Épaulard (population résidente du sud du Pacifique Nord-Est)

Orcinus orca

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

L'épaulard est le plus grand membre de la famille des dauphins. Sa taille, sa coloration particulière noire et blanche et sa grande nageoire dorsale permettent de le distinguer facilement des autres baleines. En général, la première apparition d'un épaulard est son emblématique nageoire dorsale d'un à deux mètres de haut fendant les flots. Les mâles adultes peuvent atteindre une longueur totale de huit à neuf mètres et peser jusqu'à cinq tonnes ; les femelles sont environ 20 % plus petites. Les chercheurs parviennent à identifier chaque épaulard individuellement à partir des différences dans leurs nageoires dorsales, et leur tache en forme de selle (la tache claire derrière la nageoire dorsale de l'épaulard).

Trois groupes (ou écotypes) distincts d'épaulards sont présents dans les eaux canadiennes du Pacifique. Ils ont chacun des préférences en matière de proies ainsi qu'un dialecte et une organisation sociale différents. Ces écotypes sont les suivants : les épaulards migrateurs (aussi appelés épaulards de Bigg), les épaulards du large et les épaulards résidents. Ces trois écotypes sont socialement et génétiquement isolés les uns des autres, bien qu'ils fréquentent les mêmes eaux. L'écotype d'épaulards résidents est lui-même divisé en deux populations distinctes : les épaulards résidents du nord et les épaulards résidents du sud. Bien que leurs aires de répartition se recoupent, ces deux populations n'interagissent pas et les études génétiques montrent qu'elles ne se croisent pas.

L'épaulard résident est l'une des baleines les plus étudiées au monde. Plus de quarante années de recherche nous ont aidés à comprendre sa biologie, la dynamique de ses populations et leur cycle biologique. Les mâles et les femelles atteignent la maturité sexuelle à 15 ans environ. La période de gestation (grossesse) de l'épaulard est généralement de 15 à 18 mois, et l'intervalle entre les vêlages est d'à peu près cinq ans. L'espérance de vie moyenne est de 50 ans pour les femelles et de 30 ans pour les mâles. Compte tenu du cycle biologique des épaulards résidents, le meilleur taux de croissance annuel de la population est de trois à quatre pour cent. La population d'épaulards résidents du sud a fluctué entre 70 et 99 individus depuis 1976 et elle était composée de 76 membres en 2017.

La population d'épaulards résidents du sud a fluctué entre 70 et 99 individus depuis 1976 et comptait 76 membres en 2017. Ils sont actuellement confrontés à des menaces imminentes pour leur survie et leur rétablissement du fait de la taille de la population en déclin et d'un nombre réduit d'individus.

Les épaulards résidents sont des animaux très sociaux qui vivent en groupes familiaux distincts appelés lignages matrilinéaires. Les lignages matrilinéaires sont généralement dirigés par la femelle adulte la plus âgée de la famille et sont composés de la progéniture de cette dernière et de celle de ses filles. Les épaulards résidents mâles et femelles restent avec leur groupe natal toute leur vie. La population d'épaulards résidents du sud comprend trois lignages matrilinéaires apparentés appelés groupes (groupe J, groupe K, groupe L). À certains moments, des groupes se réunissent pour créer de grands groupes, aussi appelés « super-bancs ».

Les épaulards résidents du sud utilisent l'écholocalisation pour repérer leurs proies. Comme les épaulards résidents du nord, ils se nourrissent principalement de saumon et sont des prédateurs spécialisés du saumon quinnat (Onchorhynchus tshawytscha) et kéta (O. keta).

Habitat

L'aire de répartition connue de l'épaulard résident du sud va du sud-est de l'Alaska au centre de la Californie. Au cours des mois d'été, ces épaulards se concentrent au large de la pointe sud de l'île de Vancouver et du nord de l'état de Washington et sont fréquemment observés dans les détroits de Haro, de Géorgie et de Juan de Fuca.

L'une des caractéristiques les plus importantes de l'habitat des épaulards résidents du sud est l'abondance et la disponibilité de leurs proies, le saumon quinnat et le saumon kéta. Le saumon quinnat est la proie de prédilection de mai à août, mais le saumon kéta devient une composante importante de leur régime alimentaire de septembre à octobre. L'environnement acoustique est également un élément important de l'habitat. Il est essentiel que l'océan soit suffisamment silencieux pour que les épaulards résidents puissent envoyer et recevoir leurs clics d'écholocalisation et leurs vocalisations pour se déplacer, chasser ou pour leur activités culturelles et sociales.

Menaces

Les plus grandes menaces qui pèsent sur les épaulards résidents du sud sont la diminution des proies disponibles, les contaminants environnementaux (directs et indirects) et les perturbations acoustiques et physiques ; les collisions avec les navires ont été identifiées récemment comme une menace. L'exposition aux déversements toxiques, les interactions avec les pêches et l'aquaculture et les changements climatiques sont d'autres menaces anthropiques qui pourraient avoir un impact négatif sur la population d'épaulards résidents du sud.

Des facteurs naturels peuvent également peser sur la survie de ces baleines : les maladies, le choix restreint de proies, la structure sociale complexe, la maturité sexuelle tardive et le faible taux de naissance, la consanguinité et les échouements en masse ou les piégeages naturels.

On ne comprend pas encore très bien comment les menaces actuelles s'exercent ensembles sur les épaulards du sud. Cependant plusieurs facteurs de stress ayant des effets négatifs importants et souvent mortels ont été observés chez d'autres espèces, notamment lorsque les animaux présentent des concentrations élevées de contaminants environnementaux.

Renseignements supplémentaires

Le Programme de rétablissement des épaulards résidents (Orcinus orca) du nord et du sud (publié en 2011) présente un aperçu des menaces, des objectifs de rétablissement et des stratégies générales visant à faciliter le rétablissement de ces populations et désigne l'habitat essentiel partiel qui a été protégé par un arrêté en conseil visant la protection de l'habitat essentiel pris en vertu de la LEP en 2009. Les objectifs énoncés dans la stratégie de rétablissement constituent la base du Plan d'action de 2017 pour l'épaulard résident du Nord et du Sud (Orcinus orca) au Canada qui décrit les activités et les mesures précises nécessaires au rétablissement.

Une modification au programme de rétablissement des épaulards résidents du nord et du sud est actuellement en cours. Cette modification incorpore un autre habitat important situé au sud-ouest de l'île de Vancouver afin qu'il soit envisagé comme habitat essentiel pour la population résidente du sud, elle fournit une description supplémentaire des caractéristiques, des fonctions et des paramètres de tous les habitats essentiels de l'épaulard résident. Cette zone, qui revêt une importance particulière pour qu'elle soit envisagée comme habitat essentiel, a été décrite dans un avis scientifique du Secrétariat canadien de consultation scientifique de 2017. Au fur et à mesure que de nouveaux renseignements sur ce processus seront disponibles, ils seront publiés dans le Registre public de la LEP.

Le Rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement des épaulards résidents (Orcinus orca) du nord et du sud au Canada pour la période 2009-2014, publié en 2016, résume les premiers progrès accomplis dans le cadre de la stratégie de rétablissement.

En 2017, dans le cadre du Plan de protection des océans du gouvernement du Canada un examen scientifique de l'efficacité des mesures de rétablissement des épaulards résidents du sud recensait et recommandait cinq nouvelles activités de rétablissement répondant aux menaces pesant sur la population. Ces activités se concentraient sur la gestion des pêches afin de tenir compte des besoins en proie de l'épaulard résident du sud et d'examiner les mesures d'atténuation des menaces associées aux contaminants et aux perturbations (acoustiques et physiques).

Le Règlement sur les mammifères marins, établi en vertu de la Loi sur les pêches du Canada, et la législation fédérale américaine interdisent la perturbation (harcèlement) des mammifères marins, notamment les épaulards. Les organisations gouvernementales et non gouvernementales réduisent les perturbations causées par les navires en mettant en place des programmes de sensibilisation et d'éducation des plaisanciers, de surveillance des navires et de mise en application de la loi en mer, en particulier dans l'habitat essentiel des épaulards résidents.

Cette espèce est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Par conséquent, il est interdit de tuer, de blesser, de harceler, de capturer, de prendre, de posséder, d'acheter, de vendre ou d'échanger un épaulard résident du sud.

Depuis 2009, l'habitat essentiel de l'épaulard résident du sud est protégé contre la destruction au moyen d'un arrêté en conseil pris en vertu de la LEP visant la protection de l'habitat essentiel.

De plus amples renseignements sur la LEP, notamment la façon dont elle protège chaque espèce, sont disponibles sur le site du Registre public des espèces en péril.En outre, les dispositions du Règlement sur les mammifères marins et celles de la Loi sur les pêches relatives à la prévention de la pollution assurent également la protection de l'espèce.

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites Web des provinces et territoires.

Que pouvez-vous faire?

Les épaulards obtiendront la protection dont ils ont besoin seulement si les Canadiens travaillent ensemble à réduire les menaces. Renseignez-vous sur les épaulards et soyez conscients des menaces créées par l'homme envers les épaulards résidents du sud telles que, la réduction des proies et des possibilités d'alimentation, les perturbations acoustiques et physiques, les contaminants et les collisions avec les navires, les enchevêtrements ou les harcèlements, en appelant le numéro sans frais de la ligne d'appel « Observez, notez, signalez » (1-800-465-4336) de Pêches et Océans Canada. Pour en savoir davantage.

Apprenez où se trouve l'habitat essentiel de l'épaulard résident du sud, comprenez les activités qui risquent de détruire l'habitat essentiel et faites de votre mieux pour réduire votre impact sur ces zones. En suivant les recommandations et en suivant les instructions de Respectez les baleines : Directives pour l'observation de la faune marine à l'intention des plaisanciers et des observateurs, vous pouvez garantir que vos activités dérangent les animaux le moins possible lorsque vous êtes en mer.

Engagez-vous auprès du Réseau d'observation des cétacés de la Colombie-Britannique ou d'un autre organisme de conservation. Les principaux objectifs du Réseau sont d'identifier les habitats essentiels et d'aider à réduire les menaces auxquelles font face les baleines.

Le réseau demande également aux marins de lui fournir des rapports d'observation de cétacés le long de la côte de la Colombie-Britannique. Pour en savoir davantage.

Vous pouvez également vous inscrire au programme « Adopt a Killer Whale » (« Adoptez un épaulard ») de la Colombie-Britannique, administré en collaboration avec l'Aquarium de Vancouver. Pour en savoir davantage.

Épaulard (population résidente du sud du Pacifique Nord-Est)

Épaulard. © Jared Towers.

Épaulard. © Jared Towers.

Nom scientifique : Orcinus orca
Statut LEP : En voie de disparition
Statut COSEPAC : En voie de disparition (novembre 2008)
Région : Océan Pacifique

Carte de la région

Région : Océan Pacifique

Région : Océan Pacifique

Épaulard. Copyright: Shutterstock.

Épaulard. © Shutterstock.

Le saviez-vous?

Il est courant que les épaulards résidents partagent leur nourriture, même un seul saumon, avec les membres de leur lignage matrilinéaire. Un bel exemple de famille très proche!

Épaulard. © Programme de recherche sur les cétacés, MPO.

Épaulard. © Programme de recherche sur les cétacés, MPO.

Renseignements connexes

Date de modification :