Eulakane (population des rivières Nass et Skeena)

Thaleichthys pacificus

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

L'eulakane est un poisson anadrome endémique du nord-est du Pacifique, une des dix espèces d'éperlans de la famille des Osmeridae. Il est également appelé poisson-chandelle, oolichan et ooligan, entre autres.

L'eulakane est un poisson de petite taille, généralement d'une longueur inférieure à 20 cm. Il ressemble à un petit saumon : il est doté d'une nageoire adipeuse et d'une longue nageoire anale, mais avec une plus petite tête et un corps plus fin et sans aileron charnu à la base de la nageoire pelvienne. L'eulakane présente des lignes caractéristiques sur l'opercule des branchies.

Habitat

L'eulakane se rencontre dans l'ensemble du nord-est du Pacifique, de l'est de la mer de Béring au nord de la Californie. Il passe plus de 95 % de sa vie dans le milieu marin; il n'a besoin d'eau douce que pendant le frai, le stade de l'œuf et au début du stade larvaire. En Colombie-Britannique, l'eulakane est présent dans au moins 38 rivières alimentées par des glaciers.

Menaces

Les facteurs provoquant le déclin des populations d'eulakanes sur toute la côte sont inconnus. Les individus et leur habitat sont menacés en eau douce comme en milieu marin.

À l'heure actuelle, la pêche commerciale de l'eulakane est fermée. La pêche commerciale de l'espèce était pratiquée auparavant dans le fleuve Fraser et les rivières Nass, Skeena, Klinaklini et Kingcome. La pêche récréative au filet est interdite en eau douce et la pêche récréative en eau de marée est fermée en ce moment pour des raisons de conservation. Les Premières Nations pêchaient autrefois l'eulakane dans de nombreuses rivières, dont plusieurs sont désormais fermées à la pêche en raison du déclin des montaisons. L'eulakane est victime de captures accidentelles dans certaines pêches commerciales, principalement la pêche au chalut de la crevette et du poisson benthique.

La dégradation de l'habitat est locale et varie d'une rivière de frai à l'autre. Les activités suivantes sont susceptibles d'agir sur la mortalité de l'eulakane : dragage, pollution industrielle et agricole, aménagement du littoral et foresterie. Toutefois, il est peu probable que ces menaces puissent expliquer le déclin quasi synchrone de l'eulakane qui s'est produit sur l'ensemble de la côte.

Le changement climatique peut avoir des répercussions sur les habitats marins et d'eau douce.

Renseignements supplémentaires

L'eulakane a été évalué par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en mai 2011, sous trois unités désignables (UD) des eaux de la Colombie-Britannique. Ces trois unités désignables, ou populations, sont la population du fleuve Fraser (évaluée comme en voie de disparition), la population centrale de la côte du Pacifique (en voie de disparition) et la population des rivières Nass et Skeena (menacée). En novembre 2011, le COSEPAC a examiné de nouvelles données sur la population des rivières Nass et Skeena qui ont mené à la réévaluation de la population, dont la situation a été jugée préoccupante en mai 2013. L'eulakane n'est pas classé sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Cependant, la province de la Colombie-Britannique a inscrit l'espèce sur sa liste « bleue » en 2000, indiquant qu'elle était particulièrement vulnérable aux activités humaines et aux phénomènes naturels. En 2010, les États-Unis ont inscrit la population de l'eulakane du sud du Pacifique comme espèce en voie de disparition en vertu de l'Endangered Species Act.

Depuis 1995, le MPO a pris les mesures suivantes pour assurer la protection de l'eulakane :

  • Fermeture de la pêche commerciale de l'eulakane dans le fleuve Fraser;
  • Interruption des activités de dragage dans le fleuve Fraser durant la saison du frai;
  • Fermeture de la pêche à la crevette dans le détroit de la Reine-Charlotte;
  • Mise en place de mesures de réduction des prises accidentelles par la pêche au chalut de la crevette au moyen, entre autres, de dispositifs de réduction des prises accidentelles et possibilité de fermetures lorsque le nombre cumulé de prises accidentelles d'eulakanes est atteint;
  • Relevé annuel des œufs et des larves afin de contrôler le stock du fleuve Fraser, en collaboration avec les Premières Nations;
  • Fermeture de la pêche récréative de l'eulakane dans toutes les eaux de marées.

La population du fleuve Fraser et la population centrale de la côte du Pacifique sont en cours d'examen pour être inscrites à la liste des espèces en voie de disparition de la Loi sur les espèces en péril (LEP). À l'heure actuelle, on étudie l'éventuelle inscription de la population des rivières Nass et Skeena à la liste des espèces préoccupantes de la LEP. Pêches et Océans Canada invite tous les intervenants, les Premières Nations et le public à faire part de leur opinion et de leurs commentaires sur la décision d'inscription. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Web des consultations régionales en vertu de la LEP ou le Registre public des espèces en péril.

Eulakane (population des rivières Nass et Skeena)

Eulackane

Eulakane - Thaleichthys pacificus

Nom scientifique : Thaleichthys pacificus
Statut selon la LEP : Aucun statut
Statut selon le COSEPAC : Préoccupante
Région : Colombie-Britannique

Renseignements connexes