Lamproie de l'Ouest (population du ruisseau Morrison)

Lampetra richardsoni

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

La lamproie de l'Ouest (Lampetra richardsoni) est un petit poisson (approximativement 18 centimètres au plus) sans mâchoire et au corps anguilliforme. Elle a une bouche ronde et un long corps dépourvu d'écailles. La population du ruisseau Morrison de la lamproie de l'Ouest, connue sous le nom de lamproie du ruisseau Morrison, est polymorphique. Cela signifie que l'espèce présente plus d'un type de cycle biologique : dans le cas présent, un type parasitique et un type non parasitique. Il est très inhabituel de trouver les types parasitique et non parasitique d'eau douce dans une même population de lamproie.

Pour ce qui est des ammocètes (la forme larvaire de l'espèce), ces deux types de cycle biologique sont indiscernables. À la phase adulte, le type non parasitique est caractérisé par une coloration brun foncé ou grise et des dents émoussées, alors que le type parasitique se reconnait à ses côtés argentés, au dessous du ventre blanc et à ses dents pointues.

Habitat

La lamproie du ruisseau Morrison se trouve uniquement dans le bassin hydrographique du ruisseau Morrison à Courtenay (Colombie-Britannique), au Canada.

Le ruisseau Morrison est un cours d'eau d'amont long de 24 kilomètres et alimenté par des zones humides et des sources. La température de l'eau est fraîche et demeure relativement constante tout au long de l'année. Le lit du cours d'eau est composé de sédiments compacts déposés par la fonte des glaciers et des nappes glaciaires, de parcelles de gravier fin et d'une grande quantité de débris.

On connaît mal les préférences particulières de la lamproie du ruisseau Morrison en matière d'habitat, qui sont largement déduites de celles de la lamproie de l'Ouest. La lamproie du ruisseau Morrison construit son nid dans le sable et le gravier tapissant le lit du cours d'eau : les œufs y sont déposés par les femelles et fertilisés par les mâles. Les ammocètes ne sont pas sédentaires, mais utilisent les zones vaseuses pour s'enfouir et s'alimenter. On suppose que les substrats mous constituent d'importants refuges. On n'a pas observé d'adultes se nourrissant de façon parasitique à l'état sauvage. On estime qu'ils se déplacent le long du ruisseau à la recherche de nourriture ou de frayères convenables.

Menaces

Comme son aire de répartition est restreinte, la lamproie du ruisseau Morrison peut être jugée très vulnérable aux menaces. Les lacunes dans les connaissances sur cette espèce rendent l'évaluation des menaces difficile. Les menaces générales qui pèsent sur l'espèce comprennent l'utilisation des terres, les déversements, les lixiviats de décharge et la base de proies en déclin.

Certaines activités terrestres peuvent modifier l'habitat aquatique directement ou indirectement en altérant la qualité de l'eau sous l'effet de la sédimentation ou des polluants, ce qui peut toucher l'habitat riverain ou les débits de ruissellement. La principale préoccupation relativement à l'utilisation des terres dans le bassin hydrographique du ruisseau Morrison est l'aménagement. Les pressions liées à l'aménagement sont en augmentation dans la zone, et le village de Cumberland prend de l'expansion dans la partie supérieure du bassin. L'autoroute Inland Island longe une partie du ruisseau Morrison et traverse le cours principal et un affluent. Le risque qu'une substance dangereuse soit accidentellement déversée dans le ruisseau est élevé au long terme. Un déversement important d'une substance toxique pourrait avoir de graves répercussions sur la répartition de la population. Le principal centre d'élimination des déchets du district régional de Comox Valley est à 1 100 mètres au sud-ouest et en amont du ruisseau Morrison, et domine un aquifère à nappe libre hautement perméable. Jusqu'à maintenant, aucun impact n'a été détecté dans les eaux superficielles du ruisseau.

Enfin, la lamproie du ruisseau Morrison pourrait être menacée par le déclin du nombre de proies. Le saumon du Pacifique (O. spp.) et la truite (Salvelinus spp.) sont des espèces communes dans le bassin hydrographique et des proies probables de la lamproie du ruisseau Morrison. La diminution de l'abondance de ces groupes d'espèces peut constituer une menace pour la lamproie.

Renseignements supplémentaires

La lamproie de l'Ouest (population du ruisseau Morrison) a été inscrite comme espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en 2003. Le Programme de rétablissement pour la lamproie du ruisseau Morrison a été publié en 2007. Il visait à établir des buts et des objectifs pour assurer la viabilité à long terme de l'espèce dans son aire de répartition naturelle. Depuis son inscription, des efforts de sensibilisation et des recherches ont été entrepris sur la taxonomie, la biologie et l'état de l'espèce, de même que sur le bassin hydrographique.

Plusieurs projets généraux d'intendance de l'habitat profitant au bassin ont aussi été entrepris depuis l'inscription de l'espèce. En 2015, du financement a été obtenu pour éliminer deux obstacles au déplacement des poissons, notamment la lamproie du ruisseau Morrison. Dans le cadre de ces projets, des activités de complexion dans les cours d'eau, de stabilisation des rives, de reforestation des berges et de restauration des passes à poissons ont été effectuées dans le ruisseau Morrison. On espère que ces changements atténueront les répercussions de la fragmentation potentielle de l'habitat de la lamproie du ruisseau Morrison.

Cette espèce est protégée en vertu de la LEP. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris comment elle protège chaque espèce, sont disponibles dans le Registre public des espèces en péril.

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites Web des provinces et des territoires.

Lamproie de l'Ouest (population du ruisseau Morrison)

Légende : Lamproie de l'Ouest (population du ruisseau Morrison) dans sa forme « argentée » (dessus) et non argentée traditionnelle de lamproie de l'Ouest (dessous). Mention de la source : Joy Wade.

Légende : Lamproie de l'Ouest (population du ruisseau Morrison) dans sa forme « argentée » (dessus) et non argentée traditionnelle de lamproie de l'Ouest (dessous). Mention de la source : Joy Wade.

Nom scientifique : Lampetra richardsoni
Désignation LEP : En voie de disparition, Annexe 1
Désignation COSEPAC : En voie de disparition (avril 2010)
Région : Colombie-Britannique

Carte de la région

Carte de la région, Colombie britannique

Le saviez-vous?

La lamproie mâle du ruisseau Morrison construit les frayères (nids) en transportant de petits cailloux un par un à l'aide de sa bouche ronde et en faisant vibrer son corps afin de créer un creux dans le lit du cours d'eau.

Renseignements connexes