiques aux modèles océaniques.

Les changements climatiques auront des répercussions très diverses, par exemple hausse du niveau de la mer, réduction de la concentration de glace et dégel du pergélisol, perte d'habitats marins, déplacement des aires de répartition des organismes marins et déséquilibre entre la croissance et le recrutement au sein des écosystèmes.

Une nouvelle vidéo présente une sélection d'enjeux liés à l'adaptation au changement climatique en milieu aquatique touchant l'ensemble du pays.

Deux nouvelles conséquences, qui préoccupent le milieu scientifique, sont actuellement étudiées par les scientifiques du climat océanique du MPO : l'acidification de l'océan et l'hypoxie.

Acidification de l'océan : Les océans qui recouvrent une partie de la terre sont de vastes puits de carbone. Au cours des deux siècles écoulés depuis le début de la Révolution industrielle, ils ont absorbé quelque 30 p. 100 du dioxyde de carbone (CO2) libéré par la combustion des combustibles fossiles. Ce qui peut sembler un avantage du point de vue climatique a néanmoins un prix. À mesure que le CO2 se dissout dans les eaux de surface, il forme de l'acide carbonique, abaissant le pH de l'eau. Plus l'océan absorbe de carbone, plus ses eaux deviennent acides. La capacité de l'écosystème marin de s'adapter à l'acidification devient une question pressante. Les organismes qui produisent du carbonate de calcium pour former leurs squelettes et leurs coquilles, comme les coccolithophores et les ptéropodes (source d'alimentation du saumon), verront diminuer grandement leur capacité de former une coquille protectrice, puisque la baisse du pH réduit la saturation en CaCO3. Les espèces commerciales comme le homard et les mollusques sont aussi vulnérables.

Visionner la nouvelle vidéo sur l'acidification des océans.

Hypoxie : Le manque d'oxygène (hypoxie) a de graves répercussions sur les écosystèmes aquatiques et la tolérance des poissons de mer et des invertébrés marins à l'égard de cette condition dépend grandement de l'espèce. À un taux de saturation en oxygène inférieur à 30 p. 100, la morue et d'autres espèces qui ne peuvent tolérer l'hypoxie migrent ou meurent. La désoxygénation est maintenant reconnue comme une des conséquences probables des changements climatiques. Les observations à long terme analysées par les scientifiques du MPO ont fourni des données nouvelles sur les changements climatiques au fil des décennies et ont permis d'accroître les connaissances et la prise de conscience à l'égard de l'hypoxie (zones mortes) dans les eaux canadiennes.

Visionner la nouvelle vidéo sur l'hypoxie (faible taux d'oxygène) dans les eaux canadiennes.

Date de modification :