Chabot de profondeur (populations des Grands Lacs - ouest du Saint-Laurent)

Myoxocephalus thompsonii

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

Le chabot de profondeur (Myoxocephalus thompsonii) habite les lacs et appartient à la famille des cottidés. Il présente les caractéristiques suivantes :

  • Corps allongé atteignant une longueur totale de 47,2 à 110,5 mm et une longueur moyenne de 76,7 mm.
  • Yeux sur le dessus de la tête;
  • Dépourvu de vraies écailles;
  • Grande bouche parsemée de petites dents sur les mâchoires supérieure et inférieure, la langue et le palais;
  • Deux nageoires dorsales; la première compte de 7 à 10 épines et la deuxième a de 11 à 16 rayons mous;
  • Grandes nageoires pectorales, nageoires pelviennes réduites, nageoire anale à base longue et nageoire caudale tronquée;
  • De couleur gris sombre à brun avec marques foncées chevauchant le dos; mouchetures légères sur les côtés; ventre pâle
  • Trois bandes foncées peu marquées apparaissent sur les nageoires pectorales; nageoires pelviennes parsemées de points clairs; nageoires dorsales et nageoire anale portent de grandes taches peu marquées.

Habitat

L'aire de répartition du chabot de profondeur est presque entièrement limitée au Canada, sauf pour ce qui est de la partie américaine des Grands Lacs et de certains lacs intérieurs du Michigan, du Minnesota et du Wisconsin. Au Canada, sa répartition est inégale et limitée aux lacs froids et profonds des régions antérieurement englacées ou reliées à des lacs pro-glaciaires. Ceci comprend la région de Mont-Laurier jusqu'aux Grands Lacs laurentiens, le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta et, vers le nord-ouest, jusqu'au Grand lac de l'Ours et au Grand lac des Esclaves dans les Territoires du Nord-Ouest. L'unité désignable des Grands Lacs et de l'Ouest du fleuve Saint-Laurent est inscrite sur la liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril. Cette unité désignable englobe dix lacs en Ontario et au Québec.

Au Canada, le chabot de profondeur est présent dans plus de 60 lacs. Cependant, on sait que la population Grands Lacs-ouest du fleuve Saint-Laurent n'est présente que dans 10 lacs. En Ontario, le chabot de profondeur est présent dans les lacs Nipigon, Ontario, Supérieur, Fairbank et Huron. Dans le lac Érié, on n'a observé que des larves (jeunes de l'année). Toutefois, on pense que ces larves proviendraient du lac Huron; il n'y a pas de population reproductrice dans le lac Érié. Au Québec, le chabot de profondeur est présent dans le Grand Lac Rond, le lac des Îles, le lac Heney et le lac des Trente-et-un milles. Les populations des lacs des Îles et Heney sont peut-être disparues.

Le chabot de profondeur est une espèce de fond que l'on ne trouve que dans les lacs froids (< 7 ºC), profonds et bien oxygénés. Dans les Grands Lacs, les adultes se trouvent ordinairement à une profondeur de 60 à 150 m. Voilà pourquoi on ne connaît pas bien la biologie de ce poisson. Son cycle de reproduction reste mystérieux et l'on ignore les exigences en matière d'habitat de frai. Dans les Grands Lacs, l'hiver semble être la saison du frai. Toutefois, on ignore si c'est le cas aussi dans les petits lacs intérieurs. Il semble que les individus des Grands Lacs, particulièrement ceux du lac Ontario, sont généralement plus grands que ceux des autres populations. Le chabot de profondeur constitue un élément important du régime alimentaire du touladi et de la lotte.

Le régime alimentaire du chabot de profondeur se compose en grande partie de Mysis relicta, de Diporeia spp. et de larves de chironomes. Le zooplancton fait probablement partie de son régime alimentaire au stade larvaire, qui est pélagique (en mer libre). Les produits alimentaires secondaires peuvent comprendre les larves de phryganes, les palourdes de la famille des Sphaeriidae, les ostracodes, les sangsues, les œufs de poisson et les petits poissons.

Menaces

Le chabot de profondeur est surtout menacé par la perte et la dégradation de l'habitat ainsi que par les espèces aquatiques envahissantes. La qualité de l'eau se dégrade sous l'effet du développement industriel, urbain et agricole, qui constitue une menace importante dans les lacs intérieurs. L'enrichissement des lacs en éléments nutritifs (eutrophisation) et les faibles concentrations d'oxygène qui en résultent dans les eaux de fond ont probablement contribué au déclin du chabot de profondeur dans le lac Heney et le lac des Îles. On a établi un lien entre la disparition ou la quasi-disparition du chabot de profondeur du lac Ontario et l'invasion du gaspareau (Alosa pseudoharengus). Les variations de l'abondance et de la composition des espèces du zooplancton ont probablement une incidence sur le chabot de profondeur. Par exemple, un déclin de Diporeia spp. dans les Grands Lacs en aval peut constituer une menace pour l'espèce, puisqu'il s'agit d'une source importante de nourriture.

Renseignements supplémentaires

Pour obtenir plus de renseignements, visitez le Registre public des espèces en péril.

Sources : Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur le chabot de profondeur au Canada, 2006, Pêches et Océans Canada. Plan de gestion des populations de chabot de profondeur des Grands Lacs et de l'ouest du fleuve Saint-Laurent [proposition], 2013.

Chabot de profondeur (populations des Grands Lacs - ouest du Saint-Laurent)

Chabot de profondeur (© J. R. Tomelleri)

Myoxocephalus thompsonii
© J. R. Tomelleri

Nom scientifique : Myoxocephalus thompsonii
Statut selon la LEP : Préoccupante
Statut selon COSEPAC : Préoccupante
Région : Ontario, Québec

Aire de répartition du chabot des profondeurs telle que décrite dans le paragraphe suivant

Aire de répartition du chabot des profondeurs (populations des Grands Lacs - ouest du Saint-Laurent)

Le saviez-vous?

Les formes dulcicoles et marines du chaboisseau à quatre cornes (M. quadricornus) sont deux taxons étroitement apparentés qui ressemblent au chabot de profondeur. Cependant, ils ont quatre épines qui ressemblent à des cornes sur le dessus de la tête, que n'a pas le chabot de profondeur.

Renseignements connexes