Grand requin blanc (population de l'Atlantique)

Carcharodon carcharias

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

De par sa taille considérable, sa nature de prédateur et sa réputation d’agresseur occasionnel d’humains, le grand requin blanc est le plus célèbre de toutes les espèces de requin à travers le monde. On le reconnaît à sa grande taille, à son iris d’un noir profond et au fort contraste entre la couleur foncée (grise ou même noire) de son dos et le blanc de son ventre. Il a un corps corpulent et fusiforme, un museau conique assez long et des dents triangulaires et dentelées comme des lames.

À la naissance, les grands requins blancs mesurent entre 1,09 m et 1,65 m. Leur grande taille à leur naissance prévient la prédation de la plupart des animaux marins. Leur taille pourra atteindre de 3,8 m à 6 m et peut-être même plus, et la durée de vie typique de ce prédateur supérieur est estimée entre 23 à 60 ans.

Répartition et population

À l'échelle mondiale, il s'agit d'une espèce rare, même si on la rencontre de façon relativement prévisible par endroits. L'aire de répartition du grand requin blanc s'étend des mers subpolaires aux tropiques des deux hémisphères, mais c'est dans les eaux côtières tempérées du plateau continental ouest de l'Atlantique Nord, de la mer Méditerranée, du sud de l'Afrique, du sud de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l'est du Pacifique Nord qu'on observe et qu'on capture le plus souvent l'espèce. On ne retrouve pas cette espèce en eaux froides. Dans les zones côtières canadiennes de l’Atlantique et du Pacifique, il semble que les grands requins blancs n’apparaissent que de façon sporadique; seules 46 mentions confirmées ou probables ont été enregistrées entre 1874 et 2006 (32 mentions dans l’Atlantique depuis 1874 et seulement 14 mentions depuis 1961 dans le Pacifique). Au Canada, les grands requins blancs aperçus dans le bassin du Pacifique sont presque exclusivement des spécimens échoués sur les rives abritées des îles de la Reine-Charlotte (Haida Gwaii) vers la fin de l'automne et le début de l'hiver. Dans les eaux du Canada atlantique, les registres témoignent d'observations de grands requins blancs dans la partie nord-est du plateau de Terre-Neuve, le détroit de Belle-Isle, le Banc de Saint-Pierre, le Banc de l'Île de Sable, le Banc de Forchu Misaine, la baie St. Margaret au large du cap La Have, la baie de Passamaquoddy, la baie de Fundy, le détroit de Northumberland et dans le chenal Laurentien, jusqu'à l'estuaire de la rivière Portneuf.

Il n’existe aucune estimation de la taille des populations vivant dans les eaux canadiennes et nous avons peu d’information sur la tendance démographique des grands requins blancs dans le monde, ce qui reflète leur rareté. Leur abondance a vraisemblablement toujours été bien moindre au Canada que dans les eaux adjacentes des États-Unis. Cependant, le déclin des populations est une tendance documentée dans plusieurs endroits de la planète et le nombre de grands requins blancs a diminué d’environ 80 % en 14 ans dans les régions de l’Atlantique Nord-Ouest à l’extérieur des eaux canadiennes.

Habitat

Le grand requin blanc vit aussi bien dans les eaux côtières que dans les eaux du large. Il peut aussi bien se trouver juste en dessous de la surface de l’eau ou presque au fond, à une profondeur pouvant atteindre au moins 1 280 m. On retrouve ce requin dans les déferlantes des plages sablonneuses ou au large des côtes rocheuses. Il nage volontiers dans les baies abritées, les lagunes, les havres et les estuaires, mais se tient généralement à l'écart des eaux saumâtres ou douces. Sur les côtes est et ouest de l'Amérique du Nord, les aires de mise bas pourraient se situer respectivement au large de la Californie du sud et dans le golfe médio-atlantique. L'espèce est très mobile, et il est probable que les individus de l'Atlantique canadien sont des migrateurs saisonniers appartenant à une vaste population de l'Atlantique Nord-Ouest.

Biologie

Contrairement à la plupart des autres requins, les Lamnidés peuvent régulariser leur température corporelle; le requin-taupe bleu maintient la sienne de 1 à 10 ºC au-dessus de celle de l'eau ambiante. Cela permet à ce requin (qui est un des plus rapides au monde) de continuer à nager très vite lorsqu'il traverse des eaux plus profondes et plus froides.

Les femelles atteignent à maturité une longueur totale de 2,7 à 3 m (vers environ 17 ans) et leur progéniture se compose d'environ 4 à 25 petits, qui naissent au terme d'une période de gestation d'environ 15 à 18 mois. À la naissance, les petits mesurent environ 70 cm. Bien que les mâles soient de taille un peu plus petite (2 à 2,2 m) que les femelles, ils arrivent à maturité beaucoup plus tôt (7 à 9 ans). Sa longévité minimale a été estimée à 24 ans et son espérance de vie peut aller jusqu'à 45 ans.

Menaces

Le premier prédateur du grand requin blanc est l'homme : les pêcheurs sportifs le convoitent, tandis que les pêcheurs commerciaux le capturent accidentellement ou dans le but de revendre certains organes très recherchés sur le marché international. Au Canada atlantique, les registres ne font état que de deux captures de grands requins blancs dans des engins de pêche depuis 1990. Dans les eaux canadiennes du Pacifique, aucune capture de grand requin blanc au cours d'activités de pêche n'a été confirmée. Parmi les grands requins blancs échoués sur les îles de la Reine-Charlotte, plusieurs portaient des marques pouvant provenir d'engins de pêche. Le grand requin blanc a en effet tendance à s'approcher des bateaux et autres objets flottants pour les examiner, ce qui l'amène souvent à la surface et le rend vulnérable aux hameçons, aux armes à feu et aux harpons.

En raison de la vénération que plusieurs cultures lui portent, ses mâchoires et ses dents sont devenues des objets particulièrement convoités comme pièces de collection, et ses ailerons, un produit recherché en cuisine asiatique et en médecine traditionnelle. Le faible taux de reproduction de cette espèce constitue une autre menace, car il rend le rétablissement des populations difficiles.

Protection

En 2004, le grand requin blanc a été inscrit à l'Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), une catégorie pour les espèces qui ne sont présentement pas menacées, mais qui peuvent le devenir si leur commerce n’est pas contrôlé. En 2000, l'Union internationale pour la conservation de la nature a ajouté l'espèce à sa liste des espèces « vulnérables » à l'échelle mondiale. En Californie, le grand requin blanc bénéficie depuis 1997 d'une protection qui interdit à quiconque de l'attirer ou de le harceler de quelque façon que ce soit ou d'en posséder ou d'en vendre un spécimen ou une partie d'un spécimen; toute embarcation qui contient des matières provenant d'un grand requin blanc se voit refuser l'accostage aux ports de l'État. Aux États-Unis, les populations de grands requins blancs de la côte atlantique et du golfe du Mexique sont en outre protégées en vertu du plan fédéral de gestion des pêches depuis 1997, mais les détenteurs de permis de pêche récréative en mer sont autorisés à pratiquer la pêche sportive avec remise à l'eau. Par ailleurs, le grand requin blanc figure aux annexes I et II de la Convention sur la conservation des espèces migratrices, régie par un traité des Nations Unies.

Sur la côte canadienne du Pacifique, un règlement interdit aux entreprises de pêche à la ligne et à l'hameçon de conserver quelque requin que ce soit, à l'exception de l'aiguillat, ce qui confère une certaine protection au grand requin blanc.

Profil du Registre public des espèces en péril

Profil basé sur le rapport de situation 2006 du COSEPAC.

Grand requin blanc (population de l'Atlantique)

Grand requin blanc - © Shutterstock

© Shutterstock

Nom scientifique : Carcharodon carcharias
Taxonomie : Poisson (marin)
Statut d’après la LEP : En voie de disparition
Statut d'après la COSEPAC : En voie de disparition
Région : Atlantique

Grand requin blanc - © Shutterstock

© Shutterstock

Renseignements connexes