Dard de sable (populations de l'Ontario)

Ammocrypta pellucida

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Noter :

Le dard de sable a été inscrit comme espèce « menacée » en vertu de la Loi sur les espèces en péril en juin 2003. Le COSEPAC a réévalué le statut de l'espèce en 2009 et a maintenu le statut « menacé ». Toutefois, les populations canadiennes de dard de sable ont été séparées en deux unités désignables, une première unité désignable pour les populations du Québec et une deuxième pour les populations de l'Ontario.

Description

Le dard de sable est un poisson translucide et allongé à la teinte jaunâtre ou argentée, orné d'une série de 10 à 14 taches latérales foncées. Il est partiellement recouvert d'écailles. Adulte, il mesure habituellement entre 45 et 70 mm.

Habitat

La répartition mondiale du dard de sable est limitée à l’Amérique du Nord. Son aire de répartition principale se trouve dans le centre-est du nord des États-Unis jusqu'à l'extrême sud de l'Ontario, alors qu'une aire plus petite est localisée au Québec et inclut quelques tributaires dans les États du Vermont et de New York. En Ontario, on le trouve dans les lacs Sainte-Claire et Érié, et dans plusieurs cours d'eau du sud-ouest de l'Ontario.

Le dard de sable se nourrit surtout de larves de moucherons et de zooplanctons. Le dard de sable fréquente habituellement les aires sablonneuses des cours d'eau ainsi que les hauts-fonds sablonneux des lacs.

Menaces

La présence de l'espèce en Ontario a diminué de moitié depuis les années 1970 en raison de la dégradation et de la destruction de l'habitat entraînées par le développement urbain et agricole, la canalisation des cours d'eau et la pollution. Les barrages créent des obstacles au libre passage des poissons et ont des conséquences pour l'habitat dans certains cours d'eau. Les espèces envahissantes présentent un risque éventuel important. En particulier, on s'inquiète de plus en plus de la colonisation progressive par le gobie à taches noires des tributaires des Grands Lacs où vit le dard de sable.

Renseignements supplémentaires

Depuis juin 2003, le dard de sable est protégé par la Loi sur les espèces en péril, laquelle interdit de nuire aux individus de l'espèce, de les tuer ou de les capturer.

On travaille actuellement à la conception d'une stratégie de rétablissement en collaboration avec l'équipe de rétablissement, qui comprend des représentants de Pêches et Océans Canada, du ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, des organismes locaux de protection de la nature, des universités et d'autres parties intéressées.

Plusieurs mesures de rétablissement ont déjà été mises en œuvre. Par exemple, il existe actuellement quatre stratégies de rétablissement des écosystèmes aquatiques pour les zones suivantes : la rivière Thames, la rivière Sydenham, la rivière Grand et la région Essex-Érié. Chacune de ces stratégies écosystémiques aide à soutenir les diverses populations de dard de sable. De plus, des programmes de gérance et de sensibilisation sont en cours pour réduire les menaces reconnues.

Visitez le Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Dard de sable (populations de l'Ontario)

Dard de sable dans son habitat sablonneux préféré

Dard de sable dans son habitat sablonneux préféré
Alan Dextrase (ministère des Richesses naturelles de l’Ontario)

Nom scientifique : Ammocrypta pellucida
Statut selon la LEP : Menacée
Statut selon le COSEPAC : Menacée
Région : Centre et Arctique (Ontario)

Répartition du dard de sable en Ontario.

Répartition du dard de sable en Ontario.

Le saviez-vous?

Le dard de sable s'enfouit dans le sable, tantôt complètement, tantôt avec les yeux à découvert. De cette manière, il peut rester sur place dans un courant fort, à l'abri des prédateurs. Il est donc très vulnérable à toute activité qui pourrait modifier son habitat préféré de sable propre.

Renseignements connexes