Troncille pied-de-faon

Truncilla donaciformis

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

Le troncille pied-de-faon (Truncilla donaciformis) est une très petite moule d’eau douce de la famille des unionidés. Ses caractéristiques sont les suivantes :

  • Sa coquille lisse présente une forme variant d’ovale à rectangulaire et est modérément épaisse;
  • L’arête postérieure proéminente est arrondie et s’aplatit vers l’arrière;
  • Les becs sont pleins, centraux et légèrement surélevés au-dessus de l’axe de l’articulation;
  • Les becs sont marqués de 3 à 8 barres fines, la première barre est concentrique;
  • Les dents à l’articulation sont entièrement développées;
  • La coquille va du jaune au verdâtre, avec de nombreuses raies vert foncé, souvent interrompues par des marques en forme de V ou de chevron; et
  • La longueur moyenne de cette moule est de 35 mm; sa longueur maximale est de 45 mm.

Habitat

Le troncille pied-de-faon présente une aire de répartition étendue dans le centre de l’Amérique du Nord ; on le trouve en effet dans 23 États américains et dans une province canadienne. Au Canada, il n’est présent que dans le bassin des Grands Lacs du sud de l’Ontario. Autrefois, on a observé cette moule dans les lacs Huron, Sainte-Claire et Érié ainsi que dans certains de leurs tributaires. Présentement, son aire de répartition est limitée au cours inférieur de la rivière Thames et à des sites particuliers dans le delta de la rivière Sainte-Claire, le ruisseau Muskrat (bassin hydrographique de la rivière Saugeen), le cours inférieur de la rivière Sydenham et le cours inférieur de la rivière Grand. Il convient cependant de noter que, à deux de ces sites, un seul spécimen a été trouvé.

On trouve d’ordinaire le troncille pied-de-faon dans les parties inférieures de cours d’eau de taille moyenne à grande, à des profondeurs variant de moins d’un m à plus de cinq m. Cette moule est d’ordinaire associée à des substrats constitués de vase, de sable meuble ou de gravier. Le frai a lieu au printemps, lorsque les femelles filtrent le sperme relâché par les mâles avec leurs branchies. Les oeufs sont fertilisés et maintenus dans une zone spécialisée des branchies jusqu’à ce qu’ils atteignent le stade larvaire. Les larves immatures (glochidies) sont libérées dans la colonne d’eau pour entreprendre leur cycle parasitique, cycle au cours duquel elles doivent trouver un poisson hôte approprié avant de se métamorphoser en juvéniles. Une fois devenus juvéniles, les troncilles quittent le poisson hôte et s’enfouissent dans le substrat où ils demeureront pendant 3 à 5 ans. Les adultes vivent à la surface du substrat en été, mais peuvent s’enfouir en hiver. Cette moule vit jusqu’à 20 ans.

Les poissons hôtes potentiels du troncille pied-de-faon sont le malachigan (Aplodinotus grunniens) et le doré noir (Sander canadensis).

Les troncilles pied-de-faon juvéniles s’alimentent de bactéries, de détritus et d’algues de la couche sédimentaire dans laquelle ils sont enfouis. Les adultes sont des organismes filtreurs qui consomment des bactéries, du plancton et des algues de la colonne d’eau.

Menaces

L’établissement de moules envahissantes (la moule quagga, D. bugensis et la moule zébrée, Dreissena polymorpha) constitue la principale cause du déclin des populations de troncilles pied-de-faon. L’habitat disponible est davantage limité par la fragmentation de la répartition des hôtes et est affecté par la baisse de la qualité de l’eau attribuable à l’augmentation de la tursbidité, aux concentrations de contaminants chimiques et aux charges en éléments nutritifs produites par des sources agricoles ainsi que des sources urbaines situées en amont.

Renseignements supplémentaires

Pour un complément d’information, consultez le Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Sources du texte : Rapport de situation du COSEPAC 2008.

Troncille pied-de-faon

collection des troncilles pied-de-faon

Crédit Photo : Environnement Canada

Nom scientifique : Truncilla donaciformis
Statut selon la LEP: Aucun statut
Statut selon COSEPAC: En voie de disparition
Région : Ontario

Répartition du troncille pied-de-faon dans le sud de l’Ontario telle que décrite dans les paragraphes suivants

La carte indique la répartition du troncille pied-de-faon dans le sud de l’Ontario.

Le saviez-vous?

Au Canada, il n’est présent que dans le bassin des Grands Lacs du sud de l’Ontario. Autrefois, on a observé cette moule dans les lacs Huron, Sainte-Claire et Érié ainsi que dans certains de leurs tributaires. Présentement, son aire de répartition est limitée au cours inférieur de la rivière Thames et à des sites particuliers dans le delta de la rivière Sainte-Claire, le ruisseau Muskrat (bassin hydrographique de la rivière Saugeen), le cours inférieur de la rivière Sydenham et le cours inférieur de la rivière Grand. Il convient cependant de noter que, à deux de ces sites, un seul spécimen a été trouvé.

Espèce similaire : Le troncille doigt-de-cerf (Truncilla truncata) est plus grand que le troncille pied-de-faon et possède une arête postérieure plus inclinée.

e troncille pied-de-faon

Truncilla donaciformis
Crédit photo : Environnement Canada

Renseignements connexes