Les océans du Canada maintenant : Écosystèmes de l’Atlantique, 2018

Document PDF

Table des matières

Avant-propos

Les rapports Les océans du Canada maintenant sont des résumés annuels de l’état actuel des océans du Canada et des tendances qu’ils affichent. Ces rapports, qui sont publiés à l’intention des Canadiens, font partie de l’engagement du gouvernement du Canada d’informer ses citoyens sur l’état actuel et l’état futur potentiel des océans du Canada.

Le présent rapport, Les océans du Canada maintenant : Écosystèmes de l’Atlantique, présente l’état actuel des écosystèmes marins de l’Atlantique canadien et leurs tendances jusqu’à la fin de 2017. Il repose sur une synthèse scientifiqueNote de bas de page 1, qui a été présentée au cours d’une réunion scientifique en décembre 2017, qui consistait en des résumés de la documentation revue par des pairs et des données disponibles sur certains volets de l’océanographie physique et chimique, de l’océanographie biologique, des habitats, des communautés de poissons et d’invertébrés, des mammifères marins, des tortues de mer et des oiseaux de mer. Des chercheurs de Pêches et Océans Canada (MPO) et leurs collègues d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) ont contribué à l’examen par des pairs et ont publié des données recueillies au cours des programmes de surveillance et de recherche pour le présent rapport. Ces renseignements seront mis à jour dans de prochains rapports, ce qui permettra d’avoir un portrait constant de l’état des écosystèmes marins de l’Atlantique canadien et des tendances qu’ils affichent.

Introduction

La compréhension de la santé du milieu marin revêt une importance cruciale pour une nation bordée d’océans comme le Canada. Les océans Atlantique, Arctique et Pacifique soutiennent tous les Canadiens. Chaque Canadien est profondément attaché à ces écosystèmes marins dynamiques. Nos océans soutiennent tous les jours des activités récréatives et touristiques, culturelles et spirituelles, ainsi que la santé des Canadiens. Ils représentent une importante source de nourriture et de ressources naturelles à travers le pays. À une échelle plus vaste, toute la vie sur notre planète dépend du rôle que jouent les océans dans la régulation du climat mondial, le cycle des éléments nutritifs et la biodiversité.

Les écosystèmes marins comprennent l’environnement physique et chimique, et un vaste éventail d’organismes vivants, depuis le plancton minuscule jusqu’aux baleines géantes. Ces écosystèmes sont variés, complexes et naturellement dynamiques. Mais les incidences supplémentaires des activités humaines et du changement climatique entraînent d’autres changements qui peuvent avoir de lourdes conséquences pour la santé des écosystèmes marins.

Le changement climatique est l’un des principaux moteurs des changements observés dans l’environnement de l’océan Atlantique. La hausse des températures atmosphériques entraîne notamment un réchauffement des températures de la surface de la mer, une diminution de la couverture de glace, la hausse du niveau de la mer et la modification des courants océaniques. L’absorption accrue du dioxyde de carbone par les eaux de surface de la mer entraîne l’acidification des océans. Il peut être difficile de comprendre les liens entre ces divers éléments. Cependant, ces connaissances sont plus importantes que jamais.

En tant que nation bordée par des océans, le Canada a la responsabilité d’étudier et de protéger ces écosystèmes marins. Des chercheurs du gouvernement surveillent régulièrement les océans et mènent des recherches pour suivre l’état de ces derniers ainsi que les tendances au fil du temps.

Dans le présent rapport, on examine les connaissances acquises par les chercheurs à propos de l’environnement de l’océan Atlantique. À partir de la température de surface de la mer allant jusqu’à l’abondance des populations de poissons, il résume globalement la santé et l’état de l’océan Atlantique du Canada.

Les trois zones océaniques de l’Atlantique canadien

L’océan Atlantique canadien est divisé en trois biorégions : les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, le plateau néo-écossais et le golfe du Saint-Laurent (figure 1). Chaque biorégion est délimitée en fonction de différences géographiques quant aux conditions et à la profondeur de l’océan et présente des caractéristiques qui lui sont propres. Cependant, les limites qui les séparent sont des zones de transition, et non des frontières abruptes.

L’océan Atlantique canadien est fortement influencé par des changements saisonniers dans les courants, la température de l’eau, la glace de mer et le ruissellement des eaux douces. Les changements saisonniers dans la glace de mer, notamment sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador et dans le golfe du Saint-Laurent, ont une incidence sur l’apport d’eau douce et le moment des proliférations de phytoplancton. Le courant du Labrador amène de l’eau froide provenant de l’Arctique le long des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador (figure 2). Il s’agit de la pénétration la plus méridionale des eaux de l’Arctique de l’hémisphère Nord. La partie méridionale du plateau néo-écossais est réchauffée par les eaux du Gulf Stream provenant du sud. Le mélange de ces deux courants d’eau crée une zone affichant une productivité élevée le long de la queue des Grands Bancs de Terre-Neuve qui soutiennent les écosystèmes régionaux. Le golfe du Saint-Laurent reçoit d’importants apports d’eau douce provenant du fleuve Saint-Laurent, lesquels se mélangent avec les eaux de l’Atlantique : les eaux du plateau du Labrador traversant le détroit de Belle Isle, et un mélange des eaux froides du courant du Labrador avec les eaux chaudes du Gulf Stream par le détroit de Cabot.

Figure 1 : Les trois biorégions de l’Atlantique canadien – L’emplacement des biorégions repose sur les conditions océaniques et la profondeur. Les sous-divisions de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO) sont des limites utilisées pour la recherche et la gestion des diverses ressources marines. On y fait référence tout au long du rapport. Carte de l’Atlantique canadien mettant en évidence trois biorégions de l’Atlantique à l’aide de formes de couleurs différentes. La biorégion des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador est en bleu, la biorégion de la plate-forme Néo-Écossaise est en orange et la biorégion du golfe du Saint-Laurent est en rose foncé. Les limites des subdivisions de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO) sont représentées au large de la côte de l’Atlantique par des polygones bordés de lignes pointillées blanches. Le nom de chaque division de l’OPANO est indiqué par un numéro et une lettre. Une légende à gauche de la carte indique les biorégions et les divisions de l’OPANO. L’emplacement des villes mentionnées dans le rapport est indiqué par des points noirs sur la carte – Saint John, N.-B.; Fredericton, N.-B.; Québec, QC; Rimouski, QC; Sept-Îles, QC; Harrington Harbour, QC; St. John’s, T.-N.-L.; Charlottetown, Î.-P.-É; Halifax, N.-É.

Figure 1 : Les trois biorégions de l’Atlantique canadien – L’emplacement des biorégions repose sur les conditions océaniques et la profondeur. Les sous-divisions de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO) sont des limites utilisées pour la recherche et la gestion des diverses ressources marines. On y fait référence tout au long du rapport.

Figure 2 : Courants dans l’Atlantique canadien – Deux principaux régimes de courants ont une incidence sur l’Atlantique canadien : le courant froid du Labrador provenant du nord (en bleu foncé) et le courant chaud du Gulf Stream provenant du sud (en rouge foncé). Carte de l’Atlantique canadien mettant en évidence les systèmes océaniques actuels dans l’eau. Une épaisse ligne rouge foncé avec une flèche à l’extrémité représente le Gulf Stream, qui coule vers le nord et l’est de l’Amérique du Nord. Une ligne bleu foncé avec une flèche à l’extrémité représente le courant du Labrador, qui coule vers le sud depuis l’île de Baffin et le Groenland. Un courant orange indique le courant d’Irminger, à l’extrémité sud du Groenland. De plus petites lignes bleues avec des flèches sont réparties sur la carte pour indiquer les différents courants de l’Atlantique canadien.

Figure 2 : Courants dans l’Atlantique canadien – Deux principaux régimes de courants ont une incidence sur l’Atlantique canadien : le courant froid du Labrador provenant du nord (en bleu foncé) et le courant chaud du Gulf Stream provenant du sud (en rouge foncé).

L’environnement océanique

Les changements dans l’environnement physique ont d’importantes répercussions sur les systèmes biologiques à différentes échelles. Par exemple, le réchauffement des températures causé par le changement climatique peut avoir des répercussions sur des organismes individuels, comme des changements dans les taux de croissance de certaines espèces ou des changements à plus vaste échelle, comme des modifications des réseaux trophiques.

Les océanographes mesurent les conditions océaniques au large de la côte Atlantique depuis des décennies. Cette mine de données est utilisée pour mieux comprendre les liens entre l’environnement et les écosystèmes, et pour évaluer les effets des activités humaines. Deux importants programmes du MPO permettent de recueillir des données sur les conditions océaniques, soit le Programme de monitorage de la zone Atlantique (PMZA) et le Programme de monitorage de la zone Atlantique au large du plateau continental (PMZAO). Ils permettent d’étudier les propriétés physiques, chimiques et biologiques sur les plateaux et les pentes continentaux qui se trouvent au large de la côte est du Canada.

Durant les relevés de surveillance et de recherche, des dispositifs d’échantillonnage connus sous le nom de rosettes sont déployés dans la colonne d’eau. Les capteurs dont ils sont équipés peuvent mesurer des variables physiques et chimiques comme la température, l’oxygène dissous et l’acidité. Les dispositifs comportent également des bouteilles pour le prélèvement d’échantillons d’eau à différentes profondeurs. On peut analyser ces échantillons à bord de navires ou dans un laboratoire en milieu terrestre. Les données recueillies, combinées aux données d’autres sources comme l’imagerie par satellite, nous offrent un portrait plus complet de la santé de l’océan. Les conditions environnementales sont habituellement consignées de manière à montrer comment elles s’écartent des moyennes à long terme. Ces différences sont appelées des anomalies. En ce qui concerne les températures mesurées par la télédétection, on calcule généralement ces anomalies par rapport à la température moyenne mesurée sur des périodes s’échelonnant entre 1985 et 2010, et 1981 et 2010 pour d’autres paramètres océanographiques.

Température

Les eaux de l’Atlantique Nord sont tempérées, et deviennent froides ou chaudes selon la saison. Les températures des eaux superficielles varient avec la température atmosphérique. Les eaux plus profondes ne présentent pas beaucoup de changement saisonnier, mais subissent plutôt l’incidence des courants. Le mélange des eaux plus froides et plus douces amenées par le courant du Labrador avec des eaux plus chaudes et plus salées amenées par le Gulf Stream représente une interaction importante.

La hausse des températures atmosphériques due au changement climatique et la modification des courants se traduisent par des températures plus chaudes à la surface de la mer et en profondeur (figure 3, figure 4). La température est un important facteur environnemental. Elle influe sur tous les processus, depuis les processus physiques (comme la formation de glace de mer et le mélange dans la colonne d’eau) jusqu’à la condition et au comportement des espèces.

Les chercheurs mesurent les températures de l’eau dans toute la colonne d’eau en utilisant des capteurs automatisés et prennent des mesures directes par l’entremise de relevés de recherche. Ils interprètent également l’information recueillie par satellite. La température de la surface de la mer mesurée par télédétection est consignée pour les périodes de l’année où la mer est libre de glace. Ces périodes varient selon les années et les régions (du nord au sud).

État et tendances

Figure 3 : Indice de la température de la surface de la mer pour les biorégions de l’Atlantique mesuré durant les périodes de l’année où la mer était libre de glace. Ces valeurs sont comparées à la moyenne pour la période s’échelonnant entre 1985 et 2010. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les tendances supérieures à la moyenne représentent des conditions chaudes. Un diagramme à barres et un graphique linéaire combinés illustrent les fluctuations de la température de la surface de la mer entre 1985 et 2017 pour les trois biorégions de l’Atlantique. Le texte au-dessus du graphique indique « Température de la surface de la mer ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -25 à 25 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». L’axe horizontal représente les années entre 1980 et 2015 par tranches de 5 ans. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Une ligne noire épaisse s’étend entre l’axe vertical et l’axe horizontal pour représenter la tendance combinée de la température pour toutes les régions, les températures passant de sous de la moyenne à la fin des années 1980 et au début des années 1990 à généralement au-dessus de la moyenne dans les années 1990. La tendance est constante dans la plupart des zones.

Figure 3 : Indice de la température de la surface de la mer pour les biorégions de l’Atlantique mesuré durant les périodes de l’année où la mer était libre de glace. Ces valeurs sont comparées à la moyenne pour la période s’échelonnant entre 1985 et 2010. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les tendances supérieures à la moyenne représentent des conditions chaudes.

Figure 4 : Indice des températures au fond de l’océan pour les biorégions de l’Atlantique par rapport à la moyenne à long terme (1981-2010). La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les tendances supérieures à la moyenne représentent des conditions chaudes. Des changements dans les courants ont entraîné des pics records depuis 2012. Un diagramme à barres et un graphique linéaire combinés illustrent les fluctuations de la température au fond de la mer entre 1980 et 2017 pour les trois biorégions de l’Atlantique. Le texte au-dessus des graphiques indique « Température au fond de l’océan ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -25 à 25 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». L’axe horizontal représente les années entre 1980 et 2015 par tranches de 5 ans. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Une ligne noire épaisse s’étend entre l’axe vertical et l’axe horizontal pour représenter la tendance combinée de la température, avec des températures supérieures à la moyenne dans les années 2010. Un texte indique « Pics records depuis 2012 » au-dessus de la ligne sur le graphique de droite.

Figure 4 : Indice des températures au fond de l’océan pour les biorégions de l’Atlantique par rapport à la moyenne à long terme (1981-2010). La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les tendances supérieures à la moyenne représentent des conditions chaudes. Des changements dans les courants ont entraîné des pics records depuis 2012.

Glace de mer et couche intermédiaire froide

Les changements saisonniers dans la glace de mer et les couches de la colonne d’eau jouent des rôles importants dans la manière dont se comportent les écosystèmes de l’Atlantique Nord. La couche intermédiaire froide (CIF) est une importante caractéristique de cette région. La CIF se forme dans certains secteurs lorsque la couche de mélange froide hivernale est piégée par le réchauffement printanier en surface, de pair avec l’apport d’eau douce provenant de la fonte de la glace de mer et du ruissellement à partir des terres, formant une couche moins dense au sommet de la colonne d’eau [voir Stratification et couche intermédiaire froide]. Dans certains secteurs, la stratification peut persister durant la plus grande partie de l’année. Comme la couverture de glace et la CIF se forment toutes deux en hiver, elles sont souvent reliées l’une à l’autre ainsi qu’avec la température atmosphérique en hiver. Les données sont donc combinées en un seul indice (figure 5). La CIF a une incidence sur le mélange dans la colonne d’eau. Cela a des conséquences sur la manière dont se répartissent les éléments nutritifs, qui a un effet sur la productivité des écosystèmes.

Les changements saisonniers dans la glace de mer, notamment sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador et dans le golfe du Saint-Laurent, influent sur les apports d’eau douce et les moments de prolifération du phytoplancton (voir la section sur le phytoplancton). La glace de mer offre également des habitats pour des organismes qui vivent sur et sous la glace.

La couverture de glace fait l’objet d’une surveillance par le Service canadien des glaces (ECCC), lequel fait des relevés aériens et utilise l’imagerie par satellite pour obtenir des données sur des facteurs importants comme l’étendue maximale de la glace de mer dans les zones méridionales et le moment où elle est observée. On estime également la couverture, l’épaisseur et le volume de la glace.

État et tendances

  • Le changement climatique entraîne une diminution de la couverture de glace dans les écosystèmes marins de l’Atlantique. Depuis la fin des années 1800, les hivers plus chauds enregistrés ont mené à de plus longues périodes où la mer est libre de glace et à une diminution du volume de la glace.
  • Durant la dernière décennie, les volumes de glace sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, dans le golfe du Saint-Laurent et sur le plateau néo-écossais ont été inférieurs à la moyenne durant la plupart des années. Les volumes de glace ont atteint un creux record dans le golfe du Saint-Laurent en 2010 et sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador en 2011.
  • Sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, pour la période s’échelonnant entre 2010 et 2016, on a recensé trois années parmi les sept durant lesquels les volumes de la glace moyens étaient parmi les plus faibles jamais enregistrés. Dans le golfe du Saint-Laurent, cinq années figuraient parmi les sept où les volumes de la glace de mer moyens étaient parmi les plus faibles jamais enregistrés.
  • Des hivers plus chauds entraînent une CIF plus ténue. En 2012, on a enregistré des creux records des volumes de la CIF dans le golfe du Saint-Laurent et sur le plateau néo-écossais, ce qui représente des conditions chaudes records.
Figure 5 : Indice de la couche intermédiaire froide (CIF) et volume de la glace de mer dans les biorégions de l’Atlantique par rapport à la moyenne à long terme (1981-2010). La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Des tendances supérieures à la moyenne sont observées lorsque des conditions de réchauffement entraînent une diminution de la glace de mer et une CIF plus ténue. Un diagramme à barres et un graphique linéaire combinés illustrent les fluctuations de l’indice de la couche intermédiaire froide (CIF) et du volume de la glace de mer de l’Atlantique entre 1980 et 2017 pour les trois biorégions de l’Atlantique. Le texte au-dessus du graphique indique « Glace de mer et CIF ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -20 à 20 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». L’axe horizontal représente les années entre 1980 et 2015 par tranches de 5 ans. Sur la gauche du graphique, le texte au-dessus de la ligne du zéro indique « Plus chaude que la moyenne » et le texte au-dessous de la ligne du zéro indique « Plus froide que la moyenne ». Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Une ligne noire épaisse s’étend entre l’axe vertical et l’axe horizontal pour représenter la tendance combinée, la ligne étant généralement en dessous de la moyenne au début des années 1990, puis au-dessus après la fin des années 1990. Sur la droite du graphique, un texte indique « Creux records de la glace de mer » au-dessus de la ligne de tendance vers 2010. En dessous de la ligne de zéro sur la droite du graphique, une ligne de texte indique « Creux record de la CIF en 2012 » avec une flèche pointant vers 2012.

Figure 5 : Indice de la couche intermédiaire froide (CIF) et volume de la glace de mer dans les biorégions de l’Atlantique par rapport à la moyenne à long terme (1981-2010). La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Des tendances supérieures à la moyenne sont observées lorsque des conditions de réchauffement entraînent une diminution de la glace de mer et une CIF plus ténue.

Stratification et couche intermédiaire froide

L’océan se stratifie, car les couches d’eau affichant des densités différentes rendent plus difficile le mélange dans la colonne d’eau (figure 6). Durant l’automne et l’hiver, le refroidissement et le vent causent des mélanges et une homogénéisation des couches supérieures de l’océan. Au printemps et en été, les eaux superficielles deviennent moins denses en raison du réchauffement et de l’apport d’eau douce accru provenant de la fonte des glaces et du ruissellement sur les terres. Cette eau moins dense ne se mélange pas facilement aux eaux profondes plus denses et plus froides, ce qui mène à la stratification. Une couche intermédiaire froide (CIF) se forme tandis que les eaux froides durant l’hiver sont piégées en dessous de cette couche superficielle moins dense. Dans certaines zones peu profondes, la CIF peut s’étendre jusqu’au fond, mais, dans d’autres, il demeure une troisième couche profonde plus dense. La température de l’eau utilisée pour définir la CIF diffère selon les biorégions. Sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, cette température est inférieure à 0 ℃, dans le golfe du Saint-Laurent, elle est inférieure à 1 ℃ et sur le plateau néo-écossais, elle est inférieure à 4 ℃.

Figure 6 : La stratification de l’océan est influencée par la température, l’apport d’eau douce provenant des terres et de la fonte de la glace de mer, ainsi que par l’énergie découlant du mélange déclenché par le vent et les courants, qui changent selon les saisons. Une illustration montre une vue en coupe transversale de l’océan, s’étendant d’une rivière côtière à un estuaire et jusqu’au plateau continental. Le texte en haut du graphique indique « Stratification et couche intermédiaire froide ». La terre est illustrée en brun clair. Elle commence par un plateau, puis s’incline sous l’eau et s’aplatit à nouveau. Trois couches d’eau empilées sont représentées dans différentes nuances de bleu. Sur la gauche, une flèche pointe vers le bas avec un texte vertical indiquant « Profondeur ». La couche supérieure de l’eau est bleu clair et le texte sur la droite indique « Moins dense ». À l’extérieur du graphique de droite, un triangle bleu clair s’étend de la couche supérieure au texte, qui indique « Couche superficielle ». La couche du milieu est bleu foncé et sur la droite, trois lignes de texte indiquent « T.-N.-L. <0 °C », « Golfe <1 °C » et « Plate-forme Néo-Écossaise <4 °C ». À l’extérieur du graphique de droite, un triangle bleu foncé s’étend de la couche du milieu au texte, qui indique « Couche intermédiaire froide ». La couche inférieure près du fond de l’océan est en bleu et le texte sur la droite dit « Plus dense ». À l’extérieur du graphique de droite, un triangle bleu clair s’étend de la couche supérieure au texte, qui indique « Couche profonde ». Quatre flèches partent de la gauche en pointant vers la droite en direction du centre de la couche de surface. Dans la couche du milieu, à gauche, trois flèches noires pointent vers le haut vers un angle sur la gauche. Sur la droite du graphique, chevauchant les couches du haut, du milieu et du bas, il y a un cercle composé de trois flèches dans le sens des aiguilles d’une montre. Le texte dans le cercle indique « Mélange se produisant en automne et en hiver ».

Figure 6 : La stratification de l’océan est influencée par la température, l’apport d’eau douce provenant des terres et de la fonte de la glace de mer, ainsi que par l’énergie découlant du mélange déclenché par le vent et les courants, qui changent selon les saisons.

Oxygène

Figure 7 : Mesures de l’oxygène dissous moyen, du pH (acidité) et de la température dans la partie basse de l’estuaire du Saint-Laurent, à une profondeur d’environ 300 mètres. Lorsque les valeurs de l’oxygène dissous se situent en deçà d’un niveau de saturation de 30 %, les conditions sont considérées comme étant extrêmement hypoxiques.  Trois graphiques linéaires empilés verticalement qui représentent l’oxygène (en haut), l’acidité (pH) (au milieu) et la température (en bas) de l’estuaire maritime du Saint-Laurent. Le texte au-dessus du graphique indique « Oxygène dissous, acidité (pH) et température dans la partie basse de l’estuaire du Saint-Laurent (300 m) ». Les trois graphiques linéaires ont le même axe horizontal qui représente les années entre 1940 et 2020 par tranches de 20 ans. Les données commencent en 1932 et vont jusqu’en 2017, avec des écarts importants, en particulier entre 1940 et 1960. Le premier graphique linéaire illustre les fluctuations des niveaux d’oxygène. L’axe vertical de gauche montre les nombres entre 50 et 150 par incréments de 25 avec le texte « Oxygène dissous (micro-moles par litre) et une ligne horizontale pointillée s’étendant horizontalement à partir du chiffre 100. Au-dessus de cette ligne, sur la droite du graphique, le texte indique « Environ 30 % de saturation » et au-dessous du texte, « Conditions hypoxiques ». Une ligne de données, en turquoise, indique les niveaux d’oxygène au fil du temps. Certaines données, dans les années 1930 et 1960 à 1970, se situent généralement au-dessus de la ligne hypoxique alors que les données depuis les années 1980 sont en dessous de cette ligne. Le deuxième graphique linéaire illustre les fluctuations du pH. L’axe vertical de gauche montre les nombres entre 7,5 et 8,0 par incréments de 0,1 avec le texte qui indique « pH ». Une ligne de données, en rose, indique les niveaux de pH au fil du temps. Deux points de données dans les années 1930 se situent entre 7,8 et 7,9. Il n’y a pas de données de 1940 à 1980, mais de 1980 à 2017, les données affichent une tendance générale à la baisse d’environ 7,7 à presque 7,5. Sur la droite, au-dessus de la ligne entre 2000 et 2020, le texte indique « Augmentation de l’acidité ». Le troisième graphique linéaire illustre les fluctuations des niveaux de température. L’axe vertical de gauche montre les nombres entre 3 et 6 par incréments de 1 avec le texte « Température (°C) ». Une ligne bleu clair indique les niveaux de température dans le temps. Les données des années 1930 sont légèrement supérieures à 3 °C et l’on observe une tendance générale à la hausse sur l’ensemble du graphique avec des valeurs proches de 5,5 °C en 2017. Le texte au-dessus de la ligne entre 200 et 2020 indique « Conditions de réchauffement ».

Figure 7 : Mesures de l’oxygène dissous moyen, du pH (acidité) et de la température dans la partie basse de l’estuaire du Saint-Laurent, à une profondeur d’environ 300 mètres. Lorsque les valeurs de l’oxygène dissous se situent en deçà d’un niveau de saturation de 30 %, les conditions sont considérées comme étant extrêmement hypoxiques.

La quantité d’oxygène dissous dans l’eau de mer est importante pour la santé des organismes marins. Dans les eaux profondes, le mélange à partir des eaux superficielles peut remplacer l’oxygène. Lorsqu’il y a peu de mélange, l’oxygène dissous peut être appauvri par la respiration des organismes et par la décomposition de la matière organique. Lorsque les niveaux d’oxygène sont trop faibles, on parle d’hypoxie. Lorsque les niveaux d’oxygène chutent en deçà de 30 % du seuil de saturation, on considère que l’hypoxie est sévère. Cela peut avoir de graves effets sur les écosystèmes. Les changements climatiques peuvent contribuer à l’hypoxie. Il en va de même de l’apport de matières organiques provenant des efflorescences algales causées par de hauts niveaux d’éléments nutritifs. Il s’agit d’un problème dans le golfe du Saint-Laurent (figure 7).

L’hypoxie peut nuire de façon considérable à la vie et aux écosystèmes marins. Elle peut ralentir la croissance et réduire le succès reproducteur des espèces océaniques. Elle peut également avoir une incidence sur la manière dont se répartissent les espèces, car la plupart d’entre elles s’éloignent des zones avant que l’hypoxie ne les tue. Dans des conditions d’hypoxie sévère, les espèces qui ne peuvent pas s’éloigner assez rapidement des zones touchées peuvent présenter de hauts taux de mortalité.

On mesure régulièrement l’oxygène dissous dans l’ensemble de la colonne d’eau dans le cadre des relevés océanographiques qui sont effectués dans la région.

État et tendances

Acidification

L’acidité de l’océan augmente puisque les eaux absorbent des quantités de dioxyde de carbone atmosphérique découlant des activités humaines toujours plus importantes. Le dioxyde de carbone se dissout dans l’eau superficielle de l’océan et forme de l’acide carbonique. Une augmentation de l’acidité rend les eaux plus corrosives pour le carbonate de calcium, qui est le principal composant des squelettes et des coquilles de bon nombre d’organismes, dont le plancton, les mollusques, les crustacés et les coraux. L’augmentation de l’acidité peut également causer un stress physiologique accru chez ces organismes. Ces changements peuvent avoir des conséquences sur les réseaux trophiques et les écosystèmes dans leur ensemble.

On mesure l’acidité de façon constante depuis les années 1990. Des mesures intermittentes sont prises depuis les années 1930. On mesure l’acidité sur l’échelle du pH [voir pH]. Des pH plus faibles indiquent que les conditions sont plus acides, et des pH plus élevés, que les conditions sont moins acides (figure 7).

État et tendances

Ruissellement et stratification

Figure 8 : Stratification de la colonne d’eau mesurée en tant que différence entre la densité de l’eau superficielle et la densité de l’eau à 50 mètres de profondeur. En ce qui concerne l’estuaire du Saint-Laurent, l’estimation repose sur le ruissellement d’eau douce. Une grande différence en matière de densité, comme c’est le cas dans l’estuaire du Saint-Laurent, signifie que la stratification est plus prononcée et que le mélange est potentiellement inhibé. Sur le plateau néo-écossais et sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, la différence est moins importante. On constate une stratification moins prononcée dans ces secteurs. Un graphique linéaire illustre les fluctuations de la stratification pour les trois biorégions de l’Atlantique. Le texte au-dessus du graphique indique « Tendances de la stratification ». L’axe vertical de gauche représente les nombres de 0 à 6 par incréments de 1 avec le texte « Différence de densité, de 0 à 50 m (kg/m3) ». L’axe horizontal représente les années entre 1960 et 2020 par tranches de 20 ans. Une légende à droite montre les couleurs des biorégions pour les exemples de zones utilisés dans le graphique. Trois lignes de données en couleur montrent les tendances de la stratification dans le temps. Une ligne bleue représentant les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador fluctue avec le temps entre 0 et 1,5 kg par mètre cube. Une ligne jaune représentant la plate-forme Néo-Écossaise fluctue avec le temps entre 0 et 2 kg par mètre cube, juste au-dessus de la ligne bleue. Une ligne pointillée rose représente une estimation pour l’estuaire du Saint-Laurent (Rimouski) de 1946 à 2008 et une ligne rouge représente les données de l’estuaire du Saint-Laurent de 1990 à 2017. Ces lignes fluctuent entre 3 et 6 kg par mètre cube.

Figure 8 : Stratification de la colonne d’eau mesurée en tant que différence entre la densité de l’eau superficielle et la densité de l’eau à 50 mètres de profondeur. En ce qui concerne l’estuaire du Saint-Laurent, l’estimation repose sur le ruissellement d’eau douce. Une grande différence en matière de densité, comme c’est le cas dans l’estuaire du Saint-Laurent, signifie que la stratification est plus prononcée et que le mélange est potentiellement inhibé. Sur le plateau néo-écossais et sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, la différence est moins importante. On constate une stratification moins prononcée dans ces secteurs.

La circulation et le mélange des eaux de l’océan peuvent subir les conséquences du ruissellement, notamment dans les eaux qui reçoivent de grandes quantités d’eaux de ruissellement, comme l’estuaire du Saint-Laurent. La formation de couches (stratification) peut se produire dans la colonne d’eau parce que les eaux qui affichent des densités différentes ne se mélangent pas très facilement [voir Stratification et couche intermédiaire froide]. Le ruissellement des eaux douces à partir des terres peut accroître la stratification, car les eaux plus douces sont moins denses que les eaux plus salées. Avec l’action conjuguée des marées et du vent, le ruissellement exerce un effet moteur sur la circulation dans l’estuaire du Saint-Laurent et, dans une moindre mesure, dans l’ensemble du golfe du Saint-Laurent.

La stratification de l’océan peut affecter la manière dont les éléments nutritifs se mélangent dans les eaux superficielles. Un changement dans le mélange des éléments nutritifs influe sur la croissance et la prolifération du phytoplancton, ce qui a des répercussions sur la productivité de l’écosystème.

On mesure le degré de stratification dans la colonne d’eau en observant la différence dans les densités entre les eaux superficielles et les eaux qui se trouvent à une profondeur de 50 mètres. Les tendances à long terme sont indiquées pour trois emplacements : la station 27 (un site se trouvant au large de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador), la station de Rimouski, dans l’estuaire du Saint-Laurent, et le plateau néo-écossais. D’une année à l’autre, la stratification à la station de Rimouski a été fortement reliée au ruissellement moyen saisonnier dans le fleuve Saint-Laurent (figure 8).

Status and trends

Niveau de la mer

Figure 9 : Différence du niveau de la mer entre certains emplacements des biorégions de l’Atlantique à partir de 1890 jusqu’à 2011. Les valeurs sont par rapport à la moyenne pour la période s’échelonnant entre 1981 et 2010 dans chaque zone (voir la figure 1 pour prendre connaissance des emplacements). La fonte des glaces, de pair avec le réchauffement de l’océan, cause une élévation du niveau de la mer dans plusieurs zones situées le long de la côte atlantique à un rythme de 2 à 4 millimètres par année, tandis que le niveau de la mer baisse dans d’autres zones. Six graphiques linéaires représentant le niveau relatif de la mer de diverses villes du Canada atlantique sont empilés verticalement. Le texte au-dessus du graphique indique « Différence relative du niveau de la mer (cm) ». Les six graphiques ont le même axe vertical, qui représente les nombres entre -30 et 10 par incréments de 10. Une ligne verticale de texte à gauche des graphiques traverse les graphiques et indique « Différence du niveau de la mer par rapport à la moyenne enregistrée entre 1980 et 2010 (cm) ». Chaque graphique comporte également une ligne pointillée qui s’étend horizontalement à travers le graphique à zéro. Les six graphiques linéaires ont le même axe horizontal qui représente les années entre 1890 et 2010 par tranches de 30 ans. Dans l’ensemble, les données vont de 1895 à 2011, mais tous les graphiques n’ont pas la même longueur de données. Le premier graphique linéaire illustre les fluctuations du niveau de la mer à Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard). Une ligne de données, en rose, indique la différence du niveau de la mer entre 1910 et 2010, avec de petites lacunes dans les données avant la fin des années 1930. Le niveau de la mer augmente d’environ -30 cm et franchit la ligne de zéro après 1990. Le deuxième graphique linéaire illustre les fluctuations du niveau de la mer à Harrington Harbour (Québec). Une ligne de données, en rouge, montre la différence du niveau de la mer de 1940 à 1988, le niveau de la mer oscillant autour de la ligne de zéro. Le troisième graphique linéaire illustre les fluctuations du niveau de la mer à Québec (Québec). Une ligne de données, en rose foncé, montre la différence du niveau de la mer de 1911 à 2011, avec des lacunes entre 1911 et les années 1930. Le niveau de la mer fluctue autour de la ligne de zéro. Le quatrième graphique linéaire illustre les fluctuations du niveau de la mer à Halifax (Nouvelle-Écosse). Une ligne de données, en jaune foncé, montre la différence de niveau de la mer avec deux points de données au milieu des années 1890, près de -30 cm, et un enregistrement continu de 1920 à 2011 qui augmente et traverse la ligne de zéro après 1990. Le cinquième graphique linéaire illustre les fluctuations du niveau de la mer à Saint John (Nouveau-Brunswick). Une ligne de données, en jaune pâle, indique la différence du niveau de la mer par rapport à 1896-2011 avec quelques lacunes avant 1940. Le niveau de la mer monte sur l’ensemble du graphique, de près de -20 cm jusqu’au-dessus de la ligne de zéro après 1990. Le sixième graphique linéaire illustre les fluctuations du niveau de la mer pour St John’s (T.-N.-L.). Une ligne de données, en turquoise, montre la différence du niveau de la mer de 1936 à 2011 avec de grandes lacunes jusqu’aux années 1950. L’élévation du niveau de la mer sur le graphique passe de près de -20 cm et varie autour de la ligne de zéro après 1990.

Figure 9 : Différence du niveau de la mer entre certains emplacements des biorégions de l’Atlantique à partir de 1890 jusqu’à 2011. Les valeurs sont par rapport à la moyenne pour la période s’échelonnant entre 1981 et 2010 dans chaque zone (voir la figure 1 pour prendre connaissance des emplacements). La fonte des glaces, de pair avec le réchauffement de l’océan, cause une élévation du niveau de la mer dans plusieurs zones situées le long de la côte atlantique à un rythme de 2 à 4 millimètres par année, tandis que le niveau de la mer baisse dans d’autres zones.

Tandis que les océans du monde se réchauffent et que les glaciers fondent en raison de la hausse des températures mondiales, le volume de l’eau de mer s’élève. Dans certains secteurs, ce phénomène est contre-balancé dans une certaine mesure puisque la terre continue de s’élever depuis la fin du dernier âge glaciaire, après l’enlèvement du poids de la glace. Cela signifie que certains secteurs connaîtront une élévation du niveau de la mer, et d’autres, une diminution (figure 9).

La hausse du niveau de la mer peut se traduire par une dégradation des habitats ou leur perte dans les zones côtières. Elle rend également les zones côtières plus vulnérables aux ondes de tempête. Cela peut avoir une incidence sur la répartition d’espèces importantes pour la formation d’habitats, comme la zostère et le varech.

On mesure les changements du niveau de la mer en utilisant des marégraphes et des satellites d’observation. Pour certains secteurs, des données sont disponibles depuis la fin des années 1800. Pour d’autres, la collecte des données a débuté au milieu des années 1900. Les tendances sont consignées par rapport aux mesures du niveau de la mer moyen pour la période s’échelonnant entre 1981 et 2010 dans chaque zone.

État et tendances

Éléments nutritifs

Comme les plantes sur terre, le phytoplancton a besoin de lumière et d’éléments nutritifs pour croître. Parmi les éléments nutritifs les plus importants figurent l’azote (nitrates, nitrites et ammonium), le phosphore (phosphate) et la silice (silicate). L’azote est habituellement l’élément nutritif limitant la croissance du phytoplancton dans l’océan. Cela signifie qu’il est habituellement présent en plus faibles concentrations dans les eaux superficielles que d’autres éléments nutritifs. En conséquence, le cycle de l’azote au sein de la colonne d’eau est très important.

L’ampleur des proliférations printanières du phytoplancton dépend en partie de la quantité d’éléments nutritifs qui sont mélangés dans les eaux superficielles durant l’hiver. À l’automne, on peut observer une prolifération secondaire, qui est moins intense que celle qui se produit au printemps. Cela se produit lorsque les éléments nutritifs sont mélangés à partir des eaux profondes et vers les eaux superficielles qui ont connu un épuisement durant l’été. Comme le phytoplancton forme la base de nombreux réseaux trophiques marins, l’ampleur de la prolifération printanière est liée à la productivité globale de ces écosystèmes.

On mesure de façon régulière les éléments nutritifs dans l’ensemble de la colonne d’eau dans le cadre de relevés océanographiques menés dans la région de l’Atlantique. Les teneurs en azote sont consignées en tant qu’« inventaire des nitrates dans les eaux profondes » (figure 10). Cela représente les concentrations de nitrates dans les eaux plus profondes, lesquelles, à certains moments, peuvent se mélanger dans la colonne d’eau et devenir disponibles pour le phytoplancton.

État et tendances

  • Les changements dans les concentrations de nitrates ne sont pas uniformes dans toutes les régions de l’Atlantique. Au cours des cinq dernières années, on a souvent observé des conditions bien en deçà de la moyenne à long terme dans bon nombre de régions de l’Atlantique Nord-Ouest.
  • Les déclins les plus marqués, qui ont perduré jusqu’à 2014-2015, ont été observés sur le plateau de Terre-Neuve.
  • Dans le golfe du Saint-Laurent et sur le plateau néo-écossais, les changements ont été plus modestes au fil du temps. Cependant, plus récemment, les niveaux des éléments nutritifs dans le golfe et sur le plateau néo-écossais se sont situés près de la moyenne et sous la moyenne, respectivement.
  • Les inventaires des nitrates dans les eaux profondes sont hautement variables. Cependant, ils se sont situés en très grande partie à des niveaux moyens entre 2012 et 2016, après avoir affiché une tendance générale à la baisse entre 1999 et 2010.
Figure 10 : Indice des concentrations de nitrates mesurées dans des eaux profondes, entre 50 et 150 mètres. Ces valeurs sont comparées à la moyenne à long terme (1999-2010). La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les tendances supérieures à la moyenne indiquent des concentrations plus élevées. Les niveaux des nitrates ont une incidence sur la prolifération printanière, qui est liée à la productivité d’autres espèces. Un diagramme à barres et un graphique linéaire combinés illustrent les fluctuations de l’indice des concentrations de nitrates en eaux profondes entre 1999 et 2016 pour les trois biorégions de l’Atlantique. Le texte au-dessus du graphique indique « Inventaire des nitrates en profondeur (de 50 à 150 m) ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -20 à 20 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». L’axe horizontal représente les années entre 1999 et 2016 par tranches de 5 ans. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rouge et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. L’indice combiné des concentrations de nitrates est représenté par une ligne noire épaisse qui s’étend entre les axes vertical et horizontal. Un texte indique « Pics records depuis 2012 » au-dessus de la ligne sur le graphique de droite. On observe une certaine variabilité dans la tendance générale et entre les régions, mais la tendance générale était généralement en dessous de la moyenne ces cinq dernières années.

Figure 10 : Indice des concentrations de nitrates mesurées dans des eaux profondes, entre 50 et 150 mètres. Ces valeurs sont comparées à la moyenne à long terme (1999-2010). La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les tendances supérieures à la moyenne indiquent des concentrations plus élevées. Les niveaux des nitrates ont une incidence sur la prolifération printanière, qui est liée à la productivité d’autres espèces.

La vie dans l’Atlantique

Les eaux de l’Atlantique canadien représentent un environnement marin parmi les plus productifs au monde. Les communautés marines comprennent divers organismes, allant du phytoplancton microscopique, qui forme la base des réseaux trophiques marins, aux espèces de poissons et d’invertébrés, y compris des espèces commerciales importantes (p. ex. morue franche, crabe des neiges, homard d’Amérique) et à certains des mammifères les plus imposants que l’on puisse trouver sur terre, comme le rorqual bleu. Ces organismes vivent dans une grande diversité d’habitats. Dans les zones côtières, des habitats structurés comme les herbiers de zostère et les forêts de varech offrent des ressources alimentaires importantes pour d’autres organismes, un abri contre les prédateurs et des zones de croissance pour les juvéniles. Les coraux et les éponges d’eau froide dans les eaux profondes du large offrent des habitats plus complexes sur le plancher océanique, dont dépendent de nombreuses espèces pour s’abriter et se nourrir. L’Atlantique Nord-Ouest est également une aire d’alimentation importante pour beaucoup d’espèces migratrices, dont les tortues, les baleines et les oiseaux de mer.

Des observations scientifiques ont montré que ces écosystèmes connaissent des changements physiques et biologiques selon différents rythmes et à différentes échelles à travers la région de l’Atlantique. La répartition des espèces change, et les communautés changent. Toutes les espèces que l’on trouve dans cet écosystème marin ont connu des changements, depuis le phytoplancton et d’autres plantes marines jusqu’aux communautés d’invertébrés et de poissons, aux mammifères marins et aux oiseaux de mer. Des changements se produisent également dans les habitats soumis à des agents de stress. Cela entraîne des effets négatifs supplémentaires sur les espèces. Le changement climatique représente l’un des principaux moteurs de ces changements. Les activités humaines qui ont des répercussions comprennent la pêche, l’aménagement du littoral et l’exploitation des ressources.

Phytoplancton

Figure 11 : Indice des concentrations de chlorophylle a par rapport à la moyenne à long terme (1999-2010). On utilise ces valeurs pour indiquer la biomasse du phytoplancton. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les valeurs supérieures à la moyenne représentent des concentrations plus élevées. Dans la plus grande partie de la région, les biomasses du phytoplancton se sont situées bien en deçà de la moyenne depuis 2015. Un diagramme à barres et un graphique linéaire combinés illustrent les fluctuations de l’indice des concentrations de chlorophylle a par rapport à la moyenne à long terme (1999-2010) entre 1999 et 2016 pour les trois biorégions de l’Atlantique. Le texte au-dessus du graphique indique « Inventaire de la chlorophylle a (de 0 à 100 m) ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -20 à 20 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». L’axe horizontal représente les années entre 1999 et 2016 par tranches de 1 an. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. En bas du graphique, à gauche, une ligne de texte indique « Faible teneur en chlorophylle a = moins de phytoplancton ». Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice des concentrations de chlorophylle a pour toutes les zones. La tendance générale est inférieure à la moyenne depuis 2015, avec une certaine variabilité d’une région à l’autre.

Figure 11 : Indice des concentrations de chlorophylle a par rapport à la moyenne à long terme (1999-2010). On utilise ces valeurs pour indiquer la biomasse du phytoplancton. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Les valeurs supérieures à la moyenne représentent des concentrations plus élevées. Dans la plus grande partie de la région, les biomasses du phytoplancton se sont situées bien en deçà de la moyenne depuis 2015.

Le phytoplancton est composé de plantes microscopiques qui produisent de l’oxygène et de la matière organique à partir de la lumière du soleil, du dioxyde de carbone et d’éléments nutritifs inorganiques, tout comme les plantes sur terre. L’abondance du phytoplancton augmente (proliférations) au printemps et, dans une moindre mesure, à l’automne. Les proliférations peuvent se produire lorsque la colonne d’eau est stable, de sorte que le phytoplancton peut demeurer près de la surface, où le rayonnement lumineux est important et où des éléments nutritifs sont disponibles.

Le phytoplancton soutient de nombreux réseaux trophiques marins en tant que source de nourriture principale pour le zooplancton, lequel, à son tour, est une source de nourriture pour bon nombre de poissons et de mammifères marins. L’abondance du phytoplancton est un indicateur de la productivité d’un système. Les changements dans le moment des proliférations printanières peuvent avoir des conséquences pour beaucoup d’autres organismes de l’écosystème.

Grâce à l’échantillonnage direct et à l’imagerie par satellite, les chercheurs mesurent la « chlorophylle a » à la surface de l’océan. La chlorophylle a est le principal pigment utilisé durant la photosynthèse. On utilise ces mesures pour représenter la biomasse et la productivité du phytoplancton dans l’océan. Plus on détecte de chlorophylle a, plus on présume qu’il y a de cellules de phytoplancton dans l’eau (figure 11). On évalue l’ampleur, le moment du pic et la durée des efflorescences en examinant les changements des concentrations de chlorophylle a (figure 12a, figure 12b, figure 12c). Ces mesures indiquent comment la totalité du système change d’une année à l’autre. [voir Liens cruciaux entre le climat et la productivité marine].

État et tendances

Figure 12 :  Observations de la prolifération printanière du phytoplancton, notamment des indices démontrant a) l’ampleur, b) moments des pics et c) la durée de la prolifération. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Un groupe de trois graphiques illustre les observations des proliférations printanières de phytoplancton pour les trois biorégions de l’Atlantique, y compris les indices a) de l’ampleur, b) des périodes de pointe et c) de la durée comparativement à la moyenne à long terme (1998-2010). Chaque graphique est un graphique linéaire et à barres combiné. Une ligne noire épaisse illustre la tendance combinée pour toutes les zones sur chaque graphique. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Le texte au-dessus du premier graphique, étiqueté « a », indique « Ampleur de la prolifération printanière ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -30 à 40 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». Sur le côté gauche du graphique, le texte en haut indique « Prolifération plus intense » et le texte en bas indique « Prolifération moins intense ». L’axe horizontal représente les années entre 1998 et 2016 par tranches de 1 an. Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice de l’ampleur de la prolifération printanière pour toutes les zones. On observe une certaine variabilité d’une zone à l’autre, mais la tendance générale augmente entre 1999 et 2011, puis diminue vers la ligne de zéro. Une ligne de texte, au-dessus de la ligne de tendance vers le centre du graphique, indique « Augmentation entre 1999 et 2011 ».

Figure 12 : Observations de la prolifération printanière du phytoplancton, notamment des indices démontrant a) l’ampleur, b) moments des pics et c) la durée de la prolifération. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).

Figure 12 :  Observations de la prolifération printanière du phytoplancton, notamment des indices démontrant a) l’ampleur, b) moments des pics et c) la durée de la prolifération. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Un groupe de trois graphiques illustre les observations des proliférations printanières de phytoplancton pour les trois biorégions de l’Atlantique, y compris les indices a) de l’ampleur, b) des périodes de pointe et c) de la durée comparativement à la moyenne à long terme (1998-2010). Chaque graphique est un graphique linéaire et à barres combiné. Une ligne noire épaisse illustre la tendance combinée pour toutes les zones sur chaque graphique. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Le texte au-dessus du deuxième graphique, étiqueté « b », indique « Moment du pic de la prolifération printanière ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -50 à 40 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». Sur le côté gauche du graphique, le texte près du haut indique « Pic de la prolifération plus tardif » et le texte près du bas « Pic de la prolifération plus précoce ». L’axe horizontal représente les années entre 1998 et 2016 par tranches de 1 an. Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice de la période de pointe de la prolifération printanière pour toutes les zones. On observe une certaine variabilité d’une zone à l’autre, mais la tendance générale passe en dessous de la ligne de zéro au début des années 2010, puis remonte au-dessus après 2013.

Figure 12 : Observations de la prolifération printanière du phytoplancton, notamment des indices démontrant a) l’ampleur, b) moments des pics et c) la durée de la prolifération. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).

Figure 12 :  Observations de la prolifération printanière du phytoplancton, notamment des indices démontrant a) l’ampleur, b) moments des pics et c) la durée de la prolifération. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO). Un groupe de trois graphiques illustre les observations des proliférations printanières de phytoplancton pour les trois biorégions de l’Atlantique, y compris les indices a) de l’ampleur, b) des périodes de pointe et c) de la durée comparativement à la moyenne à long terme (1998-2010). Chaque graphique est un graphique linéaire et à barres combiné. Une ligne noire épaisse illustre la tendance combinée pour toutes les zones sur chaque graphique. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Le texte au-dessus du deuxième graphique, étiqueté « c », indique « Durée de la prolifération printanière ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -25 à 30 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». Sur le côté gauche du graphique, le texte en haut indique « Prolifération durant plus longtemps » et le texte en bas « Prolifération durant moins longtemps ». L’axe horizontal représente les années entre 1998 et 2016 par tranches de 1 an. Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice de la durée de la prolifération printanière pour toutes les zones. On observe une certaine variabilité d’une zone à l’autre, mais la tendance générale est à la baisse de 1998 à 2011, passant sous la ligne de zéro au début des années 2000. Elle est ensuite restée autour de la ligne de zéro jusqu’à un pic important en 2016. Une ligne de texte au-dessus des barres, à droite du centre du graphique, indique « Durée record en 2016 » et une flèche indique la dernière année de données.

Figure 12 : Observations de la prolifération printanière du phytoplancton, notamment des indices démontrant a) l’ampleur, b) moments des pics et c) la durée de la prolifération. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).

Zooplancton

Le zooplancton est constitué de petits animaux qui dérivent dans la colonne d’eau, se nourrissant de phytoplancton, de bactéries et de champignons. Leur taille varie de 0,2 à 20 millimètres. La structure de la communauté de zooplancton est fortement influencée par la profondeur et la température de l’eau, ainsi que par la saison. Les communautés présentent des différences considérables parmi les trois biorégions de l’Atlantique. Les copépodes sont les espèces de zooplancton les plus abondantes dans l’ouest de l’Atlantique Nord. L’une des espèces de plus grande taille, la plus répandue et la plus abondante et riche en énergie est le copépode Calanus finmarchicus. Des copépodes de plus petite taille, connus sous le nom de Pseudocalanus spp., sont moins riches en énergie, mais sont étudiées en tant qu’espèce représentant toutes les espèces de plus petite taille de la communauté.

Le zooplancton est un lien essentiel entre le phytoplancton et les animaux marins de plus grande taille. Comme C. finmarchicus est à la fois abondant et nutritif, les changements dans son abondance ont des conséquences importantes pour les animaux dont il est la principale source de nourriture.

Durant les relevés de recherche, le zooplancton est recueilli par des traits de filet. Les traits aident à établir l’abondance et les types d’espèces de zooplancton. L’abondance est consignée pour le zooplancton total, C. finmarchicus, Pseudocalanus spp. et les espèces de non-copépodes. On a constaté que la surveillance à ces quatre niveaux permettait de fournir une bonne indication de la santé des communautés de zooplancton dans les biorégions de l’Atlantique (figure 13a, figure 13b, figure 13c, figure 13d).

État et tendances

Figure 13 :  Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).  Un groupe de quatre graphiques illustre les observations de l’abondance du zooplancton dans les trois biorégions de l’Atlantique, y compris les indices a) de Calanus finmarchicus, b) de Pseudocalanus spp., c) du nombre total de copépodes et d) des espèces autres que des copépodes par rapport à la moyenne à long terme (1999-2010). Chaque graphique est un graphique linéaire et à barres combiné. Une ligne noire épaisse illustre la tendance combinée pour toutes les zones sur chaque graphique. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Le texte au-dessus du premier graphique, étiqueté « a », indique « Abondance de Calanus finmarchicus ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -35 à 15 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». L’axe horizontal représente les années entre 1999 et 2016 par tranches de 1 an. Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice de la durée de l'abondance des Calanus finmarchicus pour toutes les zones. On observe une certaine variabilité d’une zone à l’autre, mais la tendance générale se situe autour de la ligne de zéro dans les années 2000 jusqu’en 2009, où elle commence à baisser et demeure sous la ligne de zéro. Une ligne de texte en dessous de la ligne de la tendance, vers le centre du graphique, indique « Nombres en déclin depuis 2009 ».

Figure 13 : Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).

Figure 13 :  Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).  Un groupe de quatre graphiques illustre les observations de l’abondance du zooplancton dans les trois biorégions de l’Atlantique, y compris les indices a) de Calanus finmarchicus, b) de Pseudocalanus spp., c) du nombre total de copépodes et d) des espèces autres que des copépodes par rapport à la moyenne à long terme (1999-2010). Chaque graphique est un graphique linéaire et à barres combiné. Une ligne noire épaisse illustre la tendance combinée pour toutes les zones sur chaque graphique. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Le texte au-dessus du deuxième graphique, étiqueté « b », indique « Abondance de Pseudocalanus spp. ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -20 à 30 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». Sur le côté gauche du graphique, le texte près du haut indique « Pic de la prolifération plus tardif » et le texte près du bas « Pic de la prolifération plus précoce ». L’axe horizontal représente les années entre 1998 et 2016 par tranches de 1 an. Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice de l’abondance des Pseudocalanus spp. pour toutes les zones. On observe une certaine variabilité entre les zones, mais depuis 2013, la tendance générale a passé au-dessus de la ligne de zéro, au niveau le plus élevé de la période couverte par le graphique. Une ligne de texte au-dessus de la ligne de la tendance, sur la droite du graphique, indique « Nombres élevés records récents ».

Figure 13 : Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).

Figure 13 :  Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).  Un groupe de quatre graphiques illustre les observations de l’abondance du zooplancton dans les trois biorégions de l’Atlantique, y compris les indices a) de Calanus finmarchicus, b) de Pseudocalanus spp., c) du nombre total de copépodes et d) des espèces autres que des copépodes par rapport à la moyenne à long terme (1999-2010). Chaque graphique est un graphique linéaire et à barres combiné. Une ligne noire épaisse illustre la tendance combinée pour toutes les zones sur chaque graphique. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Le texte au-dessus du deuxième graphique, étiqueté « c », indique « Abondance des copépodes totaux ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -15 à 30 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». Sur le côté gauche du graphique, le texte près du haut indique « Pic de la prolifération plus tardif » et le texte près du bas « Pic de la prolifération plus précoce ». L’axe horizontal représente les années entre 1998 et 2016 par tranches de 1 an. Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice de l’abondance des Pseudocalanus spp. pour toutes les zones. On observe une certaine variabilité entre les zones, mais la tendance générale se situe autour de la ligne de zéro jusqu’en 2013, année où elle atteint des valeurs supérieures à celles du reste de la période. Une ligne de texte au-dessus de la ligne de la tendance, sur la droite du graphique, indique « Supérieure à la moyenne depuis 2014 ».

Figure 13 : Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).

Figure 13 :  Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).  Un groupe de quatre graphiques illustre les observations de l’abondance du zooplancton dans les trois biorégions de l’Atlantique, y compris les indices a) de Calanus finmarchicus, b) de Pseudocalanus spp., c) du nombre total de copépodes et d) des espèces autres que des copépodes par rapport à la moyenne à long terme (1999-2010). Chaque graphique est un graphique linéaire et à barres combiné. Une ligne noire épaisse illustre la tendance combinée pour toutes les zones sur chaque graphique. Une légende à droite montre les couleurs des zones de chaque biorégion, représentées par des barres empilées sur le graphique. Les zones des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador sont indiquées dans des tons de bleu, celles du golfe du Saint-Laurent dans des tons de rose et celles de la plate-forme Néo-Écossaise dans des tons d’orange. Le texte au-dessus du deuxième graphique, étiqueté « d », indique « Abondance des non-copépodes ». L’axe vertical de gauche montre les nombres de -15 à 30 par incréments de 5, avec une fine ligne noire de zéro traversant le graphique. Le texte à gauche de l’axe vertical et au-dessus de la ligne zéro indique « Supérieure à la moyenne » et le texte sous la ligne de zéro indique « Inférieure à la moyenne ». Sur le côté gauche du graphique, le texte près du haut indique « Pic de la prolifération plus tardif » et le texte près du bas « Pic de la prolifération plus précoce ». L’axe horizontal représente les années entre 1998 et 2016 par tranches de 1 an. Une ligne noire épaisse s’étend entre les axes vertical et horizontal et représente la tendance combinée de l’indice de l’abondance des Pseudocalanus spp. pour toutes les zones. On observe une certaine variabilité entre les zones, mais la tendance générale se situe autour de la ligne de zéro jusqu’en 2010, année où elle s’élève au-dessus de la ligne de zéro, puis augmente de nouveau en 2014 pour culminer en 2015 à des valeurs plus élevées que le reste de la période. Une ligne de texte au-dessus de la ligne de la tendance, sur la droite du graphique, indique « Pics records depuis 2014 ».

Figure 13 : Observations de l’abondance du zooplancton, y compris des indices pour a) Calanus finmarchicus, b) Pseudocalanus spp., c) le total des espèces de copépodes, et d) les espèces non-copépodes. La ligne noire illustrant les tendances représente les anomalies combinées pour toutes les zones (voir la figure 1 pour prendre connaissance des divisions de l’OPANO).

Liens cruciaux entre le climat et la productivité marine

Le choix du moment est important lorsque vient le temps de considérer la relation entre le phytoplancton, le zooplancton et les poissons fourrage qui s’en nourrissent. Ce moment dépend des conditions climatiques enregistrées durant l’hiver et au printemps.

De petits poissons pélagiques (vivant en eau libre), comme le hareng de l’Atlantique et le capelan, sont des proies importantes pour des prédateurs marins de plus grande taille comme la morue franche, le flétan du Groenland, des oiseaux de mer et des mammifères marins. Ces poissons proies sont également appelés poissons fourrage.

Des études récentes menées sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador nous ont fourni des éclairages sur la manière dont le climat touche la population de capelans. L’un des principaux facteurs est le moment où la glace de mer fond au printemps, produisant des conditions océaniques qui sont favorables pour la prolifération printanière du phytoplancton. Si la prolifération se produit trop tôt en raison d’un recul précoce de la glace de mer, le zooplancton peut ne pas profiter du moment où la production de phytoplancton est à son maximum. Cela crée une « désynchronisation » dans le flux énergétique et réduit la productivité du zooplancton. Il en résulte une production plus faible de poissons fourrage. La production de capelans et de harengs est directement liée à l’abondance de leurs proies zooplanctoniques. La croissance et le frai du capelan peuvent subir les effets directs d’une piètre production du zooplancton.

En outre, on a montré que la disponibilité du capelan était un facteur important de l’abondance du stock de morues franches du nord et des taux de reproduction des phoques du Groenland.

Ces processus « ascendants » relient les proliférations printanières du phytoplancton à l’abondance du zooplancton et au rendement des poissons fourrage qui ont des incidences sur des organismes qui se trouvent plus haut dans le réseau trophique (figure 14).

Figure 14 : Le recul de la glace au printemps est important pour la création de conditions favorables à la prolifération printanière du phytoplancton. Lorsque le moment du recul de la glace au printemps cause une « désynchronisation » entre les proliférations printanières et le pic de la production du zooplancton, cela entraîne une piètre productivité du zooplancton et des capelans qui s’en nourrissent. Cela a un effet sur la disponibilité de la nourriture pour des espèces qui se situent plus haut dans le réseau trophique. Deux illustrations similaires d’un réseau trophique simple de l’écosystème marin de l’Atlantique, empilées verticalement. Le titre de la première illustration, en haut à gauche, se lit comme suit : « Prolifération printanière moyenne. Synchronisation. » En bas à gauche de l’illustration se trouve une image circulaire de la glace de mer surmontée d’un texte qui indique : « Recul de la glace de mer ». Une flèche orange pointe à droite vers une image circulaire du phytoplancton, surmontée d’un texte qui indique « Prolifération printanière/phytoplancton ». Une flèche orange pointe à droite vers le texte « Synchronisation » et une image circulaire de plusieurs espèces de zooplancton, surmontée d’un texte qui indique « Zooplancton ». Une flèche orange pointe à droite vers un cercle orange entourant un banc de capelan et un texte à droite qui indique : « Les capelans sont d’importantes proies pour d’autres espèces ». Trois flèches orange pointent vers le bas à partir du cercle orange du capelan. Une flèche à gauche pointe vers un groupe de phoques avec le texte « Mammifères marins », la deuxième au milieu pointe vers une image de plusieurs poissons avec le texte « Gros poissons » et la troisième à droite pointe vers une volée d’oiseaux marins avec le texte « Oiseaux marins ». Le titre de la deuxième illustration, en haut à gauche, se lit comme suit : « Prolifération printanière précoce/tardive. Désynchronisation. » En bas à gauche de l’illustration se trouve une image circulaire de la glace de mer surmontée d’un texte qui indique « Recul tardif ou précoce de la glace de mer ». Une flèche orange pointe à droite vers une image circulaire du phytoplancton, surmontée d’un texte qui indique « Prolifération printanière/phytoplancton ». Une flèche orange pointe à droite vers le texte « Désynchronisation » et une image circulaire d’un zooplancton, surmontée d’un texte qui indique « Zooplancton ». Une flèche orange pointe à droite vers un cercle orange entourant quelques capelans ombrés et un texte à droite qui indique : « Moins de capelans signifie moins de nourriture pour d’autres espèces. ». Trois flèches orange pointent vers le bas à partir du cercle orange du capelan. Une flèche à gauche pointe vers quelques phoques ombrés avec le texte « Mammifères marins », la deuxième au milieu pointe vers une image d’un poisson ombré avec le texte « Gros poissons » et la troisième à droite pointe vers deux petits oiseaux marins ombrés avec le texte « Oiseaux marins ».

Figure 14 : Le recul de la glace au printemps est important pour la création de conditions favorables à la prolifération printanière du phytoplancton. Lorsque le moment du recul de la glace au printemps cause une « désynchronisation » entre les proliférations printanières et le pic de la production du zooplancton, cela entraîne une piètre productivité du zooplancton et des capelans qui s’en nourrissent. Cela a un effet sur la disponibilité de la nourriture pour des espèces qui se situent plus haut dans le réseau trophique.

Battures intertidales

Les battures intertidales sont des milieux dynamiques qui sont submergés par l’eau de mer à marée haute et qui sont exposés à l’air à marée basse. Les diverses tailles des types de sédiments meubles (classés par taille de grain) qui forment ces battures intertidales offrent des habitats à divers organismes marins qui vivent sur et sous la surface. Parmi ces organismes figurent plusieurs espèces de vers, de mollusques, de crustacés, d’oiseaux de rivage et de poissons.

Les battures intertidales sont des habitats qui revêtent une importance sur les plans écologique et économique. Elles constituent d’importants garde-manger pour les oiseaux de rivage résidents et migrateurs et offrent également de fortes densités de myes et de vers qui sont récoltés à des fins commerciales et récréatives. Parmi toutes les battures intertidales qui se trouvent dans l’Atlantique canadien, certaines des plus importantes se situent dans les vasières de la baie de Fundy. Ces vasières soutiennent de fortes densités d’animaux benthiques (qui vivent dans les sédiments) qui, à leur tour, soutiennent la migration de millions d’oiseaux de rivage chaque année. Les conditions environnementales extrêmes peuvent avoir des répercussions sur les organismes marins qui vivent dans les battures intertidales. Parmi ces conditions figurent le réchauffement des températures, l’acidification de l’océan et l’eutrophisation.

Nous devons étudier en même temps l’abondance des organismes et le contenu organique des sédiments, car ces deux facteurs peuvent révéler la présence d’enjeux environnementaux dans les battures intertidales. Des échantillons de sédiments sont prélevés et examinés pour déterminer la taille des grains et la présence de matière organique. On peut prélever des échantillons biologiques en utilisant des carottes d’échantillonnage, des pelles, des pompes sous-marines et des tamis. On utilise ces échantillons pour mesurer la biodiversité et l’abondance des animaux benthiques. Parmi les autres techniques d’échantillonnage figurent la pose de filets pour les poissons, l’utilisation de pièges à fosse pour les animaux vivant au sommet des sédiments et l’enregistrement des observations ou le baguage des oiseaux de rivage. On peut également utiliser des sondes qui enregistrent des paramètres environnementaux comme l’oxygène, le dioxyde de carbone, la température et la salinité pour examiner la chimie des sédiments.

État et tendances

Herbiers de zostère

La zostère est constituée de plantes marines à fleurs qui forment de vastes prés sous-marins. La zostère peut tolérer d’importantes fluctuations de la salinité et de la température. Cependant, pour leur photosynthèse et pour établir des systèmes racinaires sains et bien développés leur permettant de survivre, ces plantes ont besoin d’eau limpide et peu profonde. Les herbiers de zostère sont de bons indicateurs de la santé de l’écosystème, car ils répondent rapidement aux conditions environnementales changeantes. Par exemple, la zostère meurt lorsqu’elle est recouverte d’algues nuisibles dans les eaux polluées contenant trop d’éléments nutritifs. En outre, elle meurt rapidement si les températures de l’eau sont trop élevées.

La zostère filtre l’eau, stabilise les sédiments et agit comme zone tampon riveraine. Elle offre également des habitats de croissance et d’alimentation à certaines espèces de poissons commerciaux et récréatifs comme la morue franche et la merluche blanche [voir La zostère : une espèce d’importance écologique]. De petits invertébrés se nourrissent également de bactéries et d’autres organismes croissant sur les limbes de la zostère et dans les sédiments.

Une surveillance étroite des herbiers de zostère peut fournir rapidement des preuves de changement environnemental. On peut cartographier la répartition de la zostère en utilisant la photographie aérienne, l’imagerie par satellite, la télédétection LIDAR et les connaissances locales. On peut mesurer la santé des plantes en dénombrant les pousses, en mesurant la longueur des feuilles ainsi que la biomasse des feuilles et des pousses, et en échantillonnant les composés chimiques des feuilles.

État et tendances

La zostère : une espèce d’importance écologique

Figure 15 : Morues franches d’âge 1 dans un habitat de zostère, détroit de Newman, parc Terra Nova, Terre-Neuve-et-Labrador. Source : groupe des plongeurs du MPO. Photographie sous-marine d’une zostère marine d’un vert vif avec une petite morue franche d’un an nageant dans la zostère marine.

Figure 15 : Morues franches d’âge 1 dans un habitat de zostère, détroit de Newman, parc Terra Nova, Terre-Neuve-et-Labrador. Source : groupe des plongeurs du MPO.

Il semble évident que les jeunes poissons qui se trouvent dans des habitats de croissance vont croître, atteindre leur maturité et, en fin de compte, soutenir des populations adultes, y compris ceux qui revêtent une importance pour la pêche commerciale. Cependant, il peut être difficile de relier l’abondance des juvéniles à celle des adultes, car les poissons ont tendance à se déplacer vers des habitats différents au cours de leur croissance. Les morues franches juvéniles, par exemple, se trouvent en fortes densités dans les habitats de végétation côtière, y compris les herbiers marins et les algues. Au fur et à mesure de leur croissance, les morues se répandent et occupent différents habitats côtiers et hauturiers plus profonds et à végétation moins dense qui ne sont pas fréquentés par les poissons plus jeunes. Les variations de l’environnement d’une année à l’autre peuvent également rendre difficiles les comparaisons entre les populations juvéniles et adultes.

La zostère constitue un habitat de croissance côtier très important pour les morues juvéniles (figure 15). Elle est considérée comme une espèce d’importance écologique en raison de l’importance relative de son rôle dans le soutien des habitats côtiers de poissons juvéniles comme les morues franches juvéniles.

Les herbiers de zostère offrent des habitats de croissance parmi les plus productifs au monde. Ils offrent une protection et des aliments pour les morues franches juvéniles, ce qui soutient leur abondance, leur survie et leur croissance.

Durant les 23 dernières années, des recherches sur la zostère et sur la morue ont été menées dans le détroit de Newman, dans la baie Bonavista, à Terre-Neuve-et-Labrador. Ces recherches montrent qu’il existe un lien entre la densité des morues franches d’âge 1 avant qu’elles ne quittent les habitats de croissance que forme la zostère, et les morues pré-adultes qui sont sur le point d’être visées par la pêche commerciale. Les changements dans l’abondance des morues d’âge 1 sont liés à des augmentations et à des diminutions semblables de l’abondance des morues adultes des années plus tard.

Ce lien illustre l’importance des habitats de croissance côtiers comme les herbiers de zostère pour la santé des populations adultes. Des habitats de meilleure qualité produiront davantage de morues juvéniles et, en conséquence, davantage de morues adultes. Ainsi, les facteurs qui sont susceptibles d’avoir un effet négatif sur la zostère, comme la présence de crabe vert, peuvent avoir aussi un effet négatif sur les populations de morues.

Gisements de varech

Le varech est constitué d’espèces d’algues brunes de grande taille qui forment des forêts denses dans les zones infratidales rocheuses et peu profondes. Il a besoin d’eau froide pour prospérer et présente une vulnérabilité particulière aux changements de température. Les eaux plus chaudes réduisent les taux de croissance du varech, peuvent causer sa mort et stimulent la croissance d’espèces envahissantes bioencrasseuses (voir la section sur les espèces aquatiques envahissantes), comme le membranipore européen. Ces invertébrés bioencrasseurs coloniaux forment des croûtes à la surface du varech. Ils peuvent causer des ruptures dans des conditions de vagues déferlantes puissantes en raison d’une fragilité accrue des tissus et limiter la capacité du varech d’effectuer la photosynthèse et de se reproduire. On a attribué la destruction de forêts entières de varech en Nouvelle-Écosse à la propagation et à l’établissement des membranipores.

Les gisements de varech sont très productifs. Les poissons les utilisent pour se nourrir et se protéger contre les prédateurs, et comme aires de croissance. La morue franche, la merluche blanche, le homard d’Amérique, le crabe commun et le crabe nordique sont des espèces de poissons et de crustacés commerciales qui utilisent les gisements de varech durant leurs stades juvéniles ou tout au long de leur vie. Outre le fait qu’ils constituent des habitats essentiels du poisson, les gisements de varech déplacent les matières organiques vers des eaux de mer ouverte plus profondes, ce qui alimente les réseaux trophiques. Le varech joue également un rôle dans le stockage et le cycle du carbone océanique.

On surveille l’état du varech grâce à des données d’observation historiques et à des recherches continues.

État et tendances

Coraux et éponges

Figure 16 : À gauche : Carte des zones benthiques importantes et des écosystèmes marins vulnérables pour les éponges, les pennatules et les grandes et petites gorgones sur la côte est du Canada. Les zones benthiques importantes sont établies par le MPO dans les limites de la zone économique exclusive de 200 miles marins, tandis que les écosystèmes marins vulnérables se trouvent à l’extérieur de la zone économique exclusive, tel que l’a établi l’OPANO. À droite : Exemples d’éponges, de pennatules et de grandes et petites gorgones que l’on trouve dans l’Atlantique canadien. Les coraux et les éponges ont tendance à se répartir dans les eaux froides le long des bords du plateau continental, jusqu’à une profondeur de 3 000 mètres. Ils sont très vulnérables aux activités humaines. Carte de l’Atlantique canadien illustrant les emplacements d’importantes zones benthiques et d’écosystèmes marins vulnérables pour les éponges, les pennatules et les petites et grandes gorgones. La carte montre l’île de Baffin et le Groenland au nord, et l’est du Canada et les États-Unis au sud, jusqu’au centre de l’Atlantique. Sur la gauche et la droite de la carte, les marques représentent les lignes de latitude 40 N, 50 N et 60 N, et en bas de la carte, elles représentent les lignes de longitude 70 O, 60 O, 50 O et 40 O. Une barre d’échelle apparaît dans l’angle inférieur droit de la carte. Les masses terrestres sur la carte sont de couleur beige et l’eau est blanche. Le texte sur la terre identifie le « Canada », les « États-Unis » et le « Groenland ». Une légende apparaît à droite à l’extérieur de la carte. Les éponges, les pennatules, les grandes gorgones et les petites gorgones sont représentées par des contours de différentes couleurs sur la carte. Pour chaque catégorie, la légende comporte une ou deux photos et des cercles de la couleur de la catégorie correspondante. Les lignes pleines représentent les « Zones benthiques importantes – MPO » et les lignes pointillées représentent les « Écosystèmes marins vulnérables – OPANO ». Au-dessus de la ligne supérieure de la légende, on peut lire « Éponges ». En dessous se trouvent deux petites photos avec le texte « Vazella pourtalesi » et « Rosellidae » sp. Les contours représentant des éponges sont en violet. Au-dessus de la deuxième ligne, on peut lire « Pennatules ». En dessous se trouvent deux petites photos avec le texte « pennatula » sp. et « Halipteris finmarchia », respectivement. Les contours représentant des pennatules sont en jaune. Au-dessus de la troisième rangée, on peut lire « Grandes gorgones ». En dessous se trouvent deux petites photos avec le texte « Keratoisis grayi » et « Paragorgia arborea », respectivement. Les contours représentant de grandes gorgones sont en rouge. Au-dessus de la quatrième rangée, on peut lire « Petites gorgones ». En dessous se trouve une petite photo avec le texte « Acanella arbuscula ». Les contours représentant de petites gorgones sont en vert. L’isobathe de 1 500 m du plateau est délimitée par une fine ligne bleue. Sur la côte Est du Canada, il décrit la plate-forme Néo-Écossaise et les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Au nord, dans la mer du Labrador, il s’incurve au sud de l’île de Baffin, puis contourne directement la pointe du Groenland. La zone économique exclusive (ZEE) du Canada, située à 200 milles au large de la côte, est également indiquée par une fine ligne noire sur la carte. Les zones délimitées à l’intérieur de la ZEE sont pleines pour indiquer les zones benthiques importantes et à l’extérieur, elles sont pointillées pour indiquer les écosystèmes marins vulnérables. Les contours des zones de coraux et d’éponges sont situés principalement au bord du plateau le long de l’isobathe de 1 500 m. Il y a aussi des zones délimitées entre la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve et dans le golfe du Saint-Laurent, principalement en violet et en jaune, qui indiquent des zones d’éponges et de pennatules.

Figure 16 : À gauche : Carte des zones benthiques importantes et des écosystèmes marins vulnérables pour les éponges, les pennatules et les grandes et petites gorgones sur la côte est du Canada. Les zones benthiques importantes sont établies par le MPO dans les limites de la zone économique exclusive de 200 miles marins, tandis que les écosystèmes marins vulnérables se trouvent à l’extérieur de la zone économique exclusive, tel que l’a établi l’OPANO. À droite : Exemples d’éponges, de pennatules et de grandes et petites gorgones que l’on trouve dans l’Atlantique canadien. Les coraux et les éponges ont tendance à se répartir dans les eaux froides le long des bords du plateau continental, jusqu’à une profondeur de 3 000 mètres. Ils sont très vulnérables aux activités humaines.

Les coraux croissent principalement sur des fonds stables comme ceux qui sont formés de blocs et de substrat rocheux, mais peuvent également s’ancrer dans des sédiments mous. La répartition des coraux dans les eaux profondes est inégale et dépend des conditions du plancher océanique, de la température, de la salinité et des courants. On trouve les éponges le long des plateaux, des pentes et des canyons continentaux ainsi que dans les fjords profonds, à des profondeurs pouvant aller jusqu’à 3 000 mètres (figure 16). Les coraux et les éponges d’eau profonde sont très vulnérables aux activités humaines comme la pêche et l’extraction des ressources. Les coraux peuvent également être vulnérables aux effets du changement climatique, car certaines espèces ne peuvent survivre qu’à certaines températures.

Les coraux et les éponges pourraient être les seuls éléments formant des habitats complexes sur le plancher océanique. Ces habitats figurent parmi les zones les plus riches en espèces dans les écosystèmes marins d’eau profonde. Leur structure offre des zones où d’autres espèces peuvent se reposer, s’alimenter, frayer et éviter les prédateurs. Elle peut également offrir une protection pour les œufs et les juvéniles de diverses espèces. Les éponges contribuent de façon importante aux cycles de l’azote, du carbone et du silicium dans l’océan. Cela résulte de leur grande capacité d’alimentation par filtrage, de leur régime alimentaire principalement composé de matières organiques dissoutes et de leur squelette silicifié.

Avant 2000, on connaissait la répartition des coraux d’après les déclarations de prises accidentelles des pêcheurs de poissons. Depuis lors, des chercheurs du MPO, des collègues du milieu universitaire, des environnementalistes et des pêcheurs ont collaboré à la réalisation de relevés de recherche en haute mer à l’aide de chaluts et de véhicules sous-marins téléguidés pour que l’on puisse améliorer nos connaissances sur la répartition des coraux et des éponges.

État et tendances

Gisements de clypéastres

Figure 17 : Répartition du clypéastre dans la biorégion du plateau néo-écossais d’après le relevé plurispécifique au chalut du MPO (1999–2015) et du relevé d’évaluation des stocks de pétoncles (1997, 2007). Les clypéastres sont particulièrement abondants dans la baie de Fundy, sur l’est du plateau néo-écossais, sur le banc Georges, dans le golfe du Saint-Laurent et sur les Grands Bancs. (Reproduit avec la permission de Beazley et al., 2017). Carte de la plate-forme Néo-Écossaise montrant la répartition des clypéastres. Le texte au-dessus de la carte indique « Répartition des clypéastres dans les secteurs de la plate-forme Néo-Écossaise ». La zone sur la carte s’étend du golfe du Saint-Laurent et de la rive sud de Terre-Neuve, en haut, au banc de Georges, en bas à gauche, avec un contour de la biorégion de la plate-forme Néo-Écossaise. Le texte en haut de la légende dans l’angle inférieur gauche indique « Présence de clypéastres dans la biorégion de la plate-forme Néo-Écossaise ». Les zones qui ont fait l’objet d’un relevé sont indiquées en bleu et la biorégion de la plate-forme Néo-Écossaise est ombrée en orange. Les points rouges sur la carte indiquent la présence de clypéastres d’après les relevés de dragage de pétoncles du MPO et les points noirs indiquent la présence de clypéastres d’après les relevés au chalut multispécifiques du MPO. La biorégion de la plate-forme Néo-Écossaise s’étend vers la droite, au large de la côte Est de la Nouvelle-Écosse. La zone étudiée va de la côte à peu près jusqu’à la moitié de la région. Les points noirs sont répartis sur le plateau dans la partie est de la zone étudiée et leur répartition est généralement uniforme. Il y a moins de points noirs dans la partie ouest de la région, avec un petit groupe dans l’angle inférieur gauche. Un autre groupe se trouve dans la partie supérieure de la baie de Fundy. Un groupe linéaire de points rouges est situé le long de la rive est de la baie de Fundy et s’en écarte autour de la pointe ouest de la Nouvelle-Écosse.

Figure 17 : Répartition du clypéastre dans la biorégion du plateau néo-écossais d’après le relevé plurispécifique au chalut du MPO (1999–2015) et du relevé d’évaluation des stocks de pétoncles (1997, 2007). Les clypéastres sont particulièrement abondants dans la baie de Fundy, sur l’est du plateau néo-écossais, sur le banc Georges, dans le golfe du Saint-Laurent et sur les Grands Bancs. (Reproduit avec la permission de Beazley et al., 2017).

Dans l’est du Canada, le clypéastre commun (Echinarachnius parma) forme des groupes denses qui sont appelés des gisements et qui sont présents depuis les eaux intertidales peu profondes jusqu’aux plateaux continentaux extracôtiers (figure 17). Contrairement à ce qu’indique leur nom en anglais (« sand dollars »), les clypéastres se trouvent dans un éventail de types de sédiments, depuis le sable grossier et pierreux jusqu’au limon fin. Ils se nourrissent de diatomées benthiques (algues), de particules organiques et d’autres particules de petite taille, tout en creusant à l’aide de petits tentacules.

Les clypéastres sont une espèce clé dans l’Atlantique en raison du fait qu’ils sont des « bioturbateurs » – Ils perturbent et mélangent rapidement les sédiments lorsqu’ils se nourrissent et s’enfouissent. Ces comportements entraînent la pénétration d’oxygène en quantité plus importante plus profondément dans les sédiments, ce qui permet à davantage d’organismes d’y vivre. Sur le plateau néo-écossais, les clypéastres contribuent de façon importante à la perturbation des sédiments sur le plancher océanique (le deuxième en importance après les tempêtes). Les clypéastres peuvent se rassembler en groupes denses (jusqu’à 180 par mètre carré sur le banc de l’Île de Sable), certains d’entre eux ayant été considérés dans la détermination de zones d’importance écologique et biologique.

Des données sur la répartition des clypéastres ont été recueillies durant des relevés plurispécifiques au chalut, certains relevés menés pour l’évaluation des stocks de pétoncles et la réalisation de recherches ciblées.

État et tendances

Communautés de poissons et d’invertébrés

Les communautés de poissons et d’invertébrés marins pélagiques (en haute mer), démersaux (près du fond) et benthiques (au fond) font partie d’un réseau écologique complexe. Ces communautés sont étroitement liées à l’environnement physique, chimique et biologique dans lequel elles évoluent. Selon leur régime alimentaire, les poissons et les invertébrés se situent à différents niveaux du réseau trophique et jouent un rôle important dans le transfert de l’énergie et des éléments nutritifs le long de la chaîne alimentaire, depuis les producteurs, comme les plantes, jusqu’aux consommateurs, comme les humains. Un changement dans la structure d’une communauté marine peut avoir une incidence considérable sur la santé d’autres communautés.

Les poissons et les invertébrés (crustacés et mollusques) sont d’importantes sources de nourriture pour les Canadiens et figurent parmi les plus importants aliments exportés par le Canada. Nous devons disposer de données scientifiques sur la situation des communautés de poissons et d’invertébrés et sur les tendances qu’ils affichent si nous voulons prendre des décisions de gestion durables et responsables pour conserver la ressource tout en assurant l’avenir de nos pêches.

Les pêches ciblent des espèces particulières, et les captures effectuées nous offrent de l’information utile aux fins de gestion, mais les prises ne reflètent pas toutes les communautés de l’écosystème marin. Pour compenser, les chercheurs réalisent des relevés scientifiques afin de recueillir des données supplémentaires et de fournir de l’information sur davantage de communautés marines. L’évaluation de la situation des communautés de poissons et d’invertébrés marins exige une surveillance attentive et des analyses scientifiques.

État et tendances – biorégion de l’Atlantique

C’est compliqué : les phoques et la morue franche

Au début des années 1990, on a assisté à un effondrement généralisé des stocks de morues franches au large de la côte est du Canada. Les raisons soupçonnées de cet effondrement étaient variables : surpêche, prises non déclarées, déclin de la productivité, mortalité naturelle élevée en raison de piètres conditions océaniques et prédation accrue.

On dénombre sept stocks de morues franches dans l’Atlantique canadien (figure 18). Certains de ces stocks semblent se rétablir lentement. D’autres demeurent à de faibles niveaux ou continuent de décliner, même si des mesures de gestion strictes sont en place pour limiter l’effort de pêche. En même temps, les populations de phoques du Groenland et de phoques gris ont augmenté, atteignant des nombres jamais enregistrés au cours des 50 dernières années (figure 19). Cette situation a mené à la conclusion que le non-rétablissement de la morue franche et d’autres populations de poissons démersaux serait dû à une surabondance des populations de phoques, qui se nourrissent de grandes quantités de poissons.

La recherche a montré que les facteurs qui influent sur le rétablissement de la morue franche sont complexes. Le rôle de la prédation par les phoques, ainsi que d’autres facteurs, diffèrent selon les biorégions. On trouvera ci-après des exemples de ces différences par stock régional de morues.

Les stocks de morues franches que l’on trouve au large de la côte nord-est de Terre-Neuve (divisions 2J3KL) ont vu leur abondance augmenter entre 2005 et 2016, malgré la présence d’une importante population de phoques du Groenland. Cependant, ils sont encore loin des niveaux historiques ou de l’effectif qui est requis si l’on veut conserver l’espèce. Au cours d’une étude récente, on a montré que la pêche et la disponibilité limitée de capelans expliquaient le lent rétablissement de la morue. La consommation par les phoques n’a pas été jugée comme une cause importante du déclin ou de la lenteur du rythme de rétablissement.

Dans le nord du golfe du Saint-Laurent (divisions 4RS/3Pn), le stock de morues montre également des signes de rétablissement, mais à un rythme lent. Les chercheurs qui étudient les différentes causes possibles – la pêche, les conditions environnementales et la prédation – estiment que la très faible survie des jeunes morues serait la cause principale. Une combinaison de la surpêche, de la prédation par les phoques du Groenland et de températures froides de l’eau enregistrées durant les années 1990 seraient les principaux facteurs de ce faible taux de survie.

Dans le sud du golfe (division 4T), les grosses morues continuent de décliner, et la mortalité extrêmement élevée chez les poissons matures empêche le rétablissement du stock. Compte tenu des taux élevés de mortalité actuels, les morues pourraient disparaître de cette région d’ici une quarantaine d’années. À cet endroit, les chercheurs considèrent que la prédation par le phoque gris est importante et pourrait expliquer jusqu’à 50 pour cent de la mortalité de la morue, bien que d’autres facteurs puissent également être en jeu.

Figure 18 : Emplacement des stocks de morues dans l’Atlantique canadien. Parmi les sept stocks de morues franches de l’Atlantique canadien, certains semblent se rétablir lentement, tandis que d’autres demeurent à de faibles niveaux ou continuent de décliner. L’importance de la surpêche, des conditions environnementales, de la disponibilité du capelan et de la prédation par les phoques diffèrent selon les biorégions. Carte de l’Atlantique canadien indiquant l’emplacement des stocks de morues franches. Le texte au-dessus de la carte indique « Emplacement des stocks de morues dans l’Atlantique canadien ». La carte montre l’est du Canada, du Québec et du Labrador au nord jusqu’à la Nouvelle-Écosse et l’est des États-Unis au sud, et illustre les zones marines à l’est. Sur le bord gauche de la carte, les marques représentent les lignes de latitude 40 N, 50 N et 60 N, et les marques en bas représentent les lignes de longitude 70 O, 60 O et 50 O. Les limites des subdivisions de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO) sont également représentées au large de la côte atlantique par des polygones bordés de lignes pointillées blanches. Le nom de chaque division de l’OPANO est indiqué par un numéro et une lettre. Sept ovales de couleur avec des noms composés de chiffres et de lettres représentent chaque stock sur la carte. Les ovales sont situés dans différentes zones marines de la côte atlantique. Le stock de morues de la division 4X est en vert et situé au large de l’extrémité sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, celui de la division 4VSW est en turquoise et situé au sud-est de la Nouvelle-Écosse, celui de la division 4T est en jaune et situé dans le sud du golfe du Saint-Laurent, celui de la division 4Rs est en orange et situé dans le nord du golfe Saint-Laurent, celui de la division 3PS est en bleu et situé au sud-ouest de Terre-Neuve-et-Labrador, celui de la division 3NO est en violet et situé au sud-est de Terre-Neuve-et-Labrador, celui de la division 2J3KL est en rouge et situé au nord-est de Terre-Neuve-et-Labrador.

Figure 18 : Emplacement des stocks de morues dans l’Atlantique canadien. Parmi les sept stocks de morues franches de l’Atlantique canadien, certains semblent se rétablir lentement, tandis que d’autres demeurent à de faibles niveaux ou continuent de décliner. L’importance de la surpêche, des conditions environnementales, de la disponibilité du capelan et de la prédation par les phoques diffèrent selon les biorégions.

Figure 19 : Abondance des phoques du Groenland et des phoques gris dans l’Atlantique canadien. Ces espèces ont vu leur abondance augmenter à des niveaux jamais vus en 50 ans. Un graphique linéaire illustre la population de phoques gris et de phoques du Groenland du Canada atlantique. Le texte au-dessus du graphique indique « Abondance des phoques du Groenland et des phoques gris ». Deux axes verticaux sont représentés sur le graphique, chacun représentant une espèce de phoque. L’axe de gauche montre les nombres de 0 à 10 000 par incréments de 1 000, avec le texte « Phoques du Groenland (en milliers) ». L’axe de droite indique les nombres de 0 à 700 par incréments de 100 avec le texte « Phoques gris (en milliers) ». L’axe horizontal représente les années entre 1960 et 2010 par tranches de 10 ans. Une légende apparaît dans l’angle supérieur gauche du graphique. L’abondance des phoques du Groenland est représentée par une ligne orange qui augmente avec le temps, passant de 1 000 à 2 000 milliers d’individus dans les années 1970 aux années 2000, pour atteindre presque 8 000 milliers. Une ligne verte représente l’abondance des phoques gris, qui augmente également avec le temps bien qu’elle soit plus basse que la ligne orange. Elle commence près de zéro dans les années 1960 pour dépasser 600 000. Chaque ligne est entourée d’une zone ombrée qui représente la confiance dans la valeur de l’abondance.

Figure 19 : Abondance des phoques du Groenland et des phoques gris dans l’Atlantique canadien. Ces espèces ont vu leur abondance augmenter à des niveaux jamais vus en 50 ans.

Golfe du Saint-Laurent

Deux principaux relevés de recherche scientifique sont menés chaque année dans des zones différentes de la biorégion du golfe du Saint-Laurent. La biorégion est ainsi évaluée en fonction de deux sous-régions : le nord du golfe (divisions 4R et 4S) et le sud du golfe (division 4T). On a commencé à effectuer un relevé annuel en septembre dans le sud du golfe en 1971. Puis, en 1990, un relevé du mois d’août a été lancé pour l’estuaire du fleuve et le nord du golfe. Ces relevés reposent sur l’utilisation de chaluts du fond pour collecter des données sur les espèces présentes et sur leur abondance.

Les chaluts de fond ne constituent pas une méthode idéale pour évaluer les espèces de poissons pélagiques, car celles-ci vivent en eau libre. En conséquence, des relevés ciblés ont été menés pour certains stocks pélagiques comme ceux du hareng de l’Atlantique. En ce qui concerne les autres espèces qui ne font pas l’objet de relevés ciblés, on peut utiliser les débarquements dans la pêche commerciale pour mieux comprendre l’état de ces stocks. Lorsqu’ils utilisent ce type de données, les chercheurs doivent garder à l’esprit que l’ampleur de l’effort de pêche peut avoir une incidence sur les débarquements. En conséquence, ils doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils effectuent des comparaisons avec les données dérivées des relevés de recherche.

État et tendances – golfe du Saint-Laurent

Figure 20 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé pour l’ensemble des poissons démersaux ainsi que pour les différentes espèces dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Le texte au-dessus du graphique indique « Poissons démersaux – Relevés du sud du golfe du Saint-Laurent ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en kilogrammes par trait de 0 à 400, par incréments de 100. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse du relevé de l’ensemble des poissons démersaux est représentée par les barres verticales grises. Entre 1970 et le début des années 1980, la biomasse augmente jusqu’à un sommet d’un peu plus de 400 kilogrammes par trait. Elle diminue au début des années 1990 et demeure faible jusqu’à la dernière année de données, en 2016, où elle est inférieure à 100 kilogrammes par trait. Cinq espèces de poissons démersaux sont représentées par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une légende apparaît à droite. Une ligne de données en vert indique la biomasse du relevé de la plie canadienne. Une ligne de données en orange indique la biomasse du relevé du flétan de l’Atlantique. Une ligne de données en bleu pâle indique la biomasse du relevé de la morue franche. Une ligne de données en vert foncé indique la biomasse du relevé du flétan noir. Une ligne de données en rouge foncé indique la biomasse du relevé du sébaste (toutes les espèces). Au début des années 1970, la biomasse du relevé pour chaque espèce était inférieure à 100 kilogrammes par trait. La plie canadienne, la morue franche et le sébaste ont les biomasses les plus élevées, fluctuant autour de 50 kilogrammes par trait, tandis que le flétan noir et le flétan atlantique ont les biomasses les plus faibles. La plie canadienne augmente dans les années 1970 à 1980 pour atteindre un peu plus de 100 kilogrammes par trait, avant de diminuer de nouveau à la fin des années 1970 à 1980, et de demeurer faible. La morue franche augmente également de la fin des années 1970 aux années 1980, fluctuant autour de 200 kilogrammes par trait, ce qui en fait l’espèce la plus abondante sur le graphique. On observe une forte baisse au début des années 1990, puis elle reste faible. La biomasse du relevé du sébaste fluctue autour d’environ 50 kilogrammes par trait tout au long des années 1970 jusqu’au début des années 1990, où elle diminue. Elle a légèrement augmenté ces dernières années. La biomasse du flétan de l’Atlantique est faible comparativement à celle des autres espèces sur le graphique, avec une légère augmentation dans les années 2010. La biomasse du flétan noir est également faible sur le graphique comparativement aux autres espèces, avec des augmentations modestes au cours des années 2000 et au début des années 2010. Un petit dessin bleu clair d’une morue franche est placé juste au-dessus des barres verticales et centré sur l’année 2000. Sous le dessin, un texte indique « Les poissons démersaux, y compris la morue franche, se sont effondrés et affichent toujours des creux historiques ».

Figure 20 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans le sud du golfe du Saint-Laurent.

Figure 21 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé pour l’ensemble des poissons démersaux ainsi que pour les différentes espèces dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Le texte au-dessus du graphique indique « Poissons démersaux – Relevés du nord du golfe du Saint-Laurent ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en kilogrammes par trait de 0 à 600, par incréments de 100. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1990 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse du relevé de l'ensemble des poissons démersaux est représentée par les barres verticales grises. La biomasse du relevé est d’environ 200 kilogrammes par trait en 1990 et elle diminue au début des années 1990, demeurant inférieure à 100 kilogrammes par trait dans la majeure partie du graphique. Elle commence à augmenter dans les années 2010, atteignant un sommet de plus de 500 kilogrammes par trait en 2017, qui est la dernière année de données sur le graphique. Cinq espèces de poissons démersaux sont représentées par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une légende apparaît à gauche. Une ligne de données en rouge foncé indique la biomasse du relevé du sébaste acadien. Une ligne de données en orange indique la biomasse du relevé du flétan de l’Atlantique. Une ligne de données en bleu pâle indique la biomasse du relevé de la morue franche. Une ligne de données en rouge foncé indique la biomasse du relevé du sébaste de l’Atlantique. Une ligne de données en vert foncé indique la biomasse du relevé du flétan noir. Jusqu’au milieu des années 2010, les biomasses du relevé de chaque espèce demeurent toutes égales ou inférieures à 100 kilogrammes par trait sur l’ensemble du graphique. Le sébaste acadien, le sébaste de l’Atlantique et la morue franche ont généralement les biomasses de relevé les plus élevées, mais elles diminuent chacune au début des années 1990, puis demeurent faibles jusqu’aux années 2000. Le sébaste de l’Atlantique commence à augmenter rapidement dans les années 2010, atteignant un sommet d’environ 500 kilogrammes par trait en 2017. La morue franche augmente lentement dans les années 2000, mais diminue à nouveau en 2017. Les biomasses du relevé du flétan noir et du flétan de l’Atlantique sont plus faibles que celles des trois autres espèces. Le flétan noir augmente dans les années 1990, mais décline ces dernières années, tandis que le flétan de l’Atlantique augmente après 2010. Au-dessus des barres verticales à gauche du graphique, une ligne de texte indique « Les poissons démersaux, y compris la morue franche, se sont effondrés ». Une flèche sous le texte pointe vers 1991. Un petit dessin bleu clair d’un sébaste est placé juste au-dessus des barres verticales, sur la droite. Sous le dessin, un texte indique « Augmentation du nombre de sébastes » et une flèche pointe vers le bas sur la ligne rouge clair. Une autre ligne de texte à l’extrême droite du graphique indique « La morue franche a diminué en 2017 ». Une flèche pointe du texte vers la ligne bleu clair en 2017.

Figure 21 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans le nord du golfe du Saint-Laurent.

Figure 22 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons pélagiques et du hareng de l’Atlantique dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé pour l’ensemble des poissons pélagiques et le hareng de l’Atlantique dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Le texte au-dessus du graphique indique « Relevés des poissons pélagiques du sud du golfe du Saint-Laurent ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en kilogrammes par trait de 0 à 150, par incréments de 50. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse du relevé de l'ensemble des poissons pélagiques est représentée par les barres verticales grises. La biomasse du relevé de l’ensemble des poissons pélagiques est faible tout au long des années 1970, mais elle augmente rapidement dans les années 1980. Elle fluctue ensuite généralement entre environ 25 et 50 kilogrammes par trait, avec deux pics à plus de 100 kilogrammes par trait à la fin des années 2000 et au début des années 2010. Elle diminue en 2016, qui est la dernière année de données sur le graphique. La biomasse du relevé du hareng de l’Atlantique est représentée par une ligne verte sur le même graphique. Une légende apparaît à gauche. La biomasse du relevé du hareng de l’Atlantique reflète généralement celle de la biomasse du relevé de l'ensemble des poissons pélagiques. Elle est faible dans les années 1970, puis elle augmente dans les années 1980 et demeure essentiellement entre 25 et 50 kilogrammes par trait, avec deux pics au-dessus de 100 kilogrammes par trait à la fin des années 2000 et au début des années 2010. Puis, dans les années 2010, elle baisse. Un petit dessin bleu clair d’un hareng de l’Atlantique est placé au-dessus des barres verticales sur la gauche du graphique. Sous le dessin, un texte indique « Le nombre de harengs de l’Atlantique a augmenté durant les années 1980 ». Une flèche pointe vers la période du milieu des années 1980. Une autre ligne de texte sur la droite du graphique indique « Récemment en déclin ». Une flèche pointe du texte vers le milieu des années 2010.

Figure 22 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons pélagiques et du hareng de l’Atlantique dans le sud du golfe du Saint-Laurent.

Figure 23 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons pélagiques et d’espèces individuelles dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé pour l’ensemble des poissons pélagiques ainsi que pour les différentes espèces dans le nord du golfe du Saint-Laurent. L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en kilogrammes par trait de 0 à 1 000, par incréments de 250. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse de l'ensemble des poissons pélagiques est représentée par les barres verticales grises. Les données vont de 1968 à 2017. La biomasse totale du relevé varie entre environ 400 000 et 500 000 tonnes dans les années 1970 et 1980, avec un pic de près de 600 000 tonnes au début des années 1980. Elle augmente rapidement au milieu des années 1980, culminant à environ 850 000 tonnes, puis elle fluctue entre 600 000 et 700 000 tonnes. Elle baisse dans les années 1990 jusqu’à près de 100 000 tonnes, puis remonte au début des années 2000 à environ 250 000 tonnes. Elle diminue de nouveau dans les années 2010 pour s’établir à près de 100 000 tonnes. La biomasse du relevé des différentes espèces pélagiques est représentée par des lignes colorées sur le même graphique. Une légende apparaît à droite. Une ligne de données en bleu foncé indique la biomasse du relevé automnal du hareng de l’Atlantique dans la division 4R de l’OPANO. Une ligne de données en bleu pâle indique la biomasse du relevé printanier du hareng de l’Atlantique dans la division 4R de l’OPANO. Une ligne de données en jaune indique la biomasse du relevé du maquereau dans les sous-secteurs 3 et 4 de l’OPANO. La biomasse du relevé du maquereau est plus élevée que celle des autres espèces sur le graphique et est semblable à la tendance générale de la biomasse totale du relevé des poissons pélagiques. Au début des années 1970, elle fluctue autour de 250 000 tonnes, augmentant à la fin des années 1970 jusqu’à un pic de près de 500 000 tonnes. Elle augmente ensuite de nouveau à la fin des années 1980, avec un pic à moins de 700 000 tonnes. Elle retombe sous la barre des 100 000 tonnes dans les années 1990. On note une augmentation modeste au début des années 2000, mais la biomasse baisse ensuite jusqu’aux années 2010, où elle reste à un faible niveau. La biomasse des relevés automnaux et printaniers du hareng de l’Atlantique dans la division 4R demeure inférieure à la biomasse du maquereau jusqu’au milieu des années 2000. La biomasse du relevé automnal du hareng de l’Atlantique dans la division 4R se situait à près de 250 000 tonnes à la fin des années 1960, mais elle diminue et demeure faible jusqu’au milieu des années 2000, où elle augmente de nouveau à près de 250 000 tonnes. Dans les années 2010, elle recommence à baisser. La biomasse du relevé printanier du hareng de l’Atlantique dans la division 4R a légèrement augmenté au milieu des années 1970, mais elle est généralement faible pendant la période visée par le graphique et diminue dans les années 2000 et 2010. Un petit dessin bleu clair d’un maquereau est placé au-dessus des barres verticales sur la droite du graphique. Sous le dessin, un texte indique « Le nombre de maquereaux a décliné durant les années 1990 et s’est effondré durant les années 2010 ». Une flèche pointe vers la période des années 1990 et une autre vers les années 2010. Une autre ligne de texte plus à droite du graphique indique « Déclin des stocks de hareng de l’Atlantique ». Une flèche pointe du texte vers les années 2010.

Figure 23 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons pélagiques et d’espèces individuelles dans le nord du golfe du Saint-Laurent.

Figure 24 : Biomasse dérivée des relevés des invertébrés benthiques, du homard d’Amérique et du crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé pour les invertébrés benthiques ainsi que pour les différentes espèces dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Le texte au-dessus du graphique indique « Relevés du sud du golfe du Saint-Laurent – Invertébrés ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en kilogrammes par trait de 0 à 150, par incréments de 50. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1990 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse de l'ensemble des poissons pélagiques est représentée par les barres verticales grises. Les données vont de 1988 à 2016. La biomasse totale du relevé fluctue autour de 25 kilogrammes par trait, avec des pics à près de 50 kilogrammes par trait en 1990 et 2000. Un autre pic légèrement supérieur à 100 kilogrammes par trait se produit en 2007. La biomasse du relevé des différentes espèces est représentée par des lignes colorées sur le même graphique. Une légende apparaît à gauche. Une ligne de données en rouge indique la biomasse du relevé du homard d’Amérique. Une ligne de données en rouge pâle indique la biomasse du relevé du crabe des neiges. Les biomasses du crabe des neiges et du homard d’Amérique sont relativement plates pendant toute la période du graphique et fluctuent généralement en dessous de 10 kilogrammes par trait. La biomasse du crabe des neiges est plus élevée que celle du homard d’Amérique jusqu’à la fin des années 2000, lorsque la biomasse du homard d’Amérique augmente. Un petit dessin bleu clair d’un homard d’Amérique est placé au-dessus des barres verticales sur la droite du graphique. Sous le dessin, un texte indique « Le nombre de homards d’Amérique augmente ». Une flèche pointe du texte vers le milieu des années 2010.

Figure 24 : Biomasse dérivée des relevés des invertébrés benthiques, du homard d’Amérique et du crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent.

Figure 25 : Débarquements dans la pêche commerciale d’invertébrés benthiques et d’espèces individuelles dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Parmi les nouvelles pêches figure celle à l’oursin vert, au concombre de mer et à la mactre de Stimpson. D’autres espèces traditionnellement exploitées comprennent le crabe commun, le crabe araignée, le pétoncle géant, le buccin, la mye commune, le couteau de l’Atlantique et la mactre de l’Atlantique. Un graphique linéaire et à barres illustre les débarquements de la pêche commerciale pour les invertébrés benthiques ainsi que pour les différentes espèces dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Le texte au-dessus du graphique indique « Débarquements d’invertébrés dans la pêche commerciale dans le nord du golfe du Saint-Laurent ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en milliers de tonnes de 0 à 25, par incréments de 5. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. Les débarquements de la pêche commerciale d’invertébrés benthiques sont représentés par des barres verticales bleu clair. Les données vont de 1970 à 2016. Les débarquements commerciaux étaient inférieurs à 5 000 tonnes dans les années 1970 et au début des années 1980. En 1983, ils ont grimpé au-dessus de 5 000 tonnes et ont continué d’augmenter avec quelques fluctuations jusqu’à près de 20 000 tonnes au milieu des années 2010. Les débarquements de la pêche commerciale de chaque espèce sont représentés par des lignes colorées sur le même graphique. Une légende apparaît à gauche. Une ligne de données en rouge indique les débarquements de la pêche commerciale de homard d’Amérique. Une ligne de données en rose indique les débarquements de la pêche commerciale de crabe des neiges. Une ligne de données en pointillés bleu pâle indique les débarquements de la pêche commerciale pour les nouvelles pêches. Une ligne de données en pointillés verts indique les débarquements de la pêche commerciale d’autres espèces traditionnelles. La tendance des débarquements de homard américain commence à moins de 5 000 tonnes et augmente graduellement pendant la période du graphique pour se terminer à près de 5 000 tonnes au milieu des années 2010. Les débarquements d’autres espèces traditionnelles et des nouvelles pêches sont inférieurs à ceux du homard d’Amérique. Les autres débarquements d’espèces traditionnelles commencent à augmenter graduellement dans les années 1980 et 1990 jusqu’à près de 5 000 tonnes, puis retombent à près de 3 000 tonnes au milieu des années 2010. Les débarquements des nouvelles pêches commencent à augmenter dans les années 1990 et atteignent près de 2 000 à 3 000 tonnes au milieu des années 2010. Les débarquements de crabe des neiges commencent en 1983 sous les 5 000 tonnes. Ils augmentent dans les années 1990 et atteignent près de 10 000 tonnes au début des années 2000. Ils chutent, puis augmentent graduellement au milieu et à la fin des années 2000 et dans les années 2010, pour s’approcher à nouveau des 10 000 tonnes. Un petit dessin bleu clair d’un crabe des neiges est placé au-dessus des barres verticales sur la gauche du graphique. Sous le dessin, un texte indique « Ouverture de la pêche au crabe des neiges ». Une flèche pointe du texte vers le début de la ligne de données en rose en 1983. Une autre ligne de texte au-dessus des barres verticales sur la droite du graphique indique « Le réchauffement favorise le homard d’Amérique ». Une flèche pointe du texte vers la ligne de données en rouge dans les années 2010.

Figure 25 : Débarquements dans la pêche commerciale d’invertébrés benthiques et d’espèces individuelles dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Parmi les nouvelles pêches figure celle à l’oursin vert, au concombre de mer et à la mactre de Stimpson. D’autres espèces traditionnellement exploitées comprennent le crabe commun, le crabe araignée, le pétoncle géant, le buccin, la mye commune, le couteau de l’Atlantique et la mactre de l’Atlantique.

Figure 26 : Biomasse dérivée des relevés des crevettes nordiques dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Un diagramme à barres illustre la biomasse du relevé de la crevette nordique dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Le texte au-dessus du graphique indique « Relevés ciblant la crevette nordique au nord du golfe du Saint-Laurent ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en kilogrammes par trait de 0 à 75, par incréments de 25. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1990 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse de la crevette nordique est représentée par les barres verticales jaunes. Une légende apparaît à droite. La biomasse augmente dans les années 1990 et culmine en 2003 entre 50 et 75 kilogrammes par trait. Après 2005, elle diminue jusqu’à la dernière année de données, en 2017. Un petit dessin bleu clair d’une crevette est placé sur le graphique au-dessus des barres verticales, sur la gauche. Sous le dessin, un texte indique « Le nombre d’invertébrés benthiques a augmenté après l’effondrement des stocks de poissons démersaux ».

Figure 26 : Biomasse dérivée des relevés des crevettes nordiques dans le nord du golfe du Saint-Laurent.

Plateau Néo-Écossais

Pour les fins de la description des communautés de poissons et d’invertébrés, on divise le plateau néo-écossais en deux grandes sous-régions : l’est du plateau néo-écossais (divisions 4W et 4V) et l’ouest du plateau néo-écossais et la baie de Fundy (division 4X). Les relevés par navire scientifique reposent sur l’utilisation de chaluts de fond pour évaluer les communautés de poissons et d’invertébrés dans cette biorégion, bien que l’on utilise aussi les débarquements dans la pêche commerciale pour ajouter des données.

État et tendances – plateau Néo-Écossais

Figure 27 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans les divisions 4VW (est du plateau néo-écossais). Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé pour l’ensemble des poissons démersaux ainsi que pour les différentes espèces dans la division 4VW de l’OPANO, dans l’est de la plate-forme Néo-Écossaise. Le texte au-dessus du graphique indique « Poissons démersaux – Relevés dans les divisions 4VW, sur la plate-forme Néo-Écossaise ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en milliers de tonnes de 0 à 800, par incréments de 200. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse de l'ensemble des poissons démersaux dans le relevé de la division 4VW est représentée par les barres verticales grises. La biomasse totale du relevé passe d’environ 400 000 tonnes en 1970 à environ 700 000 tonnes en 1979. On observe une forte baisse à la fin des années 1980 et au début des années 1990, à environ 200 000 tonnes. Par la suite, la biomasse demeure faible avec quelques fluctuations. La dernière année de données est 2017. Six espèces de poissons démersaux sont représentées par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une légende apparaît à droite. Une ligne de données en bleu foncé illustre la tendance de la biomasse du relevé de la morue franche. Une ligne de données en noir illustre la tendance de la biomasse du relevé de l’aiguillat commun. Une ligne de données en jaune illustre la tendance de la biomasse du relevé de l’aiglefin. Une ligne de données en orange illustre la tendance de la biomasse du relevé du flétan de l’Atlantique. Une ligne de données en rouge illustre la tendance de la biomasse du relevé du sébaste (toutes les espèces). Une ligne de données en bleu pâle illustre la tendance de la biomasse du relevé du merlu argenté. La biomasse de la morue franche culmine à environ 200 000 tonnes au début des années 1980. Elle diminue ensuite à la fin des années 1980 et au début des années 1990 et demeure faible jusqu’en 2017. La biomasse du sébaste est plus élevée que celle des autres espèces dans les années 1970, avec des fluctuations. Elle culmine à près de 400 000 tonnes à la fin des années 1970, puis diminue dans les années 1980 pour s’établir à près de 100 000 tonnes et baisser à nouveau dans les années 1990. À la fin des années 2000 et au début des années 2010, elle augmente, puis décline de nouveau. La biomasse de l’aiglefin augmente à près de 100 000 tonnes à la fin des années 1970 et diminue au début des années 1990. Elle reste à ce niveau, avec quelques fluctuations, jusqu’en 2017. La biomasse du merlu argenté augmente au cours des années 1980, se situant entre 50 000 et 100 000 tonnes, puis diminue à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Elle augmente légèrement dans les années 2010. L’aiguillat commun et le flétan de l’Atlantique ont une biomasse très faible comparativement aux autres espèces sur le graphique. Aucune tendance ne se dégage pour la tendance de l’aiguillat commun et la biomasse du flétan de l’Atlantique augmente légèrement dans les années 2010. Sur le graphique, un petit dessin bleu clair d’un aiglefin est superposé aux barres verticales, en haut à gauche. Sous le dessin, un texte indique « Les stocks de poissons démersaux se sont effondrés à la fin des années 1980 et au début des années 1990 ». Une autre ligne de texte, sur la droite du graphique, juste au-dessus des barres verticales, indique que « la morue franche reste à des niveaux bas ».

Figure 27 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans les divisions 4VW (est du plateau néo-écossais).

Figure 28 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans la division 4X (ouest du plateau néo-écossais et baie de Fundy). Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé pour l’ensemble des poissons démersaux ainsi que pour les différentes espèces dans la division 4X de l’OPANO, dans l’est de la plate-forme Néo-Écossaise. Le texte au-dessus du graphique indique « Poissons démersaux – Division 4X, sur la plate-forme Néo-Écossaise ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse du relevé en milliers de tonnes de 0 à 800, par incréments de 200. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse de l'ensemble des poissons démersaux dans le relevé de la division 4VW est représentée par les barres verticales grises. La biomasse totale du relevé varie entre environ 200 000 tonnes et 600 000 tonnes entre 1970 et 2017, sans tendance à long terme. Six espèces de poissons démersaux sont représentées par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une légende apparaît à gauche. Une ligne de données en bleu foncé illustre la tendance de la biomasse du relevé de la morue franche. Une ligne de données en noir illustre la tendance de la biomasse du relevé de l’aiguillat commun. Une ligne de données en jaune illustre la tendance de la biomasse du relevé de l’aiglefin. Une ligne de données en orange illustre la tendance de la biomasse du relevé du flétan de l’Atlantique. Une ligne de données en rouge illustre la tendance de la biomasse du relevé du sébaste. Une ligne de données en bleu pâle illustre la tendance de la biomasse du relevé du merlu argenté. La biomasse de la morue franche entre 1970 et 2010 est inférieure à 50 000 tonnes, avec de légères fluctuations. Au milieu des années 2000, elle diminue et reste très faible. La biomasse du sébaste atteint un pic au début des années 1970, puis elle fluctue autour de 100 000 tonnes jusqu’au milieu des années 2000, où elle est généralement plus élevée, avec des pics d’environ 300 000 tonnes. La biomasse de l’aiguillat commun varie, mais après les années 1980, elle est généralement plus élevée avec des pics entre 200 000 et 400 000 tonnes. La biomasse de l’aiglefin est généralement inférieure à 100 000 tonnes, avec de légères fluctuations et aucune tendance jusqu’à ce qu’elle augmente au milieu des années 2010. La biomasse du flétan de l’Atlantique est faible comparativement à celle d’autres espèces sur le graphique, mais elle augmente depuis quelques années. La biomasse du merlu argenté est basse par rapport aux autres espèces, avec de faibles fluctuations. Sur le graphique, un petit dessin bleu clair d’un sébaste est placé juste au-dessus des barres verticales, sur la droite. Sous le dessin, un texte indique « Les populations de sébastes affichent des pics historiques ». Une flèche pointe du texte vers la ligne rouge au milieu des années 2010.

Figure 28 : Biomasse totale dérivée des relevés des poissons démersaux et d’espèces individuelles dans la division 4X (ouest du plateau néo-écossais et baie de Fundy).

Figure 29 : Débarquements commerciaux de poissons pélagiques pêchés sur le plateau néo-écossais. Un diagramme à barres illustre les débarquements commerciaux de poissons pélagiques sur la plate-forme Néo-Écossaise. Le texte au-dessus du graphique indique « Débarquements commerciaux de poissons pélagiques sur la plate-forme Néo-Écossaise ». L’axe vertical de gauche représente les débarquements commerciaux en milliers de tonnes de 0 à 300, par incréments de 100. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. Les débarquements commerciaux sont représentés par des barres verticales bleu clair. Les débarquements commencent entre 200 000 et 250 000 tonnes au début des années 1970. Ils déclinent de la fin des années 1980 au début des années 1990 et le déclin se poursuit jusqu’à la dernière année de données, en 2015. Sur le graphique, un petit dessin bleu clair d’un hareng de l’Atlantique est placé juste au-dessus des barres verticales, sur la droite. Sous le dessin, un texte indique « Les débarquements de hareng de l’Atlantique et d’autres poissons pélagiques ont diminué ».

Figure 29 : Débarquements commerciaux de poissons pélagiques pêchés sur le plateau néo-écossais.

Figure 30 : Débarquements commerciaux d’espèces d’invertébrés benthiques et biomasse dérivée des relevés d’espèces d’invertébrés benthiques individuelles pour le plateau néo-écossais. Les débarquements commerciaux affichent une tendance à long terme à la hausse. La collecte de données grâce aux relevés de recherche a débuté en 1999. Un diagramme à barres illustre les débarquements commerciaux d’invertébrés benthiques combinés à des graphiques linéaires représentant la biomasse de chaque espèce d’invertébrés sur la plate-forme Néo-Écossaise. Le texte au-dessus du graphique indique « Débarquements d’invertébrés dans la pêche commerciale sur la plate-forme Néo-Écossaise et biomasse des espèces dérivée des relevés ». L’axe vertical de gauche représente la biomasse en milliers de tonnes de 0 à 120, par incréments de 30. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1970 et 2020 par tranches de 10 ans. Les débarquements commerciaux sont représentés par des barres verticales bleu pâle qui augmentent régulièrement, avec quelques fluctuations, passant d’environ 15 000 tonnes au début des années 1970 à près de 120 000 tonnes la dernière année de données, en 2015. La biomasse du relevé de trois espèces d’invertébrés est représentée par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Les données des relevés commencent en 1999 et se terminent en 2017. Une légende apparaît à gauche. Une ligne de données en rouge indique la tendance de la biomasse du relevé du homard d’Amérique. Une ligne de données en jaune illustre la tendance de la biomasse du relevé de la crevette nordique. Une ligne de données en rose illustre la tendance de la biomasse du relevé du crabe des neiges. La biomasse de la crevette nordique est plus élevée que celle des autres espèces sur le graphique. Elle fluctue entre environ 15 000 et 40 000 tonnes, et a diminué ces dernières années. La biomasse du homard d’Amérique varie autour de 10 000 tonnes jusqu’en 2010, puis augmente rapidement pour atteindre environ 30 000 tonnes au milieu des années 2010. La tendance de la biomasse du crabe des neiges est inférieure à 10 000 tonnes, avec de légères fluctuations, et elle est plus faible dans les dernières années de données. Une ligne de texte à gauche du graphique, juste au-dessus des barres verticales, indique « Le nombre d’invertébrés benthiques a augmenté avec la diminution des poissons démersaux au début des années 1990 ». Sur le graphique, un petit dessin bleu clair d’un homard est placé juste au-dessus des barres verticales, sur la droite. Sous le dessin, un texte indique « Le réchauffement des eaux favorise le homard d’Amérique, mais la crevette nordique et le crabe des neiges voient leur abondance décliner ». Une flèche pointe vers la ligne rouge au milieu des années 2010.

Figure 30 : Débarquements commerciaux d’espèces d’invertébrés benthiques et biomasse dérivée des relevés d’espèces d’invertébrés benthiques individuelles pour le plateau néo-écossais. Les débarquements commerciaux affichent une tendance à long terme à la hausse. La collecte de données grâce aux relevés de recherche a débuté en 1999.

Nouvelles espèces d’eau chaude

Les relevés qui ont servi à surveiller les conditions environnementales et les populations de poissons au large de la côte atlantique au cours des dernières années ont ménagé quelques surprises : un nombre croissant d’espèces de poissons d’eau chaude, dont certaines ont été régulièrement capturées plus loin au sud, sur le banc George, sont maintenant plus fréquemment observées sur le plateau néo-écossais.

La température moyenne des eaux du fond du plateau néo-écossais et de la baie de Fundy est de 6,8 ℃ en été. Cette température varie d’une année à l’autre, les températures les plus chaudes ayant été relevées au cours des six dernières années. Les prises effectuées au chalut de fond durant les relevés d’été annuels ont permis de recenser différentes espèces selon la température (figure 31). Certaines espèces, comme la grande raie, ne sont pas régulièrement capturées.

Au cours des cinq dernières années, cependant, le nombre d’espèces d’eau chaude exotiques capturées a augmenté. Il en va de même pour la fréquence à laquelle ces espèces étaient capturées. Les prises de saint-pierres, du malarmat à dix aiguillons, du ‘spotted tinselfish’ et du sanglier à corps élevé sont beaucoup plus fréquentes (figure 32). Certaines espèces, comme la chèvre impériale, semblent être là pour rester. Ces poissons sont capturés chaque année sur le plateau néo-écossais, et leur aire de répartition s’étend au fur et à mesure que le fond de l’océan se réchauffe.

Figure 31 : Répartition par décennie des captures d’espèces de poissons d’eau chaude qui se superpose à la température moyenne pour chaque période de temps. Les points noirs représentent des relevés dans lesquels était présente au moins une espèce de poissons d’eau chaude. Récemment, le nombre et la fréquence d’espèces d’eau chaude capturées ont augmenté. Une légende en haut d’une ligne de texte indique « Eau plus chaude ». En dessous, une autre ligne de texte indique « Tandis que l’eau se réchauffe, on rencontre plus souvent dans la région des espèces exotiques d’eau chaude ». Sous le texte, cinq cartes empilées verticalement de 1970 à 2017 montrent l’évolution de la température de l’eau et les captures d’espèces d’eau chaude au fil du temps. Les cartes représentent respectivement les périodes 1970-1979, 1980-1989, 1990-1999, 2000-2009 et 2010-2017, de haut en bas. Chaque carte montre la même région de la côte Est du Canada centrée sur le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse et la plate-forme Néo-Écossaise, du golfe du Saint-Laurent au nord au banc de Georges au sud-ouest. La zone de la plate-forme Néo-Écossaise de chaque carte est ombrée de couleurs représentant la température moyenne pour chaque période. Une légende à droite des cartes montre la plage de températures et les couleurs utilisées pour les représenter sur la carte. Il y a 12 couleurs représentant chacune une plage de températures. Le bleu foncé en haut de la légende représente la plage de 1,4 à 2,8 °C et le rouge en bas représente des températures >10 °C. Chaque couleur dénote une plage de 0,4 à 1,4 °C. Au bas de la légende, un point noir avec un texte en regard indique « Des espèces exotiques d’eau chaude ont été capturées à cet emplacement ». Sur la carte du haut, la coloration du plateau présente une zone en bleu plus foncé à l’extrémité orientale de la plate-forme Néo-Écossaise. La couleur passe ensuite à des bleus plus clairs, puis au jaune et à l’orange au milieu de la plate-forme Néo-Écossaise. Il y a ensuite une petite zone de bleu plus bas, puis plus de jaune dans la zone ombragée qui entoure l’extrémité occidentale de la Nouvelle-Écosse dans la baie de Fundy. Quelques points noirs sont dispersés vers le milieu et le bas de la plate-forme Néo-Écossaise. Quelques autres sont situés en haut de la baie de Fundy. Ce motif général d’ombres colorées est visible sur chaque carte, mais les zones jaunes et oranges deviennent plus foncées et plus larges en descendant le long de la pile, ce qui indique que la température augmente avec le temps, surtout au milieu de la plate-forme et près du bord inférieur. Le nombre de points noirs augmente également et ils sont généralement situés entre le centre et l’ouest de la plate-forme Néo-Écossaise et de la partie supérieure de la baie de Fundy; quelques-uns sont dispersés dans d’autres régions.

Figure 31 : Répartition par décennie des captures d’espèces de poissons d’eau chaude qui se superpose à la température moyenne pour chaque période de temps. Les points noirs représentent des relevés dans lesquels était présente au moins une espèce de poissons d’eau chaude. Récemment, le nombre et la fréquence d’espèces d’eau chaude capturées ont augmenté.

Figure 32 : Variétés de poissons « exotiques » capturés sur le plateau néo-écossais : a) malarmat à dix aiguillons (Peristedion miniatum), b) callionyme à nageoire tachetée (Foetorepus agassizii), c) vivaneau (Heteropriacanthus cruentatus), d) sanglier à corps élevé (Antigonia capros) et e) saint-pierre (Zenopsis ocellata) (partiel). (Photo : W. Joyce, MPO) Photographie de cinq espèces rares de poissons de différentes tailles capturés sur la plate-forme Néo-Écossaise, avec les lettres A à E accompagnant chaque espèce.

Figure 32 : Variétés de poissons « exotiques » capturés sur le plateau néo-écossais : a) malarmat à dix aiguillons (Peristedion miniatum), b) callionyme à nageoire tachetée (Foetorepus agassizii), c) vivaneau (Heteropriacanthus cruentatus), d) sanglier à corps élevé (Antigonia capros) et e) saint-pierre (Zenopsis ocellata) (partiel). (Photo : W. Joyce, MPO)

Plateaux de Terre-Neuve et du Labrador

La biorégion des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador peut être considérée comme comprenant quatre grands écosystèmes fonctionnels, des données à long terme étant disponibles pour trois d’entre eux : le plateau de Terre-Neuve (divisions 2J3K), le Grand Banc (divisions 3LNO) et le sud de Terre-Neuve (division 3Ps). Les stocks de poissons et d’invertébrés sont surveillés grâce à des relevés de recherche au chalut, qui sont menés au printemps et à l’automne de chaque année. Les relevés de printemps couvrent la zone qui s’étend du sud de Terre-Neuve (division 3P) au Grand Banc (divisions 3LNO). Les relevés d’automne couvrent les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador entre les divisions 2H et 3NO. Le type d’engin utilisé durant les relevés a changé à l’automne 1995, de sorte qu’on a ajusté les données pour rendre possibles des comparaisons.

Comme les chaluts de fond ne permettent pas de brosser un tableau complet des poissons pélagiques, on effectue parfois des relevés ciblés. Par exemple, on a évalué le capelan dans la division 3L en utilisant des méthodes de relevé acoustiques.

État et tendances – plateaux de Terre-Neuve et du Labrador

Figure 33 : Biomasse des espèces de poissons démersaux dérivée des relevés d’automne dans les divisions 2J3K, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse d’espèces démersales individuelles. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé automnal pour les poissons démersaux ainsi que des différentes espèces dans la division 2J3K de l’OPANO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Le texte au-dessus du graphique indique « Poissons démersaux – Relevés d’automne dans les divisions 2J3K, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador ». L’axe vertical de gauche représente l’indice de la biomasse du relevé, à l’échelle, en milliers de tonnes de 0 à 6 000, par incréments de 1 000. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1980 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse de l'ensemble des poissons démersaux est représentée par les barres verticales grises. La biomasse totale du relevé se situait entre 3 000 et 5 500 milliers de tonnes au début des années 1980, puis elle a fortement diminué jusqu’à environ 250 000 tonnes en 1992. Elle demeure faible dans les années 1990 et 2000, puis remonte légèrement au milieu des années 2000 pour atteindre près de 1 000 milliers de tonnes. La biomasse du relevé automnal pour trois espèces de poissons démersaux est représentée par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une légende apparaît à droite. Une ligne de données en jaune indique la tendance de la biomasse du relevé de la plie canadienne. Une ligne de données en bleu clair illustre la tendance de la biomasse du relevé de la morue franche. Une ligne de données en vert foncé illustre la tendance de la biomasse du relevé du flétan noir. La biomasse de la morue franche dépassait 1 000 milliers de tonnes dans les années 1980, mais on observe un déclin important à la fin des années 1980 et au début des années 1990, la biomasse se rapprochant alors du bas du graphique. Une augmentation modeste à partir du milieu des années 2000 la ramène à 300-400 000 tonnes. Les biomasses de la plie canadienne et du flétan noir sont inférieures à celles de la morue franche dans les années 1980. Celle de la plie canadienne se situe entre 200 000 et 300 000 tonnes, mais elle diminue de la fin des années 1980 au début des années 1990 à moins de 100 000 tonnes. Elle reste basse jusqu’au milieu des années 2000, puis enregistre une légère hausse. La biomasse du flétan noir se situe généralement entre 200 et 300 000 tonnes, avec un déclin à la fin des années 1980 et au début des années 1990 à moins de 100 000 tonnes. Elle remonte de nouveau au milieu des années 1990, puis reste entre 100 et 200 000 tonnes. Sur le graphique, un petit dessin bleu clair d’une morue franche est placé juste au-dessus des barres verticales, sur la gauche. Sous le dessin, un texte indique « Effondrement des stocks de morues du Nord ». Une flèche pointe du texte vers les barres verticales pour la période du début des années 1990. Une autre ligne de texte sur la droite du graphique, au-dessus des barres verticales, indique « Les stocks de morues franches sont demeurés à des niveaux historiquement faibles ».

Figure 33 : Biomasse des espèces de poissons démersaux dérivée des relevés d’automne dans les divisions 2J3K, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse d’espèces démersales individuelles.

Figure 34 : Biomasse totale des espèces de poissons démersaux dérivée des relevés de printemps dans les divisions 3LNO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse d’espèces démersales individuelles. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé printanier pour les poissons démersaux ainsi que des différentes espèces dans la division 3LNO de l’OPANO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Le texte au-dessus du graphique indique « Poissons démersaux – Relevés de printemps dans les divisions 3LNO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador ». L’axe vertical de gauche représente l’indice de la biomasse du relevé, à l’échelle, en milliers de tonnes de 0 à 4 000, par incréments de 1 000. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1985 et 2020 par tranches de 10 ans. La biomasse de l'ensemble des poissons démersaux dans le relevé de printemps dans les divisions 3LNO est représentée par les barres verticales grises. Les données vont de 1985 à 2016, mais il n’y a pas de données pour 2015. La biomasse totale du relevé variait entre 3 000 et 5 500 milliers de tonnes au début des années 1980, avant de diminuer jusqu’à environ 250 000 tonnes en 1992. Elle demeure inférieure à environ 500 000 tonnes jusqu’au milieu des années 2000, puis commence à augmenter jusqu’en 2010 pour atteindre environ 1 000 milliers de tonnes. La biomasse du relevé automnal pour trois espèces de poissons démersaux est représentée par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une ligne de données en jaune indique la tendance de la biomasse du relevé de la plie canadienne. Une ligne de données en bleu clair illustre la tendance de la biomasse du relevé de la morue franche. Une ligne de données en vert foncé illustre la tendance de la biomasse du relevé du flétan noir. La biomasse de la morue franche est la plus élevée dans les années 1980, oscillant entre 1 000 et 2 000 milliers de tonnes, mais elle diminue rapidement à moins de 100 000 tonnes au début des années 1990 et demeure faible. La biomasse de la plie canadienne frôle les 1 000 milliers de tonnes dans les années 1980, mais elle diminue rapidement à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Elle reste ensuite généralement entre 100 et 200 000 tonnes jusqu’en 2016. Le flétan noir a la biomasse la plus faible des trois espèces, à moins de 50 000 tonnes, avec de légères fluctuations entre les années 1980 et 2016. Sur le graphique, un petit dessin bleu clair d’une morue franche est placé juste au-dessus des barres verticales, sur la gauche. Sous le dessin, un texte indique « Effondrement des stocks de morues du Nord » et une flèche pointe vers les barres verticales pour la période du début des années 1990. Une autre ligne de texte sur la droite du graphique, superposée aux barres verticales, indique « Les stocks de morues franches sont demeurés à des niveaux historiquement faibles ».

Figure 34 : Biomasse totale des espèces de poissons démersaux dérivée des relevés de printemps dans les divisions 3LNO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse d’espèces démersales individuelles.

Figure 35 : Biomasse du capelan dérivée des relevés acoustiques du printemps dans la division 3L, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Un diagramme à barres illustre la biomasse des relevés acoustiques printaniers du capelan dans la division 3L de l’OPANO sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Le texte au-dessus du graphique indique « Relevés acoustiques du capelan dans la division 3L, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. » L’axe vertical de gauche représente l’indice de la biomasse du relevé acoustique en milliers de tonnes de 0 à 6 000, par incréments de 1 000. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1980 et 2020 par tranches de 10 ans. Une légende apparaît à droite. La biomasse du capelan est représentée par les barres verticales rouges et l’on dispose de données entre 1981 et 2017. Entre 1985 et 1990, la biomasse fluctue entre environ 2 500 et 4 500 milliers de tonnes, culminant à près de 6 000 milliers de tonnes en 1990. En 1991, elle diminue considérablement et reste très faible jusqu’au milieu des années 2000, date à laquelle elle augmente légèrement. Elle atteint un pic au début des années 2010 à près de 1 000 milliers de tonnes et décline à nouveau ces dernières années. Un petit dessin bleu clair d’un capelan est placé sur le graphique à droite des barres verticales, à 1990. Sous le dessin, un texte indique « Les stocks de capelans se sont effondrés en 1991 ». Une flèche pointe du dessin vers 1991. Une autre ligne de texte se trouve au-dessus des barres verticales à droite du graphique avec des flèches pointant vers la gauche et la droite. Le texte indique « Peu ou pas de rétablissement ».

Figure 35 : Biomasse du capelan dérivée des relevés acoustiques du printemps dans la division 3L, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador.

Figure 36 : Biomasse totale des espèces d’invertébrés benthiques dérivée des relevés d’automne dans les divisions 2J3K, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse dérivée des relevés d’espèces d’invertébrés individuelles. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé automnal pour les invertébrés benthiques (espèces commerciales) ainsi que des différentes espèces dans la division 2J3K de l’OPANO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Le texte au-dessus du graphique indique « Espèces d’invertébrés commerciales – Relevés d’automne dans les divisions 2J3K, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador ». L’axe vertical de gauche représente l’indice de la biomasse du relevé, à l’échelle, en milliers de tonnes de 0 à 1 000, par incréments de 250. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1995 et 2020 par tranches de 5 ans. La biomasse des espèces commerciales d’invertébrés est représentée par les barres verticales grises. La biomasse totale du relevé est à des niveaux élevés à la fin des années 1990 et pendant les années 2000. Elle culmine en dessous de 1 000 milliers de tonnes en 2006, puis redescend à moins de 250 000 tonnes la dernière année de données, en 2016. La biomasse du relevé automnal pour deux espèces d’invertébrés benthiques est représentée par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une légende apparaît à droite. Une ligne de données en jaune illustre la tendance de la biomasse du relevé de la crevette nordique. Une ligne de données en rouge illustre la tendance de la biomasse du relevé du crabe des neiges. La biomasse de la crevette nordique suit une tendance similaire à celle de la biomasse totale des espèces d’invertébrés commerciales. Elle est élevée à la fin des années 1990 et dans les années 2000, atteignant un pic de plus de 900 000 tonnes, mais diminue presque continuellement à la fin des années 2000 et dans les années 2010 jusqu’à moins de 250 000 tonnes en 2015. La biomasse du crabe des neiges fluctue à moins de 50 000 tonnes sur le graphique, avec une légère augmentation à la fin des années 2000, puis une baisse dans les années 2010. Le texte au-dessus des barres verticales sur la gauche du graphique indique que « Les populations d’invertébrés ont augmenté après le refroidissement du milieu et l’effondrement des poissons démersaux ». Sur le graphique, un petit dessin bleu clair d’une crevette est placé juste au-dessus des barres verticales, sur la droite. Sous le dessin, un texte indique : « Le réchauffement et la prédation ont causé un déclin de l’abondance des invertébrés ».

Figure 36 : Biomasse totale des espèces d’invertébrés benthiques dérivée des relevés d’automne dans les divisions 2J3K, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse dérivée des relevés d’espèces d’invertébrés individuelles.

Figure 37 : Biomasse des espèces d’invertébrés benthiques dérivée des relevés de printemps dans les divisions 3LNO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse d’espèces d’invertébrés individuelles. Un graphique linéaire et à barres illustre la biomasse du relevé automnal pour les invertébrés benthiques (espèces commerciales) ainsi que des différentes espèces dans la division 3LNO de l’OPANO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Le texte au-dessus du graphique indique « Espèces d’invertébrés commerciales – Relevés de printemps dans les divisions 3LNO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador ». L’axe vertical de gauche représente l’indice de la biomasse du relevé, à l’échelle, en milliers de tonnes de 0 à 300, par incréments de 100. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1995 et 2020 par tranches de 5 ans. La biomasse des espèces d’invertébrés commerciales dans le relevé de printemps dans les divisions 3LNO est représentée par les barres verticales grises. La biomasse totale du relevé augmente à la fin des années 1990 et dans les années 2000, atteignant un pic d’environ 300 000 tonnes en 2007. Elle diminue ensuite jusqu’à environ 100 000 tonnes en 2014. Il n’y a pas de données en 2015, mais en 2016, la dernière année de données, la biomasse était encore plus faible. La biomasse du relevé printanier pour deux espèces d’invertébrés benthiques est représentée par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Une légende apparaît à droite. Une ligne de données en jaune illustre la tendance de la biomasse du relevé de la crevette nordique. Une ligne de données en rouge illustre la tendance de la biomasse du relevé du crabe des neiges. La biomasse de la crevette nordique suit une tendance similaire à celle de la biomasse totale des espèces d’invertébrés commerciales. Elle augmente à la fin des années 1990 et dans les années 2000, atteignant un pic de près de 300 000 tonnes. Elle baisse à la fin des années 2000 et en 2010 pour s’établir à moins de 25 000 tonnes environ en 2016. Il n’y a pas de données pour 2015. La biomasse du crabe des neiges était d’environ 50 000 tonnes à la fin des années 1990, mais elle a diminué à moins de 25 000 tonnes en 2000 et demeure à ce niveau. Il n’y a pas de données pour 2015, mais la biomasse en 2016 est encore plus faible. Un petit dessin bleu clair d’une crevette est placé sur le graphique au-dessus des barres verticales, sur la gauche. Sous le dessin, un texte indique : « Les populations d’invertébrés ont augmenté après le refroidissement du milieu et l’effondrement des poissons démersaux ». Sur la droite du graphique, le texte au-dessus des barres verticales indique « Le réchauffement et une prédation accrue ont causé un déclin de l’abondance des invertébrés ».

Figure 37 : Biomasse des espèces d’invertébrés benthiques dérivée des relevés de printemps dans les divisions 3LNO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador, de pair avec la biomasse d’espèces d’invertébrés individuelles.

Figure 38 : Biomasse d’espèces de poissons démersaux individuels dérivée des relevés dans la division 3Ps, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Un graphique linéaire illustre la biomasse du relevé des espèces de poissons démersaux dans la division 3Ps de l’OPANO, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador. Le texte au-dessus du graphique indique « Plateaux de Terre-Neuve et du Labrador – Relevés des poissons démersaux dans la division 3Ps ». L’axe vertical de gauche représente l’indice de la biomasse du relevé, à l’échelle, en milliers de tonnes de 0 à 150, par incréments de 50. L’axe horizontal inférieur représente les années entre 1995 et 2020 par tranches de 5 ans. La biomasse du relevé pour chaque espèce de poissons démersaux est représentée par des lignes de couleurs différentes sur le même graphique. Les données commencent en 1996 et se terminent en 2017, mais il n’y a pas de données pour 2006. Une légende apparaît à droite. Une ligne de données en bleu foncé illustre la tendance de la biomasse du relevé de la morue franche. Une ligne de données en noir illustre la tendance de la biomasse du relevé de l’aiguillat noir. Une ligne de données en vert foncé illustre la tendance de la biomasse du relevé du flétan noir. Une ligne de données en bleu clair illustre la tendance de la biomasse du relevé des autres espèces. Une ligne de données en bleu illustre la tendance de la biomasse du relevé de l’aiguillat commun. Une ligne de données en orange illustre la tendance de la biomasse du relevé du merlu argenté. Une ligne de données en vert illustre la tendance de la biomasse du relevé de la merluche blanche. La biomasse de la morue franche est la plus élevée parmi les espèces représentées sur le graphique la plupart des années. On observe un pic à environ 125 000 tonnes en 1998, mais la biomasse fluctue généralement entre 25 000 et 80 000 tonnes. Elle diminue à partir de 2015. Les autres espèces restent généralement en dessous de 10 000 tonnes. La biomasse de l’aiguillat noir était proche de 20 000 tonnes au milieu des années 1990, mais elle diminue ensuite sous la barre des 10 000 tonnes et baisse à nouveau dans les années 2010. Le flétan noir représente près de 5 000 tonnes sur l’ensemble de la période. L’aiguillat commun est généralement à 5 000 tonnes ou en dessous, avec quelques années plus élevées au début des années 2000, frôlant les 10 à 20 000 tonnes. Le merlu argenté est proche de 5 000 tonnes jusqu’en 2010, date à laquelle il commence à augmenter et fluctue autour de 20 000 tonnes avec un pic de près de 50 000 tonnes en 2014. La merluche blanche fluctue généralement autour de 5 000 tonnes, avec quelques années approchant les 10 000 tonnes au début des années 2000. Un petit dessin bleu clair d’un merlu argenté est placé au-dessus des lignes de données, près du milieu du graphique. Sous le dessin, un texte indique « Des espèces précédemment peu communes, comme le merlu argenté, deviennent plus importantes ». Une flèche pointe du texte vers la ligne orange dans les années 2010.

Figure 38 : Biomasse d’espèces de poissons démersaux individuels dérivée des relevés dans la division 3Ps, sur les plateaux de Terre-Neuve et du Labrador.

Mammifères marins

Figure 39 : Tendances actuelles affichées par les populations de mammifères marins dans l’Atlantique Nord-Ouest. Plusieurs sont inconnues. Un diagramme à barres illustre les tendances actuelles des populations d’espèces de mammifères marins dans l’Atlantique Nord-Ouest. Le texte au-dessus des graphiques indique « Nombre d’espèces de mammifères marins ». L’axe vertical de gauche montre l’état dans les catégories suivantes : croissant, stable, décroissant et inconnu. L’axe horizontal inférieur indique le nombre d’espèces de mammifères marins de 0 à 25, par incréments de 5. Le nombre d’espèces de mammifères marins pour chaque catégorie est représenté par les barres horizontales rouges. Le nombre d’espèces pour chaque catégorie, à partir du haut, est de 5 espèces en croissance, 2 stables, 3 en décroissance et 20 dont l’état est inconnu.

Figure 39 : Tendances actuelles affichées par les populations de mammifères marins dans l’Atlantique Nord-Ouest. Plusieurs sont inconnues.

On trouve environ 30 espèces de pinnipèdes (phoques et morses) et de cétacés (baleines, dauphins et marsouins) dans l’Atlantique Nord-Ouest. Plusieurs espèces de cétacés migrent en été, y compris le rorqual commun, le rorqual à bosse, le petit rorqual, plusieurs espèces de dauphins et la baleine noire de l’Atlantique Nord. On estime que ces espèces saisonnières donnent naissance et s’accouplent dans les zones tempérées et tropicales durant l’hiver. Elles se déplacent ensuite vers le nord pour s’alimenter dans les eaux de l’Atlantique canadien, et leurs sources de nourriture sont essentiellement le capelan, le hareng de l’Atlantique et le krill nordique. Certains mammifères marins qui fréquentent l’Atlantique peuvent également être observés dans l’Arctique. Cela comprend des espèces comme le béluga, le phoque annelé et le morse de l’Atlantique. Des espèces migratrices comme le phoque du Groenland et le phoque à capuchon passent une partie de l’année dans l’Arctique, mais se déplacent vers le sud pour donner naissance (mettre bas) et s’alimenter.

Le rôle des mammifères marins dans le réseau trophique de l’Atlantique varie de façon importante, allant des phoques gris se nourrissant de poissons jusqu’aux baleines noires de l’Atlantique Nord, qui se déplacent lentement et qui consomment des copépodes ainsi que des poissons. Comme bon nombre d’espèces de mammifères marins sont migratrices et très mobiles, leurs déplacements peuvent refléter des changements dans les proies ou les conditions environnementales.

L’estimation de la manière dont plusieurs mammifères marins vivent dans l’écosystème de l’Atlantique, y compris la manière dont ils se répartissent, leur emplacement et leur comportement, peut aider les chercheurs à mieux comprendre le milieu marin dans son ensemble. On surveille les déplacements et le comportement de plongée de certaines espèces qui ont été marquées en utilisant la télémétrie par satellite. Cela nous aide à mieux comprendre leur répartition saisonnière et leur utilisation de l’habitat. Pour plusieurs cétacés, les signalements et les déclarations occasionnelles des navigateurs et des observateurs sont les principaux indices de leur emplacement. Le premier relevé de grande ampleur des cétacés le long du plateau continental canadien a été mené en 2007. Les résultats d’un second relevé réalisé en 2016 nous aideront à mettre à jour ces estimations dans de futurs rapports.

État et tendances

Tortues de mer

Figure 40 : Déplacement saisonnier de tortues luth dans les eaux canadiennes entre 1999 et 2016 d’après le suivi des animaux marqués par satellite. Les zones encerclées en orange représentent les zones fortement utilisées (plus de 50 % du temps). Quatre cartes, empilées deux par deux, des emplacements de tortues luths marquées. Le texte au-dessus du graphique indique « Déplacements annuels de la tortue luth ». Chaque carte représente une saison. La carte en haut à gauche est l’hiver, en bas à gauche le printemps, en haut à droite l’été et en bas à droite l’automne. Chaque carte est la même et s’étend de 50° de latitude nord en haut à 10° de latitude nord en bas et montre l’est de l’Amérique du Nord et du Sud en latitude avec Terre-Neuve et Labrador en haut et le Venezuela en bas. L’axe inférieur de chaque graphique s’étend d’environ 80°O à gauche à 20 O à droite, où la côte Ouest de l’Afrique est visible. Une légende apparaît à droite. Les emplacements des étiquettes satellites de 1999 à 2016 sont représentés sur les cartes par des points verts. Les zones à forte fréquentation, où les tortues passent plus de 50 % de leur temps, et représentées par des zones délimitées en orange et en bleu ombragé. Sur la carte de l’hiver en haut à gauche, des lignes de points verts s’étendent du large des côtes de l’Amérique du Nord jusqu’en Amérique du Sud. Il y a une zone ombrée en bleu sur la côte sud des États-Unis. Une autre zone ombrée en bleu, plus grande, part de la côte du Venezuela vers le nord et l’est avec une plus petite zone à peu près à mi-chemin entre l’Amérique du Sud et l’Afrique. Sur la carte du printemps, en bas à gauche, des points verts vont de l’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud. Il y a une petite zone ombrée en bleu au large de la côte sud des États-Unis et une grande zone ombragée qui s’étend de la Nouvelle-Écosse jusqu’au Venezuela. Sur la carte de l’été, en haut à droite, un grand nombre de points verts se trouvent près de l’Amérique du Nord, du golfe du Saint-Laurent et de la côte sud de Terre-Neuve à la côte nord-est des États-Unis. Quelques lignes de points verts vont jusqu’au Venezuela en Amérique du Sud, et il y a quelques lignes plus courtes de points verts dans le nord du centre de l’Atlantique, entre 30°O et 40°O de longitude. Sur la carte de l’automne, en bas à droite, de nombreuses lignes de points verts s’étendent entre la côte Est de l’Amérique du Nord et le Venezuela vers le milieu de l’Atlantique. Une vaste zone ombragée part du golfe du Saint-Laurent et de la côte sud de Terre-Neuve en descendant le long de la côte Est de l’Amérique du Nord et se rétrécit en s’étendant au sud-est vers le centre de l’Atlantique, jusqu’à environ 15° de latitude nord.

Figure 40 : Déplacement saisonnier de tortues luth dans les eaux canadiennes entre 1999 et 2016 d’après le suivi des animaux marqués par satellite. Les zones encerclées en orange représentent les zones fortement utilisées (plus de 50 % du temps).

Les tortues de mer les plus fréquemment rencontrées dans l’Atlantique canadien sont la tortue luth et la tortue caouanne. Les deux espèces sont migratrices, se déplaçant entre les plages, les eaux côtières près du rivage et les eaux libres durant différents stades de leur développement. Entre les mois de juin et de décembre, les tortues luth occupent habituellement l’Atlantique canadien, qui représente l’un de leurs habitats d’alimentation les plus importants (figure 40). Ces animaux fréquentent la zone ensoleillée de l’océan, passant la plupart de leur temps dans les eaux qui se trouvent près de la surface. Cela les rend vulnérables face aux activités de pêche, durant lesquelles elles sont capturées en tant que prises accessoires. On peut observer des tortues caouannes juvéniles principalement durant l’été et l’automne dans les eaux chaudes du large. La plupart des échouements de tortues caouannes se produisent à la fin de l’automne. Les échouements ont été associés à des températures océaniques ambiantes froides et au début de l’hypothermie.

Les œufs et les jeunes des tortues de mer sont soumis à de hauts taux de prédation dans les environnements aquatiques et terrestres, par un vaste éventail de prédateurs marins, y compris des oiseaux et des poissons. Ainsi, les tortues de mer transportent des éléments nutritifs et de l’énergie entre les écosystèmes marins et terrestres. Les tortues luth contribuent également à l’équilibre des écosystèmes dans certains secteurs, en consommant des scyphozoaires, qui sont des prédateurs importants de zooplancton et de poissons au stade larvaire.

Tous les ans depuis 2002, on a observé des tortues luth dans des zones d’alimentation fortement utilisées au large de la Nouvelle-Écosse. L’échantillonnage dans l’eau, la pose d’étiquettes d’identification et les études de télémétrie nous ont tous fourni des éclairages sur les caractéristiques de la population, les déplacements des animaux, leur comportement de recherche de nourriture et l’utilisation de l’habitat pour les tortues luth et les tortues caouannes.

État et tendances

Oiseaux de mer

Figure 41 : Changement moyen en pourcentage de la taille des populations de 20 espèces d’oiseaux de mer nicheurs dans l’est du Canada depuis 1970 pour lesquels des données sont disponibles. Un graphique linéaire illustre l’évolution de la taille des populations d’oiseaux de mer dans l’est du Canada. Le texte au-dessus du graphique indique « Populations d’oiseaux de mer ». L’axe vertical de gauche représente la variation moyenne en pourcentage depuis 1970, de -50 % à 200 %. L’axe horizontal inférieur représente les années de 1970 à 2020, par tranches de 10 ans. La variation moyenne en pourcentage des populations d’oiseaux de mer est représentée par une ligne de données en bleu avec une zone bleue ombrée au-dessus et au-dessous de la ligne de données qui indique l’intervalle de confiance. La tendance du pourcentage moyen de la taille de la population commence à 0 % en 1970 et passe à plus de 50 % dans les années 2010.

Figure 41 : Changement moyen en pourcentage de la taille des populations de 20 espèces d’oiseaux de mer nicheurs dans l’est du Canada depuis 1970 pour lesquels des données sont disponibles.

Figure 42 : Le nombre d’espèces d’oiseaux de mer (parmi  les 20 espèces pour lesquels des données sont disponibles) qui a augmenté ou diminué depuis 1970. Diagramme à barres empilées du nombre d’espèces d’oiseaux de mer dont la population a augmenté ou diminué depuis 1970. Le texte au-dessus du graphique indique « Oiseaux de mer ». L’axe vertical de gauche est le nombre d’espèces. Le haut du graphique représente le nombre d’espèces dont la population a augmenté depuis 1970 et va de 0 à 12. Le bas du graphique représente le nombre d’espèces dont la population a diminué depuis 1970 et descend de 0 à 12. Trois barres de couleur sont empilées sur le graphique du haut. Une barre verte va jusqu’à 1 et représente les espèces dont la population a légèrement augmenté. Au-dessus, une barre bleue va jusqu’à 3 et représente les espèces dont la population a modérément augmenté. Une barre bleue plus foncée va jusqu’à 12 et représente les espèces dont la population a fortement augmenté. Trois barres de couleur sont empilées et s’étendent vers le bas sur le graphique du bas. La barre jaune supérieure va jusqu’à 2 et représente les espèces dont la population a légèrement diminué. La barre orange va jusqu’à 6 et représente les espèces dont la population a modérément diminué. La barre rouge va jusqu’à 8 et représente les espèces dont la population a fortement diminué.

Figure 42 : Le nombre d’espèces d’oiseaux de mer (parmi les 20 espèces pour lesquels des données sont disponibles) qui a augmenté ou diminué depuis 1970.

Plus de 20 espèces différentes d’oiseaux de mer nichent sur le littoral de l’est du Canada. Un nombre supplémentaire de 40 espèces provenant de l’Arctique, d’Europe et même d’Amérique du Sud se nourrissent dans la région. Le nombre total de ces oiseaux est estimé à des dizaines de millions à certains moments de l’année.

Les oiseaux de mer constituent l’une des composantes les plus visibles des paysages marins. En tant que prédateurs de niveau trophique supérieur et excellents échantillonneurs du milieu marin, les oiseaux de mer peuvent jouer un rôle d’indicateurs efficaces de la santé globale de l’océan.

Les tendances affichées par la population d’oiseaux de mer sont mesurées grâce à des relevés systématiques. Ces relevés consistent à dénombrer tous les individus ou les nids de populations reproductrices entières à tous les sites ou à des sites clés sélectionnés. Ils prennent également la forme de relevés par parcelles qui permettent d’échantillonner une partie représentative de la colonie. Les relevés aériens représentent le moyen le plus rentable d’effectuer une estimation exhaustive de la population d’oiseaux de mer nichant au sol (par exemple, les goélands, les sternes et les fous de Bassan). Les relevés réalisés au sol sont nécessaires si l’on veut échantillonner les oiseaux de mer qui nichent dans des terriers ou dans des crevasses (comme les macareux moines et les océanites cul-blanc). Les oiseaux de mer qui nichent sur les falaises (comme les alcidés et les mouettes tridactyles) sont plus facilement dénombrés à partir de bateaux.

État et tendances

Espèces aquatiques envahissantes

Les espèces aquatiques envahissantes (EAE) sont considérées comme étant des organismes qui entrent en compétition avec les espèces indigènes et qui s’établissent dans un nouvel environnement dépourvu de leurs prédateurs naturels. Cela favorise leur croissance ou leur reproduction rapide. Les EAE peuvent menacer les écosystèmes aquatiques en occupant des habitats d’espèces indigènes ou en entrant en compétition avec celles-ci. L’introduction et la propagation des EAE peuvent s’effectuer de façon naturelle par des larves ou des fragments dérivant dans les courants d’eau. Elles peuvent également s’effectuer par l’entremise d’activités humaines, y compris la navigation commerciale ou de plaisance, l’aquaculture et les activités de pêche, le commerce des animaux et des espèces destinées aux aquariums ou l’introduction intentionnelle. Certaines espèces d’ascidies (tuniciers non indigènes) et le crabe vert européen sont les espèces les plus prolifiques et perturbatrices parmi les envahisseurs non indigènes le long de la côte de l’Atlantique canadien.

L’effet négatif des espèces envahissantes sur les écosystèmes marins de l’Atlantique canadien comprennent des déclins dans l’abondance et la biomasse de communautés de poissons estuariennes, des déclins dans la biomasse de la zostère et du varech et des changements dans la structure des communautés de certains invertébrés benthiques. Les espèces envahissantes peuvent aussi avoir des conséquences négatives pour les industries de la pêche commerciale et de l’aquaculture.

Le Programme de monitorage des espèces aquatiques envahissantes de la zone Atlantique du MPO se sert de méthodes normalisées pour surveiller les espèces de biosalissures. Dans le cadre de ce programme, on mène des recherches sur les répercussions et sur les mesures d’atténuation des menaces posées par les EAE dans l’Atlantique.

État et tendances

Tout est interrelié

Les écosystèmes de l’océan Atlantique forment un réseau écologique complexe. Des liens sont tissés entre les composantes biologiques et les caractéristiques physiques et chimiques de l’environnement. Ce réseau océanique interconnecté exige que l’on réalise des études approfondies reposant sur des démarches écosystémiques pour mener à bien des programmes de recherche et de surveillance scientifiques.

Les interrelations entre les organismes et les processus qui se déroulent dans les écosystèmes de l’océan Atlantique sont en train de changer. Les changements sont à la fois d’origine naturelle et d’origine anthropique. Des changements réels se produisent dans les réseaux trophiques océaniques. Les types d’espèces, leur emplacement, leur habitat et leur régime alimentaire changent à différents rythmes et à différentes échelles parallèlement aux changements physiques du milieu marin.

Parmi ces changements figurent la hausse des températures de la surface de la mer, l’acidification de l’océan et les événements qui causent de l’hypoxie. Les changements comprennent aussi une augmentation de la biomasse de bon nombre d’espèces comme le homard d’Amérique, le flétan de l’Atlantique et les phoques. Des espèces d’eau chaude et des espèces aquatiques envahissantes arrivent, et d’autres espèces, comme la baleine noire de l’Atlantique Nord, voient leur répartition changer.

L’océan Atlantique du Canada affiche une perte de glace de mer ainsi que des déclins de l’abondance de la morue franche et du hareng. Certaines populations d’oiseaux de mer comme les goélands argentés et les mouettes tridactyles déclinent également. Les baleines noires de l’Atlantique Nord, les rorquals bleus, les tortues luth et les tortues caouannes, des espèces en voie de disparition, sont en difficulté. Certaines espèces se rétablissent et prospèrent. Il s’agit notamment de populations d’oiseaux de mer comme les guillemots marmettes et les macareux moines de l’Atlantique. Les conditions des habitats naturels évoluent en même temps que les changements dans les efflorescences de phytoplancton et dans la structure des communautés de zooplancton. Ces changements complexes sont tous interreliés. Il est essentiel que nous comprenions les incidences du changement climatique, des pressions d’origine anthropique et de la variabilité naturelle.

La surveillance et la recherche continues sur le milieu océanique et sur les organismes qui habitent les écosystèmes marins de l’Atlantique nous aideront à découvrir comment nos écosystèmes marins sont interreliés et comment ils changent. Cela nous aidera également à améliorer les mesures de gestion et de conservation.

Date de modification :