Buffalo à grande bouche (Populations des rivières Saskatchewan et Nelson)

Ictiobus cyprinellus

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

Le buffalo à grande bouche (Ictiobus cyprinellus) appartient à la famille des Catostomidae. Il est l’une des 18 espèces de meunier vivant au Canada. Il présente les caractéristiques suivantes :

  • Un corps gros, profond et comprimé latéralement;
  • Un pédoncule caudal très court et épais;
  • Une bouche très grande et oblique, en position terminale avec des lèvres minces et très légèrement striées;
  • Une nageoire dorsale comptant de 24 à 32 rayons;
  • Une surface dorsale de couleur ardoise ou bronze-olive, des flancs jaune-olive et un ventre jaune et blanc;
  • Des nageoires brunâtres-ardoise pâle;
  • Mesure entre 254 et 457 mm de longueur. La longueur maximale observée est de 1143 mm; et
  • Le poids maximal observé est de 36 kg.

Habitat

La répartition du buffalo à grande bouche est limitée au centre de l’Amérique du Nord, où on le rencontre dans le bassin hydrographique du Mississipi à partir du golfe du Mexique jusque vers le nord, au Minnesota et au Dakota du Nord, y compris dans les rivières Missouri et Ohio. Dans le bassin des Grands Lacs, il a été signalé dans les lac Érié et Sainte-Claire, la baie de Quinte, le port de Hamilton et dans plusieurs rivières incluant les rivières Grand, Sydenham, Thames, Welland et Ausable. Dans le bassin de la baie d’Hudson, le buffalo à grande bouche a été observé dans les rivières Rouge et Assiniboine ainsi que dans le bassin sud du lac Winnipeg et le lac Manitoba. Cette espèce est relativement abondante dans les lacs Qu’Appelle, en Saskatchewan.

Le buffalo à grande bouche préfère les eaux chaudes, turbides et hautement eutrophiques. Ces poissons forment habituellement des bancs à mi-profondeur ou près du fond, dans des cours d’eau de moyenne et de grande taille, à faible pente et où le courant est de modéré à faible. Les crues printanières constituent un facteur important dans le succès de la reproduction puisqu’elles donnent accès aux zones de frai et activent l’activité de frai. Le frai est aussi déclenché par la hausse de la température de l’eau. Le buffalo à grande bouche fraie en groupes. Il n’y pas de formation de nid; les oeufs sont dispersés sur la végétation inondée et abandonnés. La durée de vie des individus de l’espèce peut dépasser 20 ans.

Menaces

La perte et la dégradation de l’habitat de frai attribuables aux pratiques de gestion des cours d’eau (en particulier la régularisation des niveaux d’eau et les redressement de canaux) ont contribué au déclin du buffalo à grande bouche dans le bassin de la rivière Qu’Appelle. De plus, les périodes de sécheresse prolongées, la demande agricole en eau et l’exploitation commerciale ont aussi réduit la taille de la population.

Renseignements supplémentaires

Pour un complément d'information, consultez le site Web du Registre de la LEP.

Buffalo à grande bouche (Populations des rivières Saskatchewan et Nelson)

Buffalo à grande bouche

Illustration © J.R. Tomerelli

Nom scientifique : Ictiobus cyprinellus
Statut selon la LEP : Préoccupante
Statut selon COSEPAC : Préoccupante (avril 2009)
Région: Saskatchewan, Manitoba et Ontario

Carte de la distribution du buffalo à grande bouche

Carte de la distribution du buffalo à grande bouche

Le saviez-vous?

Le buffalo à grande bouche se nourrit presque exclusivement d’invertébrés à l’aide d’un mécanisme de filtration hautement adapté et sélectif en fonction de la taille. Il consomme également des détritus végétaux et des sédiments. Contrairement aux autres meuniers, le buffalo à grande bouche est en mesure de se nourrir autant sur le fond que dans la colonne d’eau, ce qui lui donne accès à un plus grand éventail de proies.

Renseignements connexes