Le gravelier

Erimystax x-punctatus

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Cette espèce a été désignée comme une espèce disparue du pays par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Elle est inscrite sur la liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral et a obtenu la protection en vertu de la LEP en juin 2004. Une protection supplémentaire est accordée par le biais de la Loi sur les pêches du gouvernement fédéral. En vertu de la LEP, un programme de rétablissement doit être élaboré pour cette espèce.

Description générale

Le gravelier (Erimystax x-punctatus) est un member de la famille des ménés (Cyprinidae) et il présente les caractéristiques suivantes :

  • Corps fragile, mince et petit, quelque peu comprimé latéralement;
  • Longueur moyenne des adultes en Ontario : 76 mm;
  • Museau arrondi en saillie au-dessus d’une petite bouche; barbillon petit, mais evident;
  • Diamètre de l’oeil relativement grand;
  • Toutes les nageoires sont transparentes; nageoire caudale fourchue, nageoire dorsale à base courte;
  • Flancs argentés, dos vert olive et partie inférieure blanc argenté;
  • Les contours noirs des écailles créent des marques en forme de X ou de Y qui étaient habituellement très pâles sur les exemplaires de l’Ontario, lesquels ne présentaient pas de tache évidente sur la nageoire caudale

Répartition

L’aire de répartition du gravelier englobe surtout le centre de l’Amérique du Nord. Au Canada, cette espèce était connue seulement dans deux endroits dans la rivière Thames; cependant, aucun exemplaire n’a été enregistré depuis 1958. Les plus récentes tentatives en vue de trouver l’espèce ont étayé les doutes selon lesquels ces populations localisées en Ontario n’existent plus. Il n’y a présentement aucun signe de reproduction de ces populations au Canada.

Habitat et cycle biologique

Les dossiers de capture historiques de l’Ontario et les populations américaines indiquent que l’habitat préféré de cette espèce est les fosses et les bancs de sable, de roches et de pierres comportant des zones de matières organiques molles et de vase. L’abri recouvrant les berges est minime dans ces zones et les températures de l’eau l’été varient de 18 à 25ºC. On a par ailleurs signalé la présence du gravelier dans les rivières qui ont un courant permanent et dont les eaux sont claires ou légèrement turbides, et dans les bancs de sable, de gravier ou de roche bien définis où le débit est suffisant pour garder le fond de la rivière exempt de vase et de glaise. On en sait très peu sur le cycle biologique du gravelier, mais il semble que le frai ait lieu au début du printemps dans les populations du Kansas.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire du gravelier se compose probablement de petits insects benthiques et de larves qu’il trouve dans les fissures sous l’arène en explorant cet endroit avec son museau garni de barbillons sensibles.

Menaces

Au nombre des menaces actuelles, mentionnons la perte d’habitat ou sa détérioration due à l’envasement et à un accroissement de la turbidité, et les bassins de retenue des secteurs peu profonds.

Espèces semblables

La tête à taches rouges et le méné bâton (Nocomis biguttatus et Nocomis micropogon) sont semblables, mais leurs yeux sont plus petits. Le méné à grandes écailles (Macrhybopsis storeriana) n’a pas de taches sur le corps et la hauteur du corps est supérieure.

Sources des textes : Parker et coll. 1987; Scott et Crossman 1998.

Pour un complément d’information, consultez le Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Le gravelier

Gravelier (Erimystax x-punctatus) (© Joseph R.Tomelleri)

Erimystax x-punctatus - © Joseph R.Tomelleri

Nom scientifique : Erimystax x-punctatus
Statut selon la LEP Disparue du pays (juin 2003)
Statut selon COSEPAC: Disparue du pays (mai 2000; avril 2008)
Région : Ontario

Répartition du gravelier telle que décrite dans le paragraphe suivant

Répartition du gravelier telle que décrite

Le saviez-vous?

Au Canada, cette espèce était connue seulement dans deux endroits dans la rivière Thames; cependant, aucun exemplaire n’a été enregistré depuis 1958. Il n’y a présentement aucun signe de reproduction de ces populations au Canada.

Information connexe