Lamproie de Vancouver (lac Cowichan)

Entosphenus macrostomus

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

La lamproie de Vancouver (Lampetra macrostoma), maintenant connue sous le nom de lamproie du lac Cowichan, est un poisson parasite au corps anguilliforme. Dans sa phase parasitaire, l'espèce se nourrit en s'attachant à d'autres poissons, comme la truite fardée. La lamproie du lac Cowichan a comme ancêtre la lamproie du Pacifique (Entosphenus tridentatus), une espèce de lamproie courante dans tout l'océan Pacifique Nord.

La lamproie du lac Cowichan n'a ni mâchoire ni écailles, comme toutes les lamproies. La forme larvaire, nommée ammocète, ne possède pas de dents ou d'yeux entièrement formés. Après sa métamorphose, la lamproie développe une bouche de forme circulaire (ou disque buccal). Le disque buccal présente une dentition unique à l'espèce. Les adultes ont de gros yeux situés haut sur la tête, comparativement aux autres espèces de lamproies. Cette espèce est bleu-noir ou brun foncé. Une lamproie du lac Cowichan à l'âge adulte peut atteindre une longueur maximale de 27 centimètres.

Habitat

La lamproie du lac Cowichan est seulement endémique dans le sud de l'île de Vancouver, au Canada. L'espèce ne se trouve que dans les lacs Cowichan, Mesachie et Bear et leurs affluents. On ne compte qu'une seule population. Selon les études d'échantillonnage, la population aurait diminué entre les années 1980 et 2015. Cependant, peu d'études ont été réalisées entre la fin des années 1980 et 2010.

La lamproie du lac Cowichan utilise autant l'environnement littoral que les eaux libres des lacs. Elle fraye dans des bancs de gravier des zones littorales peu profondes des lacs, près des affluents. Après leur éclosion, les ammocètes dérivent du nid et s'enfouissent dans les sédiments fins mous ou le sable. La lamproie du lac Cowichan a probablement besoin d'un courant dans l'eau pour réussir le frai et l'incubation des œufs.

On sait peu de choses sur le comportement de cette lamproie dans sa phase parasitique, si ce n'est qu'elle parasite les salmonidés. On remarque régulièrement des marques de lamproie sur les truites fardées et autres poissons pêchés dans le cadre de la pêche récréative.

Menaces

Comme son aire de répartition est restreinte, la lamproie du lac Cowichan est très vulnérable aux menaces. Les principales menaces locales sont d'origine anthropique. Elles comprennent l'utilisation des terres et de l'eau, les activités récréatives, la modification de la base de proies et la mauvaise qualité de l'eau. Les changements dans l'utilisation de l'eau par les titulaires de permis actif d'utilisation des eaux pourraient avoir des effets négatifs sur l'habitat ou les proies de l'espèce.

Les impacts potentiels de tels événements, jumelés aux changements climatiques, sont également préoccupants pour la lamproie du lac Cowichan. Les changements dans les précipitations, le débit d'eau et la température pourraient avoir une incidence sur l'espèce. Pendant les années de sécheresse, si l'eau est déversée du lac Cowichan par le barrage, les habitats de frai et d'élevage des zones littorales pourraient être asséchés, ce qui pourrait se répercuter directement sur l'abondance de l'espèce.

La foresterie et d'autres activités terrestres, comme l'aménagement, peuvent modifier l'habitat aquatique sous l'effet de la pollution aquatique, de l'accroissement de la sédimentation et des changements des débits de ruissellement, et détruire l'habitat riverain.

La lamproie du lac Cowichan est présente dans une zone récréative populaire auprès des résidents locaux et des touristes. Les activités de pêche, de canotage, de nage et de randonnée sont fréquentes dans son habitat. Elles peuvent modifier la base de proies, polluer l'eau et perturber ou détruire les zones littorales.

Renseignements supplémentaires

La lamproie du lac Cowichan a été inscrite comme espèce menacée en vertu de la Loi sur les espèces en péril en juin 2003. Un programme de rétablissement a été publié en 2007. Ce programme définit les objectifs de maintien et d'amélioration de l'habitat de l'espèce. Il fixe également des cibles pour mieux connaître et comprendre la lamproie du lac Cowichan. Des travaux ont été effectués pour combler ces lacunes dans les connaissances.

De nombreuses autres activités de rétablissement sont également en cours pour le bassin hydrographique du lac Cowichan. Toutes les activités ne visent pas la lamproie du lac Cowichan et son habitat, mais il est probable que l'espèce profite de l'intendance générale du bassin hydrographique.

Cette espèce est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). De plus amples renseignements sur la LEP, y compris comment elle protège chaque espèce, sont disponibles dans le Registre public des espèces en péril.

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites Web des provinces et des territoires.