Grenadier de roche

Coryphaenoides rupestris

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

Le grenadier de roche (Coryphaenoides rupestris) est un poisson marin des grands fonds. Il appartient à la famille des Macrouridés, communément appelés « grenadiers ». Il présente les caractéristiques suivantes :

  • Corps court, légèrement comprimé, avec une queue longue s'effilant en pointe;
  • Tête large et comprimée, avec un museau lisse et arrondi;
  • Petit barbillon présent sur le menton, et une plaque en forme de bouton sur l'extrémité de son museau;
  • Corps brun moyen à gris, avec une bouche et des nageoires noires à brunâtres-grises;
  • Les individus peuvent mesurer jusqu'à 110 cm de longueur et peser 1,7 kg;
  • Il peut vivre jusqu'à 72 ans.

Habitat

Le grenadier de roche vit sur les talus continentaux et la dorsale médio-atlantique de l'océan Atlantique Nord. Dans la partie ouest de l'Atlantique Nord, il est présent depuis le cap Hatteras jusqu'à l'île de Baffin et au Groenland. Dans la partie est de l'Atlantique, l'espèce est observée depuis l'Afrique du Nord jusqu'à la Norvège. Dans les eaux canadiennes, le grenadier de roche est surtout abondant à partir du détroit de Davis, sur le talus continental au large de Terre-Neuve-et-Labrador, et le long du pourtour du Grand Banc jusqu'au banc Georges. Des spécimens sont capturés à l'occasion sur le plateau néo-écossais.

Le grenadier de roche est un poisson de profondeur qui forme de grands bancs. Il est surtout abondant à des profondeurs variant de 400 à 1 200 mètres, mais sa présence a été signalée jusqu'à une profondeur de 2 600 mètres. Il affectionne les habitats au courant faible ou nul et les températures oscillant entre 3,5 et 4,5 °C. Ses stades de développement ne sont pas bien connus du fait de sa préférence pour les eaux profondes. La période de fraie exacte est inconnue et pourrait s'étaler sur toute l'année. Les œufs sont de forme sphérique et d'un diamètre de 2,4 mm; ils flottent librement, leur fertilisation est externe et a lieu au moment de la fraie. Cette espèce est caractérisée par un faible taux de fécondité, un rythme de croissance lent et une maturation tardive. Les femelles atteignent la maturité à 10 ans environ. Bien que le grenadier de roche nage très lentement, il effectue des migrations saisonnières (possiblement pour suivre ses températures d'eau et proies préférées) de même que des migrations verticales diurnes de plus de 1 000 m à partir du plancher océanique (pour se nourrir de crevettes, de crustacés semblables à des crevettes, de calmars et de petits poissons).

Menaces

La pêche représente la principale menace à laquelle fait face le grenadier de roche. À la fin des années 1950 et pendant les années 1960, le grenadier de roche était exploité commercialement dans le cadre d'une pêche dirigée. La pêche dirigée du grenadier de roche fait l'objet d'un moratoire dans les sous-zones 0, 2 et 3 de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest depuis 1997. Cependant, le grenadier de roche peut représenter une partie importante des prises accessoires dans les pêches en eau profonde telles que celles du flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides). Outre un règlement sur la dimension minimale des mailles des filets, la pêche au grenadier de roche n'est pas réglementée dans les eaux internationales. À ce jour, le grenadier de roche ne montre aucun signe de rétablissement de population dans les eaux canadiennes.

Les populations du grenadier de roche sont très vulnérables à la mortalité causée par les humains, en raison des caractéristiques de leur cycle biologique (longue durée de vie, rythme de croissance lent, maturité tardive et faible taux de fécondité) qui limitent le rétablissement de l'espèce après une perturbation.

Renseignements supplémentaires

Pour de plus amples renseignements, visitez Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Sources :

COSEPAC. 2008. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le grenadier de roche
Coryphaenoides rupestris au Canada.
Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
Ottawa. vii + 42 p.

Grenadier de roche

Illustration d'un Grenadier de roche vu de profil

Illustration d'un grenadier de roche vu de profil.
(Illustration : Gary Taylor)

Le grenadier de roche a un corps brun moyen à gris, avec une bouche et des nageoires brunâtres-gris à noires. Son corps est court, légèrement comprimé et s'effile de façon uniforme pour former une queue pointue. Sa tête est assez courte et comprimée (représentant environ 15 % de la longueur du corps), et son museau est lisse et arrondi. Il présente un petit barbillon (appendice ressemblant à des moustaches) sur le menton.

Nom scientifique : Coryphaenoides rupestris
Statut selon la LEP : Aucun statut
Statut selon le COSEPAC : En voie de disparition
Région : Terre-Neuve-et-Labrador, Nunavut et Nouvelle-Écosse

Le saviez-vous?

Le grenadier de roche se distingue des autres grenadiers de l'Atlantique Nord par son museau lisse et arrondi, et par sa tête courte et comprimée. Comme de nombreuses espèces d'eau profonde, les jeunes grenadiers se nourrissent principalement de petits crustacés (amphipodes, copépodes), puis se nourrissent ensuite de poissons et de crevettes lorsqu'ils grandissent. Les femelles deviennent plus grosses et plus lourdes que les mâles. Cette espèce peut vivre jusqu'à 72 ans.

Renseignements connexes