Organismes des genres Rickettsia et Chlamydia des palourdes et coques

Catégorie

Catégorie 4 (Importance négligeable au Canada)

Noms courants et généralement admis de l’organisme ou de l’agent pathogène

Organismes des genres Rickettsia et Chlamydia.

Nom scientifique ou classification taxonomique

Organismes intracellulaires appartenant à des rickettsies.

Répartition géographique

À l’échelle mondiale.

Espèces hôtes

De nombreuses espèces de palourdes, y compris Cerastoderma edule, Donax trunculus, Mercenaria mercenaria, Mya arenaria, Mactromeris polynyma, Venerupis (=Tapes) philippinarum, Tapes (=Ruditapes) decussatus, Siliqua patula, Tapes pullastra Tellina tenuis, Tridacna crocea, Protothaca staminea, Clinocardium nuttali, Venerupis obscurata,et Hippopus hippopus ainsi qu’un large éventail de mollusques marins comme les huîtres, les moules et les pétoncles.

Impact sur les hôtes

Les microcolonies se trouvent dans les cellules épithéliales des branchies et de la glande digestive. Les infections sont généralement faibles et ne sont habituellement pas associées à une maladie. Cependant, l’inflammation étendue du tissu branchial et les mortalités d’H. hippopus cultivés ont été associées à d’importantes infections des branchies causées par des organismes du genre Rickettsiales aux Philippines et en Micronésie.

Techniques de diagnostic

Histologie : Des microcolonies basophiles dans le cytoplasme de cellules épithéliales, qui peuvent être hypertrophiées ou non. Une inflammation étendue a été associée aux infections des branchies chez H. hippopus.

Figure 1. Coupe histologique de la glande digestive de Tapes philippinarum avec une colonie d’organismes des genres Rickettsia ou Chlamydia (flèche) dans une cellule épithéliale. Remarquez la faible intensité de l’infection (une seule colonie sur ce champ). Coloration à l’hématoxyline et à l’éosine.

Figure 2. Grossissement plus élevé de la figure 1 montrant la colonie d’organismes des genres Rickettsia ou Chlamydia (C) dans le cytoplasme jouxtant le noyau (N) de la cellule épithéliale. Coloration à l’hématoxyline et à l’éosine.

Figure 3. Deux colonies de bactéries basophiles de forme allongée (B) proches d’une colonie d’organismes des genres Rickettsia ou Chlamydia (R) dans les branchies de Protothaca staminea. Remarquez la différence de taille des individus dans chaque type de colonie. Les deux types de colonies provoquent une distorsion de la cellule hôte, mais on ne constate pas de réaction visible de l’hôte. Coloration à l’hématoxyline et à l’éosine.

Méthodes de contrôle

On ne connaît pas de méthode de prévention ou de contrôle. Il a été suggéré que le surpeuplement et le faible taux d’échange d’eau dans les bassins terrestres prédisposent H. hippopus à des infections d’intensité accrue, à des maladies cliniques et à des mortalités.

Références

Carballal, M.J., D. Iglesias, J. Santamarina, B. Ferro-Soto et A. Villalba. 2001. Parasites and pathologic conditions of the cockle Cerastoderma edule populations of the coast of Galicia (NW Spain). Journal of Invertebrate Pathology 78: 87-97.

Comps, M. et R. Raimbault. 1978. Infection rickettsienne de la glande digestive de Donax trunculus Linné. Sciences et Pêches, Bulletin de l’Institute des Pêches Maritimes 281: 11-12.

Comps, M. 1982. Étude morphologique d’une infection rickettsienne de la palourde Ruditapes philippinarum Adam and Reeves. Revue des Travaux de l’Institut des Pêches Maritimes 46: 141-145.

Comps, M. 1983. Infections rickettsiennes chez les mollusques bivalves des côtes francaise. Rapports et Procès­verbaux des Réunions du Conseil International pour l’Exploration de la Mer 182: 134-136.

Elston, R.A. 1986. Occurrence of branchial rickettsiales­like infection in two bivalve molluscs, Tapes japonica and Patinopecten yessoensis, with comments on their significance. Journal of Fish Diseases 9: 69-71.

Harshbarger, J.C., S.C. Chang et S.V. Otto. 1977. Chlamydiae (with phages), mycoplasmas, and rickettsia in Chesapeake Bay bivalves. Science 196: 666-668.

MacCallum, G.S., J. Blackbourn, S.E. McGladdery, S.M. Bower et J.T. Davidson. 2001. Disease issues relevant to the culture of shellfish in Atlantic and Pacific Canada. Bulletin of the Aquaculture Association of Canada 101-3: 5-12.

Marshall, W.L., S.M. Bower et G.R. Meyer. 2003. A comparison of the parasite and symbiont fauna of cohabiting native (Protothaca staminea) and introduced (Vennerupis philippinarum and Nuttalia obscurata) clams in British Columbia. Journal of Shellfish Research 22: 185-192.

Meyers, T.R. 1979. Preliminary studies on a chlamydial agent in the digestive diverticular epithelium of hard clams Mercenaria mercenaria (L.) from Great South Bay, New York. Journal of Fish Diseases 2: 179-189.

Norton, J.H., M.A. Shepherd, M.R. Abdon-Naguit et S. Lindsay. 1993. Mortalities in the giant clam Hippopus hippopus associated with rickettsiales-like organisms. Journal of Invertebrate Pathology 62: 207-209.

Citation

Bower, S.M. (2004) : Précis des maladies infectieuses et des parasites des mollusques et des crustacés exploités commercialement: Organismes des genres Rickettsia et Chlamydia des palourdes et des coques.

Date de la dernière révision : Mai 2004
Faire parvenir les commentaires à Susan Bower

Date de modification :